Annie Agopian

  • Tout le monde à dos

    Annie Agopian

    • Rouergue
    • 25 Octobre 2011

    Un jour à force d'être des petits, c'est sûr qu'on devient des grands. Ce n'est pas possible autrement.

  • Dans le quartier, tout le monde le sait, Mme D'Laba aime M d'Issy, le seul touriste de l'immeuble. M d'Issy, lui, ce qui l'intéresse dans la vie, ce sont les voyages, de préférence au soleil et surtout très organisés, dans des pays où les gens sont toujours plus pauvres mais tellement plus heureux et d'où il rapporte d'authentiques objets d'artisanat « made in China ». Donc, dès qu'il le peut, M d'Issy confie, sans état d'âme, plante verte, chat et clef à sa concierge, Mme D'Laba. Il va, vole,vogue, roule sur les sentiers battus du tourisme de masse, ignorant la misère ou l'oppression qui règne dans les pays qu'il visite. Il ne voit vraiment pas plus loin que le bec des hirondelles, se dit patiemment Mme D'Laba, avec tout son amour rêveur. Mais elle sait qu'un jour les trop beauxrêves de M d'Issy s'envoleront. Elle le sait car elle aussi un jour a cru aux mirages des pays de papier glacé et a tout quitté pour arriver dans ce quartier où, sans le savoir, l'attendait déjà M d'Issy...

  • « On avait beau être contents, au bout d'un moment, on a trouvé que le temps passait à grande vitesse, dehors, mais terriblement lentement, dedans.» Deux enfants voyagent en TGV.
    Ils s'ennuient.Alors ils partent en expédition dans le train et s'inventent des histoires. Ils sont les fiers guerriers de la Tribu des Grands Voyageurs et croisent la Sorcière Nationale des Chemins de Fer Mayako Kameda, graphiste japonaise, a mêlé ses photo-graphies et le texte d'Annie Agopian à l'univers « pictogrammé » du TGV. Le résultat est un album original et créatif à lire dans le train et partout ailleurs.Voyage garanti !

  • Les bisous volants voyagent sur les courants d'air. On ne les voit pas. On les sent juste quand ils se posent. Même invisibles, les bisous volants font tout de suite du bien. C'est à ça qu'on les reconnaît.

  • Un recueil de 25 textes proposant au lecteur des situations variées de jeux intensément vécus par les enfants. Des moments drôles, heureux, malicieux parfois cruels mais délicieusement vivants !
    Ces instants qui font Enfance où l'inquiétude peut se mêler à la joie, la peur à l'exaltation, la jubilation à la crainte sont illustrés avec toute la sensibilité et la délicatesse d'Albertine.

  • La nuit est souvent source de peur et d'appréhension pour l'enfant. Cet album lui apprendra le pouvoir des "mots-songes".
    « Surtout ne pas bouger Laisser faire les fées les génies et les elfes Laisser passer les carrosses et les citrouilles Puis sauter dans un mot-songe transatlantique Et partir avec lui vent debout Faire la longue traversée de la nuit » Et des mots-songes, il y en a pour toutes les situations :
    Pour assoupir les dragons intérieurs, pour découvrir le secret du noir de la nuit, pour se sentir libre comme l'air, pour actionner le piège à cauchemar...

  • Jonas, petit renard du désert, a trouvé un parapluie. Un paraquoi ? Un parapluie. D'où vient-il ? Et à quoi peut bien servir un parapluie quand on vit au milieu du désert ? Alors que Jonas se pose ces questions, le vent se lève et l'emporte avec le parapluie.

  • Le trou

    ,

    Un grand-père arménien, qu'est-ce que ça veut dire ? Un problème de renouvellement de papiers est l'occasion inattendue de se pencher au-dessus du « trou » - trou de mémoire familial caché dans un trou plus profond de mémoire collective. Petit à petit, le jeune garçon apprend l'histoire de son grand-père, arrivé en France à 3 ans, fuyant comme beaucoup d'autres, un pays mis à sang par un génocide. Avec sa mère, il retrace le parcours d'un homme qui a survécu, puis l'histoire d'un pays marqué par un drame trop peu reconnu.
    Il se plonge dans la culture d'un peuple, transmise par-delà les frontières et les générations, et dont il se rend compte qu'elle fait déjà partie de son histoire à lui.

  • La chambre des parents est tellement plus extraordinaire ! Celle de cet enfant, invité à rejoindre la sienne, est d'abord vécue comme une punition, un lieu d'exclusion avant de devenir le théâtre d'exploits, de jeux et d'inventions. Quand l'imaginaire va en repousser les murs, la chambre va devenir le plus grand lieu de projection, où toutes les sensations vont se croiser.
    Cet album fait l'éloge de la chambre d'enfant, cet espace qui en fait un roi qui a le droit à l'ennui, qui a aussi tous les pouvoirs pour s'inventer une cour et des territoires inconnus.
    Annie Agopian enchaine en filigrane habillement toutes les références aux différentes « chambres » : fortes, pharaoniques, parlementaires, noires etc. pour illustrer les émotions et rôles successifs de l'enfant enfin réconcilié avec un espace à la dimension de ses rêves.
    Le dessin très réaliste d'Audrey Galleja, nous invite à une promenade onirique dans l'univers du jouet, ce grand facteur d'imagination et compagnon des plus grandes expéditions.

  • Le roi du silence a bien du mal à régner et son domaine d'action se restreint de plus en plus. Démodé, dépassé et donc déprimé, le roi du silence décide alors de faire comme tout le monde : du bruit ! Commentaire : Le roi du silence, petit bonhomme couleur crème aux mines très expressives, nous emmène dans une ballade colorée et vivante au pays des bruits : embouteillages, métro bondé, manifestations et même pistes de ski encombrées. Le texte, riche et imagé, en cursives noires ou blanches, se ballade lui aussi sur les pages, en haut, en bas, en petits paragraphes disséminés, s'intégrant bien aux dessins sobres et stylisés, silhouettes ou ombres chinoises toujours en action. Le livre joue donc la carte de l'humour. C'est du moins ce qu'il faut espérer à la lecture de la dernière page : le roi du silence, allongé dans son lit, un livre à la main « fait enfin n'importe quoi ! ». Le format est celui d'un album ; le contenu s'adresse cependant à des enfants sans doute trop grands pour lire des albums mais peut-être trop jeunes pour saisir la critique au second degré du monde dans lequel ils vivent.
    AGE: Dès 9 / 10 ans

  • Avant les règles étaient simples, il y avait le père, la mère, le fils et le chien. Et puis un jour, c'est devenu compliqué, les cartes se sont brouillées. Le père est parti de son côté, avec une femme qui allait devenir maman. La mère a accueilli un père avec ses deux enfants, le chat et le lapin... Et le fils allait de l'un à l'autre. Bref, les règles étaient toutes chamboulées !

empty