Folie et créativité

  • Un coup de hache dans la tête

    Raphaël Gaillard

    • Grasset et fasquelle
    • 5 Janvier 2022

    Qu'est-ce qui fait de nous des êtres capables de créer ?
    Lorsque Diderot écrit que « les grands artistes ont un petit coup de hache dans la tête », il consacre une idée qui traverse les époques et les cultures, celle d'un lien entre folie et créativité. Qu'il s'agisse de la mélancolie selon Aristote, de la tempête des passions selon les Romantiques ou du manifeste surréaliste, tous célèbrent ce lien, au point de considérer la folie comme l'ordinaire des grands hommes.
    Pourtant l'idée ne résiste guère à l'expérience quotidienne du psychiatre. Raphaël Gaillard montre ici, en racontant les troubles de plusieurs patients, comment affleure la créativité des hommes, mais aussi combien la maladie les entrave et les livre à la souffrance.
    Faut-il conclure que ce lien n'est qu'une idée reçue, battue en brèche par les faits ? C'est à partir de récentes études scientifiques qu'il devient possible de résoudre cette apparente contradiction et de renouveler notre compréhension des conditions de la créativité. L'épidémiologie et la génétique montrent ainsi que c'est du côté des parents, enfants, frères et soeurs des patients que pourrait bien se situer la propension à la créativité. Le lien entre folie et créativité devient un lien de parenté : notre ADN nous rend vulnérables aux troubles psychiques en même temps qu'il nous permet de créer.
    Ces troubles sont d'autant plus fréquents qu'ils s'avèrent être la contrepartie de ce qui fait de nous des êtres humains, le prix à payer pour notre créativité. Comprendre ce lien nécessite de rencontrer l'oeuvre d'art, d'y repérer le symptôme de notre condition humaine. Pour créer une oeuvre, il faut se représenter le monde en pensée. Or l'acte élémentaire de penser est en soi un acte de création, et un pouvoir qui n'est pas sans risque : en façonnant nos représentations du monde, nous devenons capables de les enrichir à l'infini.
    Pour faire oeuvre ou pour se perdre.

  • Quelle mouche l'a piqué ? une plongée dans l'imagination débordante des artistes

    Cyrille Putman

    • Flammarion
    • 23 Septembre 2020

    Cyrille Putman nous fait découvrir, à travers anecdotes et traits d'humour, les spécificités de plus de 90 artistes modernes et contemporains qu'il a bien souvent côtoyés. Il dédramatise les grands concepts de l'art contemporain en exposant la vie et la création de ces artistes à sa déroutante question : Quelle mouche l'a piqué ? Il écrit ainsi une autre histoire de l'art dans son style vif et incisif dont on ne se lasse pas.
    Cet ouvrage, illustré par les dessins de Lucas Coskun, est un véritable voyage à travers l'art des deux derniers siècles d'Alberto Giacometti à Olafur Eliasson.

  • Camille Claudel, Séraphine de Senlis, Aloïse Corbaze, trois génies au féminin, trois destins tragiques qui en disent long sur la condition des femmes.

    Connu pour ses livres consacrés à « l'art des fous », Alain Vircondelet explore le cheminement qui a conduit trois créatrices de génie à la folie. Spécialiste de l'art brut, il nous fait profiter du fruit de travaux au long cours.
    Racontées de manière accessible à tous, les vies minuscules au départ de ces trois femmes deviennent majuscules au fil des pages.
    Nourris de documents nouveaux et de correspondances non exploitées, les trois récits qui composent La folie du génie au féminin éclairent d'un jour nouveau les destins à la fois tragiques et fascinants de trois femmes victimes des préjugés de leur temps.

  • Eloge de la folie d'Erasme illustré par les peintres de la Renaissance du Nord

    Erasme

    • Diane de selliers
    • 27 Septembre 2018

    Érasme publie en 1511 une oeuvre satirique d'une ironie mordante, donnant la parole à Dame Folie. Pour la première fois, notre édition reproduit les 82 dessins d'Holbein qui illustrent cette « déclamation » ainsi que 200 peintures des plus grands artistes allemands et flamands, fascinés par le thème de la folie et des vices humains.

