Coups de coeur

  • Au printemps, le vent transporte les graines pour les semer. Puis, ces graines poussent dans le sol et font apparaître des tiges et des bourgeons. Dans le jardin, ces bourgeons se transforment en fleurs, et ces fleurs deviendront des fruits. Sur les fruits, les chenilles deviennent des papillons... Et c'est un cycle sans fin !  Comment représenter les cycles de la nature quand tout en elle change et fourmille à chaque instant ? Un beau défi relevé avec talent par Peggy Nille dans son magnifique et nouvel album à compter.

  • Bruxelles, 2012.
    Billie reçoit un appel de sa mère l'informant que la juge aux familles a décidé de rendre Soledad, sa soeur d'accueil, à sa mère biologique. Pour la famille, c'est tout à la fois un désaveu cinglant et surtout un drame car ils craignent pour la stabilité émotionnelle de Soledad.
    Sans hésitation aucune, la jeune femme abandonne la capitale belge et ses études de médecine pour revenir au sein du cocon familial, au beau milieu de la forêt, retrouver ses parents et ses 4 autres frères et soeurs. Son retour auprès de sa tribu sera bientôt suivi par celui de Soledad, déçue et traumatisée - une fois de plus - par le rejet de sa mère biologique.
    Si cette famille originale ne manque ni de charme ni de solidarité, ni d'originalité, chacun de ses membres se retrouve face à ses propres difficultés, que ce soit pour définir des choix de vie, pour se trouver une profession, ou pour continuer à croire en son rôle de parent d'accueil face aux aberrations d'une administration bornée...
    Car le mal-être de Soledad, jeune adolescente tourmentée, se trouve amplifié par les événements récents, avec un sentiment d'abandon décuplé et l'impression de n'avoir sa place nulle part, pas même dans sa famille d'accueil. Autour d'elle, la tribu tente de faire front et de l'apaiser.
    Mais c'est sans compter sur l'obstination et l'aveuglement d'un trio d'assistantes sociales au rôle de quasi sorcières maléfiques...
    S'inspirant de son expérience en tant que soeur d'accueil, Tiffanie Vande Ghinste livre ici un récit intimiste empreint d'émotion et de poésie sur le quotidien des familles d'accueil, marqué autant par les défis à relever que par la richesse des relations et l'intensité des moments de joie...

  • En décrivant la vie des mésanges bleues, cet imagier ludique et interactif accompagnera les plus jeunes enfants dans la découverte de la nature. Chercher sa cachette dans le jardin ou suivre son vol dans le ciel... compter ses oeufs puis aider les oisillons à appeler leurs parents... Clémence Sabbagh nous offre de jolies petites poésies qui invitent à l'initative et nous rapprochent de cet animal si familier et pourtant pas si facile à approcher. Ce premier tome de la trilogie "Couleurs jardin" est sublimement illustré par Teresa Arroyo Corcobado dans un ballet de couleurs qui va tour à tour cacher ou dévoiler la nature, comme une mésange qui saute de branche en branche.

  • Une nuit de tempête, Ben, le gardien du phare de l'île aux Macareux, aperçoit un bateau malmené par les flots déchainés. Il saute dans sa barque pour porter secours aux passagers. Parmi eux, se trouve un petit garçon qui n'est pas près d'oublier qui lui a sauvé la vie.
    Ce garçon, c'était moi, Allen, et cette rencontre allait être le début d'une incroyable aventure.

  • Petite pousse

    Sophie Vissière

    • Helium
    • 7 Avril 2021

    Par une matinée de printemps, un père et ses trois enfants s'en vont à la découverte de leur jardin en floraison. Dans une douce ritournelle, l'aîné et la cadette choisissent tour à tour une fleur à cueillir puis, tous ensemble, ils offrent un doux pissenlit au bébé. Souffle, petite pousse !

  • À la mort de sa mère, Paloma hérite d'une maison abandonnée, chargée de secrets au pied des montagnes cévenoles. Tout d'abord décidée à s'en débarrasser, elle choisit sur un coup de tête de s'installer dans la vieille demeure et de la restaurer. La rencontre de Jacques, un entrepreneur de la région, son attachement naissant pour lui, réveillent chez cette femme qui n'attendait pourtant plus rien de l'existence bien des fragilités et des espoirs.
    Ode à la nature et à l'amour, Saint Jacques s'inscrit dans la lignée de Suiza, le premier roman de Bénédicte Belpois, paru en 2019 aux Éditions Gallimard. Avec une simplicité et une sincérité à nulles autres pareilles, l'auteure nous offre une galerie de personnages abîmés par la vie mais terriblement touchants.

