Pierre Benghozi

  • Loki 1942

    Pierre Benghozi

    Hiver 1942. Stavanger, en Norvège. Cinq élèves d'Ida Grieg sont en retenue avec elle quand un officier nazi et ses sbires font violemment irruption dans leur classe. Ida est grièvement blessée. Ils sont menacés d'être exécutés en représailles d'un attentat commis contre l'occupant.
    Or Ida fait partie de la Résistance. On est à la veille d'une autre opération qu'il faut signaler. Un poème de la mythologie scandinave, dont Loki, dieu rusé de la discorde est le plus représentatif, doit servir de code. Ida n'a qu'une nuit pour enseigner un texte ésotérique à des cancres.
    Son devoir accompli, l'institutrice laisse derrière elle de jeunes adultes instruits et apaisés, ayant trouvé en leur esprit libéré un refuge inaccessible au mal.

  • Crise de l'adolescence ou adolescence en crise ? Déséquilibré, déconcerté par la tempête, comment pour les adolescents garder le cap et gagner les rivages de la maturité ? La grande aventure des adolescents est le passage d'une sexualité infantile à une sexualité adulte. L'adolescent est décontenancé. Sa vulnérabilité et sa créativité sont indiquées avec la fragilité des Liens familiaux.

  • Amour et psyché Nouv.

    Le conte "Amour et Psyché" d'Apulée, décrit la rencontre amoureuse entre un dieu et une mortelle : une mère jalouse, des soeurs rivales, un fils sous emprise... désir et transgression sont au coeur du destin du couple mythique interdit. L'argument narratif du mythe nous invite à repenser avec ces deux signifiants - l'amour, et la psyché - la notion de "Lien". Les enjeux cliniques et conceptuels du Lien se posent en thérapie tant dans le couple, dans la famille, dans le groupe que dans l'institution, et dans le lien social.
    C'est ici une perspective originale qui est recherchée, celle qui interroge la place des sentiments, des affects dans le lien. Des auteurs d'horizons conceptuels distincts envisagent l'actualité des questions cliniques du Lien, de la périnatalité au grand âge avec la tendresse, de l'amitié aux passions radicales, du désamour parental à la haine. Qu'en est-il d'une psycho-anthropologie de la rencontre amoureuse, de l'influence des djinns invisibles, du pouvoir des filtres d'amour et aujourd'hui du cyber-amour pour des robots, ou des passions dans un lien de couple après la transformation transgenre d'un partenaire

  • Comment penser la violence incestueuse ? Peut-on prévenir sa répétition ?
    Peut-on restaurer les liens familiaux ?

    Le fil rouge de cet ouvrage est la déconstruction des scènes familiales de l'inceste dans une perspective clinique des liens de filiation et d'affiliation.
    L'inceste renvoie à l'impensable, à l'innommable, à l'indicible. C'est le symptôme d'une organisation familiale et sociale où règne la confusion entre générations, entre l'intime, le privé et le public.
    L'inceste confronte aussi les professionnels à la sidération et à l'angoisse alors que la pensée se trouble, et que le symbolique est défaillant.
    Quel cadre pluriel pour un travail de différenciation et d'individuation chez les victimes et les auteurs d'inceste ? Quelle place occupe le juridique ? Différents dispositifs, psychothérapies de groupe, thérapie familiale, accompagnement éducatif institutionnel, médiations à la créativité tentent de libérer la parole... Comment restaurer les liens ? Comment aider ces femmes, ces hommes aussi, à se libérer de l'emprise d'une histoire de famille incestueuse ?

  • Le jeu vidéo s'est imposé, au tournant du siècle, comme un secteur majeur aux côtés des industries culturelles traditionnelles que sont l'édition de livres, la musique enregistrée, le cinéma ou encore la télévision. S'appuyant sur un ressort anthropologique et portée par une vague d'innovations technologiques, la pratique ludique s'est renouvelée en quelques décennies pour s'adapter à de nouveaux terminaux de lecture, de la console de salon au téléphone mobile. Le jeu vidéo est désormais devenu omniprésent.
    L'économie de cette industrie reste pourtant mal connue, encore peu explorée. C'est donc une vision d'ensemble de la filière que propose cet ouvrage. Il permet de comprendre comment et par quels acteurs se conçoivent, se produisent et se diffusent les jeux vidéo, quels sont les enjeux propres à ce secteur mondialisé (effets de réseaux, Internet, importance des coûts fixes, renouvellement rapide des terminaux, poids des communautés, mondialisation, etc.) et de quelle manière ils se déploient sur les différents continents.
    En réinventant tous les chaînons des industries culturelles -les processus de création, de production, de distribution et de monétisation-, en se développant d'emblée à l'échelle mondiale, l'industrie des jeux vidéo est ainsi le reflet des transformations techniques, industrielles, économiques portées par la révolution numérique tout autant qu'elle devient un possible horizon des industries culturelles.
    Par leur dimension mondiale, globale et omniprésente, les jeux vidéo pourraient-ils s'imposer comme l'industrie culturelle du siècle ?