  • Van Gogh, Artaud

    Collectif

    • Skira paris
    • 13 Mars 2014

    Issu d'une famille chrétienne et aimante, mais bourré de complexes, Pierre va peu à peu dériver vers l'alcool et la drogue. A la mort d'une amie, tuée par une voiture, la vie devient insupportable. Il se marginalise de plus en plus et dort dans sa voiture. Piero (Sapu) intègre plusieurs groupes punks dont le plus célèbre, les Garçons Bouchers, lui apporte une certaine notoriété dans les années 1990.
    Puis il rencontre Géraldine, l'amour de sa vie, atteinte comme lui du sida. Il la soutient de toutes ses forces, mais quelques années plus tard, elle en meurt. Le soir des funérailles, il ouvre machinalement un petit livre de prières chrétiennes qui se trouvait au fond d'une table de chevet. En lisant Adoro te devote (saint Thomas d'Aquin), il perçoit combien ces mots lui sont destinés. Depuis lors, Piero s'est engagé comme bénévole au Secours Catholique : il écoute et aide ceux qui souffrent, les exclus de la vie dont il se sent si proche.

  • Voici l'exceptionnelle histoire de Séraphine Louis (1864-1942), décrétée par elle-même peintre « sans rivale », et devenue avec la gloire Séraphine de Senlis. Cette femme, née à Arsy-sur-Oise dans une famille pauvre, placée très jeune dans plusieurs maisons bourgeoises de la région, travaille chez les soeurs durant vingt ans, avant de céder à 42 ans aux voix de la Vierge l'enjoignant de peindre. Ses tableaux ayant pour inspiration la flore, les vitraux de la cathédrale de Senlis, ainsi que ses rêves et ses extases, ses bizarreries et sa tendance à l'affabulation font vite d'elle une originale. Soutenue par Wilhelm Uhde, grand collectionneur parisien - le premier à repérer Picasso, Braque et le Douanier Rousseau -, Séraphine va bénéficier d'une grande exposition en 1928 à Paris dédiée aux peintres naïfs et va se bercer de rêves de notoriété. Le jour où Uhde, appauvri par la crise économique, lui retire son soutien, ses repères s'effondrent et, emportée par des élans mystiques, Séraphine va connaître un sort semblable à celui de Camille Claudel. Elle mourra internée et oubliée de tous.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Lettres à Génica Athanasiou

    Antonin Artaud

    • Sillage
    • 27 Mai 2021

    "Artaud rencontre Génica Athanasiou en 1921, alors qu'ils sont tous deux acteurs dans la troupe du Théâtre de l'Atelier ; elle sera son grand amour.
    Artaud est alors un jeune poète qui n'a rien publié, ou presque : c'est durant leur relation qu'il noue des liens avec la N.R.F., les surréalistes, Abel Gance ou Carl Dreyer, et qu'il vit une grande partie de sa carrière d'acteur, au théâtre et au cinéma.
    Déjà ses problèmes psychiatriques et de toxicomanie envahissent sa vie personnelle ; Génica soutiendra contre eux une lutte perdue d'avance.
    Cette correspondance amoureuse, tantôt sublime, tantôt déchirante, est le vivant témoignage d'une passion, tout autant que celui de la descente aux enfers d'une des figures les plus complexes des avant-gardes françaises du XXe siècle."

  • Nerval et Schumann ; la folie en partage

    Pierre Fleury

    • Pu de vincennes
    • 22 Mars 2018

    Quand la recherche universitaire rejoint l'enquête policière : le poète Nerval et le compositeur Schumann n'ont jamais entendu parler l'un de l'autre. Pourtant, leurs oeuvres et leurs vies sont extrêmement semblables, en plus d'être contemporaines. Tous les deux furent atteints d'une folie qui les mena au suicide et qui engendra malgré tout, leurs plus belles oeuvres. Pourquoi cette parenté ? Peut-on lire Nerval comme on entend Schumann, et inversement ? L'auteur nous fait ici partager la stupeur des coïncidences et l'émerveillement devant la création. Par le dialogue incessant du détail des oeuvres et de la psychiatrie, il nous donne à comprendre poème et musique l'un par l'autre, faisant se rencontrer enfin deux artistes jumeaux que l'Histoire choisit de séparer.

