Bernard Fischbach

  • Estelle est encore jeune et jolie. Elle a eu des malheurs dans sa vie, mais elle a décidé de les surmonter à sa façon. Avec son dernier amant, elle se sent bien, enfin. Cette fois-ci, c'est le bon, elle en est sûre... Les quelques moments de bonheur qu'ils partagent suffisent à lui réchauffer le coeur. Mais dans l'atmosphère paisible de cette petite ville d'Alsace, une femme se met à tuer. Avec un sang-froid impensable et une sauvagerie inouïe. La police commence par patauger dans la neige fondue des scènes de crime, toutes plus atroces les unes que les autres. Les morts violentes s'accumulent autour d'Estelle. Elle qui voulait simplement tout oublier dans les bras de son Brice se retrouve immergée, en une série de nuits glacées, dans la terreur.

  • L'argent n'a pas d'odeur », dit l'adage, mais le crime, lui, en a visiblement une !
    C'est en tout cas l'idée que défend Elisa, non voyante mais dotée d'un nez particulièrement sensible. Alors qu'un crime est commis sur le pas de sa porte, l'odeur du tueur, qu'elle n'oubliera plus, se représente bien vite à elle. Mais comment convaincre la police de la culpabilité de quelqu'un que l'on n'a même pas vu ?
    Plus que la maison d'Elisa, c'est tout le domaine voisin du Rhin, sur lequel elle habite, qui semble être le théâtre de drôles d'affaires où se nouent et se dénouent de sombres histoires de main-d'oeoeoeoeuvre clandestine.
    Dans ce nouveau roman policier, Bernard Fischbach, auteur de nombreux polars, fait s'entrecroiser crimes passionnels et grand banditisme dans une Alsace fictionnelle.

  • Le venin du mort

    Bernard Fischbach

    Denis Fischesser est un homme sans histoire, trésorier du club de bridge de Mulhouse, au sud de l'Alsace...
    Et habitué de ce fait au rôle du "mort"... Alors, qui a bien pu en vouloir à Denis au point de glisser un scorpion dans la caisse du club ? Qu'est devenu l'animal, arme du crime incontrôlable échappée dans la nature ? Quel esprit malade et manipulateur est à l'oeuvre dans ce meurtre, qui pourrait n'être que le premier d'une série ? Une enquête éprouvante pour l'inspecteur Jean-Yves Bourdon, plus rompu au bridge qu'au poker menteur...

  • Le village de Bockwiller, surnommé Boucville, est sens dessus dessous depuis qu'une vigne a été dévastée au défoliant. La fête des Vendanges, que tout le monde attendait, risque de ne pas avoir lieu. Le maire doit faire face aux craintes et aux attaques incessantes de certains de ses administrés. Et comme si cela ne suffisait pas, un corbeau s'amuse à dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas ! Quelles sont les motivations du saccageur de vigne, du corbeau, du maire ou encore du détective Ramon qui décide de se charger de l'affaire ? Se basant sur des faits réels, l'auteur nous décrit des situations rocambolesques dans ce village en apparence si paisible. A mi-chemin entre le roman policier et la satire, l'intrigue est pleine de suspense. Bernard Fischbach, auteur de nombreux ouvrages sur l'Alsace aux Editions Alan Sutton, renoue ici avec son penchant pour le polar.

  • Après la capitulation de la France, en Alsace et en Moselle annexées, sous la férule des Gauleiter Wagner et Bürckel, c'est l'incorporation de force. Ces hautes autorités nazies instaurent aussi le RAD (Reicharbeitsdienst), ou service de travail, doublé d'une préparation militaire. Les premiers conseils de révision débutent en mars 1941 et visent aussi bien les filles que les garçons. Les derniers à être « appelés » sont nés en 1926, 1927 et 1928, et ce sont alors des jeunes gens de 16 à 18 ans.
    Ce livre propose de donner un éclairage nouveau sur les RAD, dont on a parfois oublié l'existence et qui ont dû se battre pour la reconnaissance de leur statut d'incorporés de force, éclipsés par les Malgré-Nous ayant porté les armes dans la Wehrmacht. A l'appui de témoignages, l'ouvrage raconte leur histoire hors du commun et la controverse alsaco-alsacienne qu'ils ont suscitée malgré eux un demi-siècle après leur libération.

  • De la Haute-Saône au nord de lAlsace, le massif vosgien est une terre mouvementée qui évolue entre lacs, chaumes, forêts et ballons. Les histoires étranges y fourmillent. Lauteur a aussi souhaité évoquer ici des faits divers hors du commun, si loin des sentiers battus quils ont quelque chose de légendaire. Désireux de captiver un public adulte, Bernard Fischbach a par ailleurs choisi des récits qui sautorisent un peu dhumour noir et sont même parfois un brin coquins. Bernard Fischbach publie ici son neuvième livre aux Editions Alan Sutton. Ancien journaliste, directeur de collection de romans policiers, il sest toujours efforcé de tenir le lecteur en haleine de bout en bout.