  • Je suis au monde propose une plongée dans la biodiversité, le monde du vivant, et une réflexion autour de la place de l'être humain dans cet ensemble.  Le texte, à la fois précis et aérien, se présente comme une humble tentative d'entamer avec un enfant de dix ans cette réflexion commune, nous immergeant dans la forêt, les mers ou les villes. Ce parcours est scandé par six grandes immersions poétiques et scientifiques dans la barrière de Corail, la jungle amazonienne, le marché de Barcelone, le continent de plastique ou la banquise.

  • Marcel et Odilon

    Noémie Favart

    Marcel et Odilon aiment manger des frites en écoutant la pluie chanter dans les tournesols. Leur amitié est racontée dans trois délicieuses histoires. Dans Les vacances de Marcel, on découvre la ville de Coxis, dont les habitants sont fascinés par la mode des carapaces à deux pois. Dans La course d'Odilon, le jeune escargot, fasciné par la course annuelle de la Grande Laitue, quitte ses parents pour y participer.
    Il se perd en chemin et fait la rencontre fortuite de Marcel, une coccinelle marginale qui vit dans une caravane. Le Poisson rouge nous raconte le passé d'Hypoline, grand-tante d'Odilon autrefois foraine, et la rénovation enthousiaste de son merveilleux carrousel. Pleins d'humour et de tendresse, ces trois récits font preuve d'inventivité, de fantaisie et de sensibilité. Les illustrations de Noémie Favart grouillent de détails amusants qui viennent enchanter la lecture du livre.

  • Yahho Japon !

    Eva Offredo

    Tsuyu vit à côté d'un champ de sarrasin, Chawan a toujours aimé les bols, Wan Wan est une petite fille de samouraï, Shikiri aimait bien les bagarres avec son petit frère, Kodomo vit avec très peu de choses... Avec Uchimizu, Moso et Higasa, ces 8 femmes japonaises nous parlent simplement de leurs passions et de leurs vies. Elles nous racontent leur parcours, leur enfance, leur lieu de vie ainsi que le métier qu'elles ont choisi.
    Des métiers méconnus et riches de traditions en lien avec la gastronomie, l'artisanat populaire, la science, la poésie, la santé, le sport ou encore l'art contemporain. Les illustrations invitent au voyage et des petits détails apparaissent à chaque lecture de ces histoires qui nous montrent que l'extraordinaire n'est pas loin, à la portée de toutes et de tous. Un album BD et documentaire qui parle de l'importance d'être soi-même, de croire en ses goûts, d'écouter son intuition et d'aller de l'avant.

  • Résine

    Elodie Shanta

    Claudin rentre chez lui affolé : sa femme Résine est accusée d'être une sorcière. Ils s'enfuient et commencent une nouvelle vie dans le village de Floriboule, mais leur arrivée est à l'origine de nombreux problèmes : accusations infondées, procès en sorcellerie, confrontation avec des villageois aussi sexistes qu'obscurantistes. Résine, Claudin et leurs allié.es (l'apothiqueresse et sa compagne, la boulangère Amarante et le lutin Scorbul) essayent de rétablir la justice et d'échapper au bûcher.

    On retrouve dans Résine l'univers fantasticomédiéval et l'humour d'Elodie Shanta au service d'un récit incisif et de problématiques plus graves, telles que le sexisme et les violences faites aux femmes. Il est aussi question dans Résine de sororité, d'entraide, de l'importance de dépasser les apparences... et d'amour !

  • Amoureux de l'art ? Amoureux de la nature ?
    Ou bien amoureux des deux ? Ce livre, original et élégant, ravira un public très large.
    Les auteurs y ont compilé les plus beaux dessins et tableaux où figurent des arbres. La majesté du monde végétal est ainsi mise à l'honneur chez Vincent Van Gogh, Gustav Klimt, Alex Katz et tant d'autres. Les conditions de réalisation des tableaux accompagnent la découverte des oeuvres.
    Des pages de jeux typographiques, rendant hommage aux arbres avec précision et érudition, ponctuent également la lecture de ce livre pas comme les autres !