  • Le développement considérable des nouvelles technologies numériques et l'importance des réseaux sociaux amènent à nous questionner sur la spécificité des groupes virtuels. Dans quelle mesure, d'une part, les notions d'objet virtuel et de réalité virtuelle interrogent le rapport à la réalité psychique et la dimension de l'inconscient ? D'autre part, dans quelle mesure ces nouvelles technologies peuvent s'articuler avec la pratique clinique groupale ?
    Les processus de virtualisation sont ceux qui sont mobilisés dans tout processus créatif. Il y a une anticipation hallucinatoire de l'objet.
    L'enjeu du virtuel n'est-il pas de se substituer à l'absence de l'objet, au désaveu de l'absence ?
    Qu'en est-il de l'autre dans les réseaux numériques ? Quels sont les destinataires ?
    Quels enjeux dans les processus de croissance de l'adolescence en quête d'identité et de reconnaissance, alors que la temporalité et la spatialité se déconstruisent, se diffractent, se clivent ? Quelles conséquences dans le fonctionnement psychique des adolescents formatés dans une culture des écrans, du spectacle des images en flash, du zapping ?
    Quel pacte d'alliance virtuel se noue dans ces liens d'affiliation aux groupes virtuels lors de jeux vidéo interactifs hyperviolents ?
    Les projections pulsionnelles se déplacent sur des « amis » énigmatiques inconnus avec lesquels on peut « faire communauté » virtuelle.
    Si nos repères sur la psychanalyse des groupes nous permettent de mieux saisir les mouvements d'illusion et de désillusion groupale associés avec ces rencontres affiliatives virtuelles, les notions d'appareil psychique groupal et d'enveloppe groupale sont mises à l'épreuve par l'absence d'une frontière claire caractérisant les interconnexions rhizomatiques des espaces numériques en réseau.
    S'il y a sans doute à questionner une psychopathologie groupale associée au numérique pouvant confiner à des cyberaddictions ou à des déréalisations entre réalité interne et réalité externe, force est de constater que nos dispositifs peuvent y trouver de nouvelles créativités, de nouvelles utopies mais aussi de nouvelles interrogations. La facilitation que permettent ces nouvelles communications, en particulier entre des personnes séparées par des distances géographiques pose la question de la possibilité de thérapie groupale, de supervision par Internet. Comment penser le travail groupal dans des processus de formation à distance, par visioconférence ?
    Différents auteurs illustreront ces préoccupations théorico-cliniques centrales dans nos sociétés où le lien social est en transformation à partir d'expériences cliniques encore parfois expérimentales.

  • La force de l'économie numérique ne tient pas simplement à une capacité de se dégager de la matérialité du monde physique. Elle repose aussi, fondamentalement, sur un nouveau rapport au temps qui est vécu de manière très spécifique par chaque organisation et chaque individu. Tel est l'objet de ce nouvel opus : il éclaire des formes très variées d'activités qui se développent en ligne aujourd'hui et montre qu'elles se construisent justement en redéfinissant la temporalité du management et de l'action.
    Ainsi, l'instantanéité des transactions, permise par les communications électroniques, accompagne une réorganisation mondiale du secteur financier. Les nouvelles architectures des réseaux d'information appellent un droit de suppression des données personnelles n'ayant pas vocation à perdurer ou, à l'inverse, celui de préservation des informations numériques primordiales (d'état civil ou de santé par exemple).
    La marchandisation du temps privé est un moteur du développement via le web de nouveaux services à la personne et de réseaux sociaux. La culture de la réactivité et de la multi-activités, présentée comme une particularité des jeunes générations, conduit les activités industrielles et les formes de commerce à devoir s'adapter. Les nouvelles pratiques de consommation redéfinissent les frontières temporelles (temps de travail, temps du repos, temps de loisirs) à la base des distinctions entre espaces privés et publics.
    Des bouleversements fondamentaux pour la société se jouent de la sorte autour des nouveaux rapports au temps. L'ouvrage les aborde à partir de cas concrets (personnalisation de masse, trading haute fréquence, stratégies marketing sur les réseaux sociaux, nouvelles pratiques de gestion des entreprises, etc.), en combinant, autour de nombreux exemples, apports théoriques, entretiens de praticiens et présentation d'outils.

  • "L'économie numérique, portée par l'avènement du Web, est souvent qualifiée d'économie de la connaissance. Il n'est pourtant pas toujours simple de spécifier ce que signifie concrètement une économie à base de connaissance, loin de se résumer aux seuls effets d'un échange généralisé d'informations.