  • La folie de l'artiste ; Dali, Van Gogh, Camille Claudel...

    Thierry Delcourt

    • Max milo
    • 3 Mai 2018

    Comment Francis Bacon réussit à maîtriser son histoire chaotique en la mettant en scène dans sa peinture violente et souffrante ? Comment Alberto Giacometti, tel un funambule au bord de la chute, cherche à représenter l'énigme d'une perception de l'être qui ne cesse de lui échapper ? Comment Vaslav Nijinski, fabuleux danseur et chorégraphe des Ballets Russes, sombre dans la folie après avoir subi des traumatismes dans son enfance ? Comment Antonin Artaud, confronté à des traumatismes infantiles, oscille toute sa vie entre une création débordante et des accès de folie? Comment Vincent Van Gogh, pour atteindre le sommet de son art, se met en danger dans sa recherche créative jusqu'à basculer dans le suicide ? Comment Camille Claudel s'épuise dans sa vie et sa création passionnées pour finir internée sans plus jamais créer ? Comment Niki de Saint-Phalle, grâce à l'expression artistique, parvient à se soigner d'une dépression profonde liée au traumatisme de l'inceste ?
    Pourquoi certains artistes basculent dans la folie tandis que d'autres traversent l'existence sans encombre ? Pourquoi certains malades trouvent un mieux-être, et parfois la guérison, en créant ? Pourquoi la nécessité obsédante de nombreux artistes à créer sans relâche ? À ces interrogations qui fascinent, La folie de l'artiste apporte des réponses quant aux liens qui existent entre certaines formes de création artistique et certains troubles neuropsychiques.
    Les sources de cette recherche, ce sont les histoires réelles et documentées d'artistes : ce qu'ils ont vécu, ce qu'ils en ont dit, ce qui les a poussés à créer, ce qu'ils engagent de leur être intime dans leur acte de création, jusqu'où leur passion de créer les conduit, ce qui leur a permis de devenir des artistes épanouis ou au contraire, d'éprouver une souffrance psychique, voire de sombrer dans la folie, parfois jusqu'à se donner la mort.

  • Robert Schumann, folies et musique

    Philippe André

    • Le passeur
    • 5 Novembre 2020

    À l'âge de quarante-trois ans, une veille de carnaval, Robert Schumann (1810-1856) se jette dans le Rhin. Sauvé par des mariniers, il est aussitôt interné dans un établissement psychiatrique proche de Bonn. Loin de ses proches, il ne compose plus, son état se dégrade de jour en jour et il y meurt deux ans et demi plus tard.
    Quelle fut précisément la folie de ce compositeur dont l'oeuvre si géniale se situe à l'apogée du romantisme allemand ? Tourmentée tout au long de son existence, sa musique influença-t-elle cette maladie ? En retour, son travail de création joua-t-il un rôle dans l'évolution de sa pathologie ?
    Partant des éléments biographiques, musicaux et psychanalytiques, s'appuyant sur des documents psychiatriques encore inédits, Philippe André rétablit la réalité d'une destinée particulièrement tragique et douloureuse, celle du plus poète de tous les musiciens.
    Cette nouvelle édition d'un ouvrage paru chez Lattès en 1982 a été totalement remaniée et augmentée.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Dieu, les mathématiques, la folie

    Fouad Laroui

    • Robert laffont
    • 18 Octobre 2018

    Au-delà du cliché du savant fou, il semble qu'il y ait un vrai problème d'équilibre mental chez les plus grands mathématiciens. Le Russe Perelman, le Français Grothendieck, l'Allemand Cantor et l'Autrichien Gödel en sont des exemples frappants.
    À l'issue d'une étude minutieuse, Fouad Laroui distingue trois formes de folie chez les mathématiciens, qui toutes trois lient Dieu à leur discipline : il s'agit de se mesurer à lui dans une quête de l'infini, de voir sa Face dans la vérité absolue, ou de le dépasser dans un formalisme débridé et sans limites.
    Mais le chemin de Dieu passe-t-il par l'intelligence et le calcul ? La vérité du monde est-elle atteignable ? Une telle quête, si exaltante soit-elle, n'est-elle pas une forme de démesure qui appelle la punition ? Phobies, névroses et psychoses, troubles divers s'ensuivent, que la haute voltige intellectuelle crée ou renforce...
    Dans cette courte mais brillante incursion dans l'histoire et la philosophie des mathématiques, Fouad Laroui met en scène des personnalités étonnantes aux destins fulgurants, parfois tragiques, toujours passionnants.