  • Une anthologie de tous les textes que John Berger a consacrés à des artistes au cours de sa vie. Une oeuvre monumentale d'une richesse inouïe et surtout d'une très grande originalité car elle constitue une galerie de portraits couvrant toute l'histoire de l'art de la Préhistoire à nos jours, sans être pourtant un livre d'histoire de l'art.
    John Berger nous introduit non pas dans l'intimité biographique des artistes, mais nous fait partager leur compagnie.
    Il s'invite dans leur atelier par delà les siècles, il les questionne, il enquête pour révéler les questions qui les habitent, les observant avec une acuité et une intelligence rares.
    Les réflexions sur l'art de cet auteur sont encore trop méconnues en France, où l'on connaît mieux ses romans, ses récits ou même les scénarios de certains des films qu'il a coécrits avec Alain Tanner dans les années 80. Ce volume entend combler ce manque en portant à la lumière un nombre considérable de textes. Si certains de ces textes ont déjà été traduits et publiés, notamment dans la presse, la plupart sont encore inédits.
    Au total, 136 textes consacrés à 102 artistes, dans un volume de 720 pages, imprimé sur papier Bible et à la reliure souple (type Pléiade). Un livre dessiné par l'un des graphistes les plus reconnus et originaux en France (Philippe Millot) et fabriqué avec le plus grand soin.
    John Berger (1926-2017) fut à la fois romancier, scénariste, peintre et critique d'art. Ses écrits sur l'art occupent une place centrale dans son oeuvre et ont été lus et commentés dans le monde entier.
    Pour un grand nombre d'entre eux, ils restent encore à découvrir en France.

  • Le roman de Jim

    Pierric Bailly

    À vingt-cinq ans, après une séparation non souhaitée et un séjour en prison, Aymeric, le narrateur, essaie de reprendre contact avec le monde extérieur. À l'occasion d'un concert, il retrouve Florence avec qui il a travaillé quelques années plus tôt. Florence est plus âgée, elle a maintenant quarante ans.
    Elle est enceinte de six mois et célibataire.
    Jim va naître. Aymeric assiste à la naissance de l'enfant, et durant les premières années de sa vie, il s'investit auprès de lui comme s'il était son père. D'ailleurs, Jim lui-même pense être le fils d'Aymeric.
    Ils vivent tous les trois dans un climat harmonieux, en pleine nature, entre vastes combes et forêts d'épicéas.
    Jusqu'au jour où Christophe, le père biologique du garçon, réapparaît.
    La relation entre Aymeric et Jim, l'enfant de Florence, est le coeur de l'intrigue. C'est un roman sur la paternité. Aymeric sera séparé de Jim. Il va souffrir d'un arrachement face auquel il ne peut rien.
    Mais se donne-t-il vraiment les moyens de s'en sortir ? Aymeric multiplie les contrats précaires dans la grande distribution, les usines de plasturgie ou la restauration rapide. Plus tard, il est même photographe de mariage. Une grande partie de l'histoire se déroule à Lyon. Jusqu'au bout, Aymeric reste obsédé par cet enfant qu'il a vu naître et grandir, et qui lui a été enlevé, avec lequel il ne sait pas toujours observer la bonne distance, ni occuper la bonne place.

  • Danny et Maeve, un frère et une soeur unis par un amour indéfectible, ne cessent de revenir devant leur ancienne demeure se heurter aux vitres d'un passé douloureux. Cette imposante Maison hollandaise, écrin des joies et des peines de leur enfance, source de leurs malheurs, les attire comme un aimant. À travers le destin de ces deux quasi-orphelins, Ann Patchett, en déchiffreuse éclairée de l'âme humaine, signe un roman pénétrant sur l'abandon, le pardon, les liens filiaux et le rapport que chacun d'entre nous entretient avec le passé.

  • « Ce sont des mots que l'on a entendus derrière une porte et qui nous invitent dans l'intimité des autres. C'est la tête que l'on tourne vers un éclat de rire dans la rue. Le hoquet de tristesse d'une fille apprenant une mauvaise nouvelle au téléphone. C'est la phrase glissée dans une conversation, une phrase qui ne paie pas de mine, prononcée comme on dit ça comme ça et dont, pourtant, on se souviendra toute sa vie. C'est le bruit que font les autres sur le fil des secondes. » Ces autres qui nous entourent, David Thomas excelle à les dépeindre. Son art de la brièveté, son écriture vive et précise font naître des personnages inoubliables. Avec leurs qualités, leurs failles, leurs contradictions, leur noirceur parfois, leur drôlerie aussi.

