Festival Gribouillis !

Première édition de ce festival dédié à la bande dessinée, au livre jeunesse et au dessin

  • Un père, colosse bon vivant mais trop sensible, meurt toutes les semaines, soit écrasé par une montagne, soit encorné par la biquette. Il laisse Maman et son fiston dans une mouise noire dont ils se sortent à chaque fois grâce à une vitalité sans pareil.

  • un beau voyage

    Delphine Panique

    • Misma
    • 16 Avril 2021

    " Ah les voyages ! Aux rivages lointains, aux rêves incertains, que c'est beau les voyages ! " chantait Barbara. Mais il faut bien le dire, durant cette année 2020, les voyageurs, ceux qui se ressourcent auprès de paysages, de senteurs, de saveurs inconnues, ont été bien malmenés. Heureusement, en 2021 " Un beau voyage ", de Delphine Panique, arrive pour leur venir en aide ! Comment faire pour voyager lorsqu'on est bloqués ? Imaginons-nous, en mer, pendant un calme plat : pas de vent, pas de courant.
    Le navire, telle une souche morte, est immobilisé. Que faire, à part imaginer les îles qu'on pourrait accoster, les terres qu'on souhaiterait aborder ? Que faire, à part évoquer diverses légendes marines et autres monstres aquatiques ? Que faire, à part se raconter des aventures passées, et, pourquoi pas, futures ? Tant que vous resterez calme, tant qu'il vous restera des vivres, tout ira bien... Et après ? Après Orlando, fausse adaptation littéraire, et En temps de guerre, chronique historique douteuse, Delphine Panique revient chez Misma, son éditeur originel, pour s'attaquer au genre du récit de voyage en mer, et, comme à son habitude, le détourner.
    Son voyage sera donc immobile. Les protagonistes ont beau être sur un bateau à voile, ou quelque chose qui y ressemble, ils sont bloqués. Ils ne peuvent qu'imaginer. Dès lors, Delphine Panique, au travers d'une longue discussion entre le Capitaine et son mousse Béber, développe tout un imaginaire traditionnel et référencé sur le voyage en mer : îles inconnues, naufrages, tempêtes, pêche à la baleine, monstres marins et autres créatures des profondeurs.
    Mais petit à petit, malgré leurs joyeuses rêveries, les deux protagonistes vont faire face à l'angoisse de la solitude, de l'inconnu, et laisser apparaître leurs faiblesses et leurs peurs devant la force des éléments qui les entourent, devant l'immense et secrète monstruosité de l'océan... Pour ce nouvel album, Delphine Panique accentue brutalement le minimalisme de son dessin et de sa mise en scène.
    Horizon plat, dessins géométriques tirant vers l'abstraction, pour un récit dénué d'actions mais ponctué de dialogues truculents et de curieux paysages imaginaires qui invitent le lecteur à la rêverie, à la divagation, au voyage.

  • Une semaine de colonie de vacances, racontée à travers les regards croisés de cinq enfants aux âges et aux tempéraments différents : Louise, Marco, Jeanne, Nina et Ali. Des préparatifs à l'anxiété du voyage en bus, des premières rencontres aux joies de la vie collective, Fanny Dreyer évoque le cheminement vers l'autonomie et l'épanouissement, ainsi que la capacité enfantine à se recréer un équilibre en dehors des repères familiaux. En réinscrivant chaque individualité au sein du groupe, l'autrice-illustratrice pose un regard à la fois attentif et enchanté sur ces petites sociétés qui s'inventent le temps des vacances. C'est également la relation des enfants à la nature, au coeur des événements de la colonie, que Fanny Dreyer célèbre en autant de tableaux qui exhalent une douceur et une grâce magnétiques.

  • Oiseaux est une volière réunissant près de 200 dessins réalisés par Jochen Gerner entre février 2019 et septembre 2020. Chacun de ces oiseaux a été dessiné au feutre à encre de Chine pigmentée sur des cahiers d'écoliers petit format, originaires de Chine et d'Inde, sur lesquels apparaissent des lignes et carreaux de différentes tailles.

    Cette série de dessins constitue une expérimentation graphique visant à explorer les potentialités de la trame, la superposition des traits, et l'association d'un nombre réduit de couleurs dans la création des plumages. En mêlant oiseaux rêvés et réels, cet inventaire interroge les liens entre imaginaire et réalité dans notre vie quotidienne, et nous enseigne que le fantastique se niche le plus souvent dans la réalité du quotidien.