    Le terme de « connaissance » évoque, au contraire, de manière dynamique, la manière dont les individus s'approprient les informations pour changer leur manière de voir, d'agir et de savoir. Ce sont donc bien les enjeux du savoir qu'interrogent très directement les développements actuels de l'Internet. Ils se manifestent dans la manière de construire ensemble de nouvelles bases de références, dans les nouvelles formes d'exploration de masses innombrables d'informations et de données (par le web sémantique, par exemple), dans la capacité de mobiliser l'intelligence collective de la foule (ce qu'on appelle le crowd sourcing) au service de projets spécifiques, dans l'évolution des manières habituelles de travailler de la presse et des médias, dans l'opérationnalisation commerciale des connaissances que génèrent la collecte et le traitement de données individuelles toujours plus nombreuses et faciles à capter grâce à la géolocalisation ou la traçabilité des réseaux sociaux, dans les formes inédites de mobilisation collective (buzz) que permettent les réseaux sociaux à partir de la circulation d'informations.

    En donnant accès à chacun, en permanence, à des sources de savoirs illimités, le Web redéfinit les formes séculaires d'apprentissage et d'échanges, et fournit des outils technologiques rompant radicalement avec les anciens supports de la connaissance. Internet nous interpelle car il appelle une réorganisation de la mémorisation et la mobilisation des savoirs autour des ressources du référencement. Ce sont donc bien les enjeux du savoir personnel autant que collectif qui se trouvent posés."

  • Le Web n'a jamais offert tant de possibilités d'autonomie à l'individu, alors même que l'environnement semble complexe et risqué. Pourtant, les dispositifs de validation et de légitimation des contenus sur Internet en sont encore à leurs balbutiements.

    Cet ouvrage offre un aperçu condensé des dispositifs de création de confiance qui se développent dans la société virtuelle (communautés de pratiques, notation, etc.) Ces mécanismes fournissent à l'individu différents types repères : blogs, réseaux sociaux, journalisme citoyen, notations par les utilisateurs, modèles de prescription, de recommandation et de construction de la confiance, etc. Ces dispositifs sont aussi le support d'enjeux économiques et financiers et se transforment en repères de réflexion et d'action pour l'internaute : c'est le cas des business model des sites d'information, du rôle central des intermédiaires-prescripteurs (cf. Google), du poids grandissant des sites d'agrégation de contenus, des nouvelles modalités de protection et de rémunération de la propriété intellectuelle, etc.. Mais les dispositifs de pertinence et de fiabilité se construisent aussi dans l'agencement et l'organisation des compétences. Ces repères de processus spécifiques et de Knowledge Management sont toutefois encore à découvrir : critères de validation, expertise et structures des sites d'information (le cas Wikipedia), les critères des sites d'agrégation (cf. Youtube), l'intégration du capital de connaissances à la vie opérationnelle et quotidienne (cf. méthode Make), etc.

    Les dispositifs existants se structurent simultanément dans différentes registres - sociaux, économiques, cognitifs et technologiques - qui imposent chacun ses propres contraintes. En les analysant séparément, l'ouvrage permet de mieux en comprendre la synergie et,d'offrir, in fine, une vision d'ensemble des enjeux de la confiance et de la manière dont elle se se structure aujourd'hui sur Internet.

  • L'Economie nous gouverne... mais la science économique permet-elle de prévoir les crises et d'aider utilement à la décision des agents économiques et politiques ? Dix-huit économistes de haut niveau répondent à cette question et envisagent l'ensemble des secteurs de la société qui dépendent de la conjoncture, de l'évolution et de la prévision économiques.

  • La mondialisation avec son expansion à l'ensemble des secteurs de la société continue de susciter craintes et inquiétudes. Le Conseil d'analyse économique estime qu'une meilleure compréhension des aspects immatériels de la mondialisation lèverait en partie ces réticences. Le groupe de travail du CAE dirigé par Daniel Cohen et Thierry Verdier a cherché à produire des statistiques qui permettent de mieux saisir la réalité de la mondialisation dans le domaine des biens immatériels. Les auteurs du rapport proposent également plusieurs mesures de politique économique. Il s'agit sur ce sujet d'une approche plutôt inédite qui témoigne d'une réelle volonté d'éclaircissement. La première concerne le secteur du livre en proie, lui aussi, au développement du numérique. Pour favoriser la diffusion des ouvrages, l'idée retenue est celle du téléchargement des livres après une période de dix ans, sur la base d'un abonnement forfaitaire. La deuxième recommandation concerne l'interconnexion des abonnements multimédia. La troisième, plaide en faveur d'une politique tarifaire européenne en matière de biens pharmaceutiques. Enfin, la quatrième mesure concerne la révision des quotas de diffusion audiovisuels. Comme tous les rapports du CAE, cet ouvrage propose, en fin de volume, un résumé d'une dizaine de pages en français, puis en anglais.

  • Le cinéma n'a pas évolué de façon autonome. Ce livre replace son économie et son organisation, en France et aux Etats-Unis, dans le contexte du siècle. L'analyse met en évidence trois grands domaines : la constitution d'une industrie, la recherche d'un public, la confrontation entre Hollywood et le modèle européen. L'une des ambitions de cet ouvrage collectif est aussi de reconcilier l'objet cinéma avec la discipline historique.

empty