  • Une femme

    Anne Delbée

    • Librairie generale francaise
    • 3 Octobre 1984

    Anne Delbée Une femme Nom : Claudel Prénom : Camille Sculpteur Née le : 8 décembre 1864 Frère : Paul Claudel Amant : Auguste Rodin Compagnon : Claude Debussy Trente ans de création Trente ans d'asile Pour la première fois, un livre nous révèle la vie extraordinaire de Camille Claudel.
    à la fin du siècle dernier, une jeune fille de dix-sept ans qui veut être sculpteur, c'est inconcevable, voire scandaleux. Or Camille se lance dans l'aventure à corps perdu. Jusqu'au jour de 1883 où elle rencontre Auguste Rodin. Le Maître accepte de la prendre comme élève ; bientôt il deviendra son amant. Suivent quinze années d'une liaison passionnée et orageuse d'où Camille sortira épuisée, vaincue...
    Elle mourra en 1943 à l'asile de Montdevergues, après un terrible internement qui aura duré trente ans, laissant au jugement de la postérité une oeuvre considérable, d'une rare puissance et d'une originalité visionnaire.

    Une femme a obtenu le Grand Prix 1983 des lectrices de Elle.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Alexandre Grothendieck, mathématicien de génie, et quelques autres nous enseignent comment de leur folie faire création. Joseph Rouzel poursuit sa réflexion sur la prise en compte des psychoses dans le champ éducatif.

    Le travail des professionnels du champ de l'éducation et/ou du soin consiste avant tout à accompagner des sujets dits « psychotiques » dans des formes d'expressions socialement acceptables, au-delà des diktats de la normalisation. Cela exige des professionnels de s'adonner, eux aussi, à un certain délire, que Joseph Rouzel qualifie d'asile poétique, pour ne pas laisser leur champ d'intervention se pétrifier, sous les coups de procédures, protocoles, normes ISO, évaluations par le chiffre. La prise en compte des psychoses demande d'assumer une posture subversive.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Portrait de l'artiste en fou criminel

    Anouck Cape

    • Gruppen
    • 14 Janvier 2022

    Ce travail se concentre sur l'étude de romans d'avant-garde publiés entre 1903 et 1926 auxquels se joint un texte de Blaise Cendrars daté de 1948. Leur présentation chronologique met en évidence l'évolution d'une thématique centrale, celle de la parenté du fou criminel et du poète à travers laquelle le meurtre devient de plus en plus clairement une métaphore de l'insurrection sociale, elle-même transmuée en activité poétique. Ce faisant l'avant-garde subvertit l'héritage psychiatrique dans lequel elle puise très largement, et en inverse, de manière militante, l'ordre des valeurs.

  • Art et thérapie

    ,

    • Phaidon
    • 28 Octobre 2021

    Art et Thérapie présente une nouvelle manière d'aborder l'art, comme une forme de thérapie capable d'apporter des solutions convaincantes à de nombreux problèmes de la vie quotidienne. Selon ses auteurs, l'art peut aider à résoudre les dilemmes les plus intimes : pourquoi le travail n'est-il pas plus épanouissant ? Pourquoi la vie des autres semble-t-elle tellement plus excitante ? comment avoir de meilleures relations de couple ? ou encore pourquoi la politique est-elle si affligeante ?