    Dans le cadre de cette recherche graphique, Jochen Gerner s'est inspiré du travail de certains illustrateurs du XVIIIe siècle comme celui de François-Nicolas Martinet, qui avait pour habitude de représenter les oiseaux de profil, leur afférant ainsi un caractère noble et raide, contrastant avec la force et l'aspect lumineux des couleurs

  • Une semaine de colonie de vacances cela va être long, pense le héros de cette histoire... Mais voilà qu'il apprend que la Vallée du Secret où il est envoyé abrite le Secret très secret du Maître du Secret. Voilà enfin quelque chose d'intéressant ! Qui est donc ce mystérieux Maître et quel est son secret ? Le compte à rebours est lancé, l'enquête peut commencer ! Un livre jeu dont vous êtes le héros à l'humour loufoque, qui tient le lecteur en haleine jusqu'à la surprise finale.

  • éveils

    Juliette Mancini

    Grandir. Se confronter aux autres, faire face aux premières déconvenues, au regard de l'autre, aux attentes du monde. Et puis faire des découvertes. Comprendre, se révéler à soi, aux autres. Se construire. A travers des bribes de sa vie et de son parcours, Juliette Mancini se raconte, elle, mais aussi le monde dans lequel elle a grandi. La légende viriliste du grand-père qui a fait la guerre ; les premiers clichés sexistes (la force des garçons, la grâce des filles) ; la première main aux fesses dans la foule, la peur et la honte qui surgissent, mais aussi la découverte qu'on peut être désirable.
    En choisissant ces moments marquants, où en tout cas significatifs de sa vie et de son parcours, en les déconstruisant avec la plus grande acuité, Juliette Mancini réussit une prouesse trop rare, celle de transformer le particulier en universel. Avec pudeur, délicatesse, intelligence, et juste ce qu'il faut de mise à distance, elle nous promène ainsi de l'enfance à l'âge adulte, de l'acceptation de fausses évidences au déboulonnage des mythes, pour mieux décortiquer les injonctions d'une société si prompte à nous assigner des rôles.
    Son précédent livre, De la Chevalerie, s'intéressait déjà aux mécanismes de la domination, et, sans manichéisme, relevait avec justesse la complexité de ces mécanismes, refusant la (trop) simple dualité dominant-dominé. C'est la même finesse d'analyse qui est à l'oeuvre ici, en démontrant, par exemple, comment le regard de l'autre peut avoir quelque chose de tour à tour flatteur, inquisiteur ou avilissant.
    Elle nous rappelle aussi à quel point les paradoxes et les contradictions semblent être le propre de l'être humain ; mais aussi, sans doute, ce qui en fait sa richesse. Avec Eveils, Juliette Mancini signe une oeuvre forte, un livre ouvertement politique, qui, bien plus que d'asséner des vérités toutes faites, invite à la réflexion. Une grande réussite.

  • 58 fenêtres à chercher du bout des doigts pour découvrir les petites vies cachées dans ce livre.

    C'est l'histoire d'un nuage, sorti d'une cafetière. Il traverse l'album, ses pages et ses paysages, et puis ses temps, ses villes, et finit par rencontrer un autre nuage, à l'autre bout du livre. Tout au long du parcours rêveur de ce nuage, il y a des fenêtres. Des fenêtres à ouvrir soi-même, comme dans une promenade. Et derrière les fenêtres, cachées dans les cabanes, les arbres et les maisons, il y a les petites météorologies du coeur...
    Un voyage en images, sans mots, mais plein de surprises.

  • Lapin habite un champ au bord d'une route qu'il n'a jamais empruntée, bien qu'il en rêve chaque nuit. Son horizon s'ouvre lorsque Chien lui rend visite et lui raconte ses voyages à moto. Mais quand ce dernier disparaît, le...