    Seul entouré de chiens qui mordent offre une singulière façon de regarder le monde. Avec une pointe d'ironie. Et toujours beaucoup de tendresse.

  • À sept kilomètres de Smiljevo, haut dans les montagnes, dans un hameau à l'abandon, vivent Jozo Aspic et ses quatre fils. Leur petite communauté aux habitudes sanitaires, alimentaires et sociologiques discutables n'admet ni l'État ni les fondements de la civilisation, jusqu'à ce que le fils aîné, Krešimir, en vienne à l'idée saugrenue de se trouver une femme.
    Bientôt, il devient clair que la recherche d'une épouse est encore plus difficile et hasardeuse que la lutte quotidienne des Aspic pour la sauvegarde de leur autarcie.
    La quête amoureuse du fils aîné des Aspic fait de ce road movie littéraire une comédie hilarante, où les coups de théâtre s'associent pour accomplir un miracle à la Combe aux aspics.

    Une famille déjantée !

    Où comment Kresimir, l'aîné d'une famille vivant loin du monde dans les collines de Dalmatie, décide de se trouver une femme... rebondissements et dérision au programme de ce livre fort réjouissant !

    Paméla

  • Et si ?

    Chris Haughton

    Et si une bande de singes un peu trop gourmands se laissaient tenter par des fruits appétissants ? Après tout, la voie est libre apparemment... Mais l'est-elle vraiment ?! Un album drôle et malicieux pour aborder la notion d'interdit avec les plus petits.

  • Sauras-tu retrouver la girafe à cinq pattes ? Le lapin avec son costume de soirée ?
    Un éléphant avec des bottes de pluie ? Cherche l'intrus ! Une fois que tu l'as trouvé, recherche les amoureux...

  • Il s'appelle Benji, et c'est le plus fort. Dans la rue, dans le quartier, à la maison, c'est lui qui fait la loi. Les consignes ? Il les boxe. Les règles ? Il les boxe. Les amis ? Il les boxe. Mais un jour, Benji s'aperçoit qu'à force de cogner, il est seul. Terriblement seul. Tout le monde s'est éloigné de lui ! Heureusement, il fait la connaissance de Vic-Ali, une championne poids plume. Pour Vic-Ali, l'important, ce n'est pas de gagner, c'est de s'amuser. Avec elle, Benji a beaucoup de choses à apprendre. Et lorsqu'elle le défie de combattre, il ne gagne peut-être pas le match... Mais il gagne une amie.

  • "Au-dessus de moi et tout autour de moi, il y a le ciel". Ce sont par ces mots que commence ce livre qui accompagne le tout-petit dans sa découverte du monde, du monde et ses quatre éléments : le ciel, le feu, la terre et l'eau.
    Premier d'une série de quatre, ce tout-carton aux coins arrondis nous entraîne à la découverte de l'extraordinaire palette de couleurs qu'offre le ciel. Partant de l'univers connu et réconfortant du petit, il emmène celui-ci à la découverte de l'immensité du monde, de ses beautés, un monde fascinant et parfois effrayant, un monde à explorer puisqu'il s'agit bien de ça : sortir peu à peu du giron de ses parents, de la maison et partir à l'aventure !