  • Lettres à son frère Théo

    Vincent Van Gogh

    • Grasset et fasquelle
    • 18 Avril 2002

    Ces {Lettres, }écrites entre 1873 et 1890, sont le témoignage déchirant d'un homme sur sa peinture. Van Gogh en sa genèse, Van Gogh en ses couleurs, travaillant sans relâche. L'homme à qui s'adresse un tel déchaînement de lucidité se prénomme Théodore, marchand de tableaux "apôtre" qui envoie à son grand frère tubes, brosses, toiles et argent -- quand c'est possible.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Antonin Artaud

    Antonin Artaud

    • Fage
    • 19 Août 2021

    "Ou nous ramènerons tous les arts à une attitude et à une nécessité centrales, trouvant une analogie entre un geste fait dans la peinture ou au théâtre, et un geste fait par la lave dans le désastre d'un volcan, ou nous devons cesser de peindre, de clabauder, d'écrire et de faire quoi que ce soit". Antonin Artaud

  • Le livre de Pierre

    Lucienne Peiry

    • Allia
    • 5 Mars 2020

    Fernando Nannetti a produit l'une des oeuvres les plus singulières de l'Art brut. Interné à l'asile de Volterra en Toscane de 1959 à 1973, il en grave les murs à l'aide de la boucle de son gilet. L'oeuvre devient colossale : 70 m de long. Lucienne Peiry évoque la sophistication stylistique de ces inscriptions hors du commun. Nannetti écrit une autobiographie imaginaire et fantasmée, se crée une nouvelle identité, enfin aborde l'espace, la technologie et le surnaturel. Pour cela, il invente un alphabet et recourt à d'étonnants processus poétiques. Le présent ouvrage dévoile une oeuvre unique, fruit du désespoir et de l'enfermement, voie d'évasion face à la vie cloîtrée de l'asile. Les murs qui enserrent Nannetti deviennent son support d'expression et le lieu de la liberté créatrice.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Vraiment peindre ; entretien

    ,

    • Seuil
    • 4 Mars 2021

    L'art et la vie de Gérard Garouste sont peuplés de fantômes et de hantises. L'artiste livre ici, sans aucun fard, tous les tourments intimes qui ont façonné son parcours : la violence et l'antisémitisme de son père, la dyslexie, l'échec, la folie, la dépression, l'incompréhension.

    Nous entraînant au coeur des rouages de la création, cet entretien révèle un personnage à la franchise déconcertante, teintée d'humour et de tendresse. Garouste y décrit toutes les étapes de son art et les chocs heureux qui l'ont conduit à des choix décisifs. Autodidacte initié tout d'abord par l'art brut pratiqué par son oncle, réfractaire à l'enseignement des Beaux-Arts, il a emprunté une voie singulière, souvent à contre-courant. L'artiste désigne ses maîtres : Duchamp, en qui il découvre une radicalité indépassable, le Tintoret, le Greco, Zurbarán, Manet, De Chirico...

    Témoignant de ses découvertes et de ses engagements, il évoque aussi sa passion pour l'étude talmudique, sa conversion au judaïsme, ainsi que la création de La Source, association artistique dédiée aux enfants défavorisés.

  • Visions de Goya

    Stéphane Lambert

    • Arlea
    • 6 Janvier 2022

    Deux siècles après leur composition (1819-1823), dans un monde confronté à de nouveaux enjeux de taille, Stéphane Lambert se penche sur l'extraordinaire cycle des peintures noires de Goya pour sonder leur inépuisable actualité. Par cette plongée dans l'imaginaire de ses hantises les plus entêtantes, le peintre espagnol avait transfiguré tous les genres picturaux de l'époque et bouleversé durablement la vision de notre humanité.

    Goya (1746-1828) a tout traversé, les humiliations et les honneurs, les assauts de la maladie, la guerre et les remous de l'Histoire, avec le fabuleux don de transformer les ravages en occasions de révolutionner son art. Revenant sur le riche et long parcours d'un artiste de génie, le livre prend la forme d'un voyage à travers une oeuvre professant la vitalité inébranlable de la création face à la menace du chaos.