  • Citéville

    Jérôme Dubois

    Venez découvrir Citéville, charmante agglomération fictive aux milles activités. Grâce à son réseau de transport qui vous dépose directement en vacances ou encore son super-marché Buy More qui vous permet d'acheter des objets inqualifiables à des prix approximatifs, Citéville offre un ensemble d'infrastructures de premier choix. Pour les parents insatisfaits, le Pôle Enfant simplifiera votre quotidien en vous proposant des offres de moutards adaptées à vos besoins. Quant aux seniors, ils couleront des fins de jours heureux à proximité de nombreux distributeurs de billets au sein de la Maison de retrait.
    Depuis plus de cinq ans, Jérôme Dubois construit la Citéville, un espace urbain imaginaire où l'absurde côtoie le quotidien. Autour de neuf lieux emblématiques, qui sont autant de chapitres du livre, se dessine les contours d'une ville austère où les aménagements modernes sont détournés au profit d'un environnement déshumanisé. Cynique et grinçant, Citéville est un ouvrage qui explore avec humour la violence les rapports sociaux et les contradictions de notre société.
    En miroir de Citéville, Jérôme Dubois dessine Citéruine, un univers parallèle où la ville est à l'abandon. Chaque case est minutieusement reproduite, vidée de ses habitants et plongée dans un décor délabré. Il a été confié aux éditions Cornélius de porter le destin de Citéville, tandis que les Éditions Matière accueillent Citéruine. Les deux villes communiquent et se complètent en deux ouvrages distincts dont les lectures simultanées ou différées sont autant de perturbations d'un même espace par le temps et ses affres.

  • l'oranger

    Andrea Antinori

    • Helium
    • 17 Mars 2021

    Un oranger excédé décide de se retourner contre tous ceux qui l'ont dérangé : des oiseaux, une chenille, le jardinier et un chien... avant de s'enfuir à l'autre bout du monde. Une fable pour conseiller aux petits lecteurs de prendre soin de la nature qui les entoure.

  • tout est vrai

    Giacomo Nanni

    A Paris, une corneille est témoin d'un attentat terroriste. Se remémorant l'anecdote selon laquelle Rod Taylor, l'acteur principal des Oiseaux d'Hitchcock, aurait durant tout le tournage été harcelé par l'une des corneilles utilisées pour le film, Giacomo Nanni part du postulat selon lequel l'animal est capable didentifier et de se souvenir des visages humains. De là, il imagine l'une delles en témoin des préparatifs d'attentat de la filière jihadiste dite "des Buttes-Chaumont" , suspecte des attentats survenus en France en janvier 2015.
    Il reprend pour ce faire le procédé si original et poétique déployé dans Acte de Dieu de l'enchaînement et du croisement des regards et points de vue. La vision d'une corneille a la même valeur que celle d'une petite fille, le Parc des Buttes-Chaumont comme le piège à corneilles deviennent des protagonistes à part entière. Selon Giacomo Nanni, le but de cette histoire n'est "pas seulement de raconter la violence d'un attentat terroriste, mais aussi d'évoquer la brutalité des faits par rapport à linvention littéraire et artistique" .
    Comme d'habitude chez Nanni, cette évocation est d'une subtilité et d'une poésie rares.

  • Violette est dépitée. Lors d'un contrôle médical, on se rend compte qu'elle ne voit pas net et qu'elle a besoin de lunettes cette crâneuse de Lisa va encore se moquer d'elle... Heureusement, un étrange opticien possède la paire qui peut sauver sa réputation des lunettes magiques qui permettent de voir au-delà des apparences alors, quand un fantôme vient hanter l'école ou que le lapin de la classe disparaît violette se dit que ses nouvelles lunettes pourraient être très utiles pour résoudre ces mystères.

  • au bois

    Charline Collette

    Vous trouverez dans ce livre 12 histoires pour plonger au coeur de la forêt. Au fil des 4 saisons, à l'ombre des feuillus et des grands résineux, un sous-bois peuplé d'une faune surprenante et bigarrée émerge : si on partait s'y promener ?

  • Dans son quartier, une Maison vit heureuse avec ses habitants. Elle aime les réchauffer pendant l'hiver, les réconforter les jours de rentrée, et l'été, abriter leurs secrets. Mais un jour, les habitants n'arrivent plus à se comprendre et laissent place à la colère et aux rancoeurs. Leurs conflits abîment la Maison et commencent à la détruire.

    Bien déterminée à arranger les choses avant d'être complètement démolie, la Maison décide de partir avec ses habitants pour changer d'air. Une nuit, elle part voyager à travers le monde et finit par s'installer dans un petit coin de paradis. Dans ce nouvel endroit, chacun redécouvre le plaisir d'être ensemble et les liens qui les unissent. Mais un jour, les disputes reprennent...

    /> Dans Changer d'air, les illustrations de Jeanne Macaigne pleines de fantaisie, d'humour et de poésie, sont au service d'une histoire qui parle à la fois d'écologie, et du rapport aux autres.

empty