    Ajouter au panier
    En stock
  • Perdu dans un quartier inconnu de Jérusalem, le narrateur se félicite - à la vue de tous les ultra-orthodoxes qu'il croise - que ses arrière-grandsparents aient quitté leur shtetl ukrainien pour atterrir à Paris. Tout l'énerve dans ce voyage que lui a offert son neveu à l'occasion de ses cinquante ans. À commencer par le fait qu'il soit organisé, alors que, célibataire endurci, il n'aime rien tant que le calme de sa petite librairie de Bar-sur-Aube.
    Mais Robert Stobetzky n'a pas planté là son groupe par pur désir de tranquillité : il croit avoir reconnu, dans la silhouette familière d'une femme suivant un prêtre en soutane, celle avec qui, l'été 1969, il a vécu trois semaines de bonheur intense et qui est restée l'amour de sa vie. Vingt-six ans plus tard, il comprend, à la violence de sa propre réaction, qu'il ne s'est jamais remis de leur rupture aussi soudaine que brutale : un beau matin, Madeleine avait quitté le petit appartement sous les toits parisiens en lui enjoignant de ne pas chercher à la revoir.
    Le jeune orphelin de onze ans qu'il était - ses parents sont morts de la grippe en 1956 - a eu beaucoup de mal à surmonter ce nouvel abandon. C'est alors qu'il a décidé de quitter Paris et sa thèse sur Louise Labé pour s'installer en Champagne. Errant dans Jérusalem, il se remémore ses années de solitude, éclairées par la lecture et la révélation de la musique. Lui qui n'avait pas osé avouer à Madeleine sa méconnaissance des artistes figurant sur les pochettes des disques qu'elle lui avait fait découvrir est foudroyé par la Suite en do mineur de Bach, entendue par hasard à la radio. Il décide d'apprendre le violoncelle et sa rencontre avec Johann Chauchat, devenu son professeur, illuminera un temps ses journées...
    Au fil de ses déambulations loin du groupe, cet homme au mitan de sa vie voit ce voyage touristique qu'il n'a pas choisi se transformer en une longue remontée de sa propre existence. Sans doute lui fallait-il le fantôme de Madeleine, entrevu dans cette ville toute pétrie de passé, pour qu'il accepte ce retour en arrière.
    Jean Mattern, subtil instrumentiste d'un fascinant monologue où alternent ironie, allégresse et chagrin, écrit un très beau livre sur la perte.

  • Un soir à la nuit tombante, au début des années 1940, un père et sa fille arrivent dans un village de Haute-Autriche sur une carriole tirée par un cheval, avec leurs malles et leurs meubles, et s'installent dans une ferme abandonnée qui leur a été attribuée. La jeune fille traumatisée serre dans son poing un bouquet de lilas rouge.
    Ferdinand Goldberger, chef de section du parti nazi, a dû fuir son village d'origine, mais ses crimes pèseront sur sa descendance. Au moment où la lignée semble devoir s'éteindre, puisque aucun des petits-enfants du patriarche n'a eu d'enfant à son tour, voici que surgit un ultime héritier, né à l'insu de tous, éduqué au loin. Comme son grand-père et son arrière-grand-père, il s'appelle Ferdinand...
    Avec ce roman, Reinhard Kaiser-Mühlecker raconte dans une langue somptueuse le destin de l'Autriche rurale aux prises avec l'héritage du nazisme. La littérature de langue allemande n'avait pas produit depuis longtemps une fresque narrative d'une telle ampleur, comparables aux plus grands classiques européens. Riche en personnages inoubliables, Lilas rouge a été salué par la critique allemande comme une révélation.

  • Des lettres qui disent l'intensité de la vie.... Ce recueil de lettres est né d'une multitude de rencontres. David Geselson est auteur, acteur et metteur en scène. Depuis quelques années, inspiré par la Lettre à D. d'André Gorz, il s'est fait aussi écrivain public à partir d'une envie simple?: questionner des personnes qu'il rencontrait et rédiger pour elles, si elle existait, la lettre qu'elles n'ont jamais réussi à écrire.
    Au fil du temps, les lettres se sont multipliées, elles ont régulièrement été reprises sur scène. Ce livre en rassemble une anthologie et donne ainsi une autre dimension encore à ces textes qui disent «?l'amour, la haine, la solitude ou la réconciliation, parfois au-delà de la mort?» (Brigitte Salino, Le Monde).
    />

  • En classe de 3e, Mohammed-Ali est discret et populaire. Pour lui, le collège ça roule. Tranquille. En apparence du moins, car il a une vie secrète. La nuit, il sort de chez lui pour aller taguer. Et surtout, il est amoureux d'Aimée, qui ne pense à rien d'autre qu'au football. Comment faire pour qu'elle le remarque ? Par chance, Mohammed-Ali peut compter sur le soutien de Lina et Margaux. En amour comme au football, il faut un plan de jeu. Il faut avoir du style.Il va inviter Aimée à voir un match au Stade de France.

    Amour quand tu nous tiens !

    Formidable roman qui dépeint au-delà de tout cliché la vie adolescente et ses questionnements universels. Un hymne à la joie de vivre, à l'amitié, la solidarité, le dépassement de soi. Dès 13 ans

    Yolande

empty