  • Le jardin de la mémoire

    Lucienne Peiry

    • Allia
    • 1 Octobre 2021

    En 1951, alors âgé de 50 ans, Armand Schulthess rompt brutalement avec une existence bien ordonnée pour vivre en ascète, au sud de la Suisse, dans une châtaigneraie. Loin du monde, il s'attèle à la création d'une oeuvre sans équivalent...
    Suspendues aux branches et aux troncs des arbres, il dispose des centaines de plaques de métal. Sur ces assemblages, il consigne en cinq langues des bribes de savoirs touchant à des sujets infiniment variés :
    Astronomie, philosophie, opéra, hiéroglyphes, problèmes de l'amour...
    Schulthess compose ainsi un saisissant « jardin encyclopédique », qu'il ne cessera d'agrandir jusqu'à sa mort. Aujourd'hui, son oeuvre résonne toujours plus avec nos interrogations : exil intérieur, lien à la nature et à l'environnement... Égarez-vous dans Le Jardin de la mémoire !

    En stock

    Ajouter au panier
  • Le mystère de la création artistique

    Stefan Zweig

    • Pagine d'arte
    • 19 Avril 2017

    Rédigé en 1939 pour une conférence à New York, ce texte de Stefan Zweig a été publié pour la première fois à Stockolm en 1943. L'auteur aborde la question dont il a cherché la réponse tout le long de sa vie :
    Le mystère de la création. Fasciné par la capacité à créer de certains artistes, auteurs et compositeurs, Zweig a d'abord approché la question en devenant collectionneur particulier car intéressé par des manuscrits d'oeuvres célèbres, des notes de textes, des partitions ou des esquisses. Stefan Zweig cherchait à comprendre le processus de la création, les étapes, le rôle de l'inspiration mais aussi celui du travail persistant. L'histoire lui a montré que des compositeurs aussi différents que Mozart ou Beethoven avaient des méthodes de création radicalement diverses : le premier semblait transcrire quelque chose qui lui serait dicté alors que Beethoven travaillait inlassablement dans ses oeuvres jusqu'à trouver leur version définitive. Ce texte prend des exemples concrets dans des arts comme la peinture, la littérature ou la musique pour illustrer ce qui reste un mystère, la création artistique :
    « Ce miracle que quelque chose naît de rien et défie néanmoins le temps, il existe un domaine dans lequel il est parfois donné d'en faire l'expérience : celui de l'art. » Pagine d'Arte a publié de Stefan Zweig la nouvelle La collection invisible qui est à nouveau disponible après réimpression.

  • Carnets intimes

    Sylvia Plath

    • Table ronde
    • 23 Mars 2017

    "Ce que je redoute le plus, je crois, c'est la mort de l'imagination. Quand le ciel, dehors, se contente d'être rose, et les toits des maisons noirs, cet esprit photographique qui, paradoxalement, dit la vérité, mais la vérité vaine, sur le monde". Sylvia Plath a vingt-quatre ans lorsqu'elle évoque cette hantise dans un journal dont les pages sont l'écho de ses aspirations contradictoires, tantôt idéales, tantôt futiles.
    Ce livre propose également neuf nouvelles autobiographiques, qui complètent l'oeuvre en prose de la poétesse américaine mystérieuse et fragile.

  • L'intranquille ; autoportrait d'un fils, d'un peintre, d'un fou

    ,

    • Librairie generale francaise
    • 5 Octobre 2011

    Je suis le fils d'un salopard qui m'aimait. Mon père était un marchand de meubles qui récupéra les biens des juifs déportés. Mot par mot, il m'a fallu démonter cette grande duperie que fut mon éducation. A vingt-huit ans, j'ai connu une première crise de délire, puis d'autres. Je fais des séjours réguliers en hôpital psychiatrique. Pas sûr que tout cela ait un rapport, mais l'enfance et la folie sont à mes trousses. Longtemps je n'ai été qu'une somme de questions. Aujourd'hui, j'ai soixante-trois ans, je ne suis pas un sage, je ne suis pas guéri, je suis peintre. Et je crois pouvoir transmettre ce que j'ai compris. G . G.

    Un livre qui a la puissance d'un roman, traversé par l'antisémitisme, les secrets de famille, l'art, la folie et l'amour. Un autoportrait bouleversant.

    La voix est juste, la langue magnifique, le livre renversant. Olivia de Lamberterie, Elle.

    En stock

    Ajouter au panier
empty