  • Pourquoi gutenberg a-t-il quitté strasbourg pour imprimer sa bible de 42 lignes à mayence ? qu'a-t-il fait entre 1445 et 1448 ?
    Autant de questions que les biographes se posent et auxquelles ils ne répondent le plus souvent que par des conjectures.
    Conjectures qui laissent le champ libre au romancier. ce roman historique propose par conséquent des réponses puisées dans l'imaginaire, mêlant des personnages fictifs à des personnages ayant existé, mais tout en s'appuyant sur des faits ou des hypothèses voire des présomptions formulées par des historiens.
    Gutenberg a-t-il été approché par les hussites (partisans de jean hus, le réformateur brûlé vif à prague) ? l'auteur répond par l'affirmative d'autant plus qu'un " évêque " hussite, à la tête d'un réseau occulte, a en effet été brûlé à strasbourg par l'inquisition.
    Et c'était la dernière fois qu'un bûcher a été dressé dans la cité rhénane.
    Gutenberg, revenant d'avignon où il a rencontré un orfèvre pragois, réfugié en france, découvre que son fidèle serviteur a disparu. le mayençais de strasbourg est pris dans une tourmente alimentée par les hussites, qui attendent avec impatience que ses recherches aboutissent, la haine meurtrière des copistes, qui voient en gutenberg un dangereux concurrent et l'inquisition, qui s'allie aux copistes et combat fanatiquement les disciples de jean hus par la même occasion.
    Le récit, tout en décrivant le strasbourg du xve sicle, se lit dès lors comme un thriller et surtout comme un roman historique d'action dans la lignée des dumas, féval ou zévaco.

  • Monsieur crime parfait

    Bernard Fischbach

    • Bastberg
    • 5 Septembre 2005


    qui a tué jean-bemard hartemann, secrétaire général despotique ? la haine que lui vouent ses subordonnés en font des meurtriers potentiels.
    le coupable présumé et désigné par ses collègues complices se dérobe. il nie en effet avec la dernière des énergies : ce n'est pas lui qui a versé du cyanure dans le pastis du tyran. dans les bureaux de la mutuelle anonyme de haute-alsace, sise à mulhouse, la bonne entente qui semblait régner avant la mort de jbh se liquéfie et tout le monde soupçonne tout le monde. ce roman oú le suspense ne fléchit pas est hanté par ce leitmotiv : la victime est un assassin et l'assassin est une victime.


  • Grand-reporter aux Dernières Nouvelles d'Alsace, Bernard Fischbach enquête ici sur le massacre du village d'Oradour-sur-Glane, le 10 juin 1944, par les Waffen SS de la division Das Reich. Le procès de Bordeaux, à la Libération, chargé de juger les officiers responsables, divise la France. En effet, 14 Alsaciens, dont 13 incorporés de force sont traduit devant la justice pour avoir participé à cette extermination ce qui provoque l'indignation des Alsaciens victimes de ces incorporations de force.
    50 ans après, l'auteur reconstitue le calvaire de ce village martyr, un récit émouvant et impartial, soucieux d'ériger Oradour en emblème de la lutte contre le fascisme.

  • L´argent n´a pas d´odeur, dit l´adage, mais le crime, lui, en a visiblement une ! C´est en tout cas l´idée que défend Elisa, non voyante mais dotée d´un nez particulièrement sensible. Alors qu´un crime est commis sur le pas de sa porte, l´odeur du tueur,

  • La route des vins d'Alsace, première route des vins de France, a été inaugurée le 30 mai 1953 afin de promouvoir le vin mais aussi le tourisme et la gastronomie. Depuis, elle suscite toujours l'admiration des vignerons, des touristes et des autres régions viticoles françaises.
    Au fil des pages, ce livre vous invite à découvrir les villes et les terroirs qui jalonnent son parcours grâce à une belle sélection de cartes postales anciennes, agrémentée d'illustrations signées par des artistes alsaciens. Parmi eux, on retrouve notamment Zisslin, Klippstiehl, mais surtout Eugène Noack dit Scheni de Colmar, véritable chantre du vignoble alsacien, sans oublier Hansi. Cet ouvrage entend donc donner ses lettres de noblesse à la viticulture et aux cépages alsaciens.
    /> Thiébaut Humbert, collectionneur averti, et Bernard Fischbach, ancien journaliste, déjà auteurs de Parlez-moi d'humour dans la même collection, ont une fois de plus uni leurs compétences pour vous parler de la route des vins d'Alsace.

  • A l'aube du XXe siècle, Mulhouse est une ville en pleine mutation. La guerre de 1870 s'estompe dans les mémoires et le nouveau conflit à venir est encore inimaginable.
    La ville aux cent cheminées est placée sous le signe de l'essor industriel et démographique. A la Belle Epoque, elle connaît un développement remarquable intra et extra-muros.
    Une certaine douceur de vivre favorise la vie associative, la fée électricité préside à la qualité de la vie, alors que la mode parisienne se dessine à Mulhouse.
    Cet ouvrage s'efforce de révéler quelques-uns des aspects méconnus des années 1900, une floraison de commerces, l'extension des quartiers.
    Bernard Fischbach, ancien journaliste, et François Wagner, professeur d'histoire, auteurs de l'ouvrage 1914-1918 en Alsace dans la collectionMémoire en Images, allient, une fois de plus, leurs compétences pour proposer cette évocation historique s'appuyant sur des documents souvent inédits.

  • Les projets de relier la Méditerranée à la mer du Nord et le Rhône au Rhin ont traversé les siècles. Les Romains les envisageaient déjà. Mais c'est au début du XIXe siècle que s'ouvrit véritablement le premier grand chantier.

    Cet ouvrage raconte la grande et la petite histoire d'une voie navigable qui n'a certes pas atteint les objectifs espérés, voire rêvés de certains émules des grands bâtisseurs de l'Antiquité.

    Les auteurs évoquent les hommes dont le génie a permis la navigation entre Saint-Symphorien, en Côte-d'Or, et Niffer, dans le Haut-Rhin, et par conséquent de Lyon à Strasbourg : Claude Quentin La Chiche, Philippe Bertrand, Joseph Liard, Charles de Freycinet, Le Corbusier, etc.

    Sans oublier la grande et longue bataille du « Grand Gabarit », un ouvrage qualifié de pharaonique, que la Compagnie nationale du Rhône (CNR), après trois décennies consacrées aux études et aux acquisitions foncières, n'a pas réussi à concrétiser.

  • Ce roman noir que Bernard Fischbach et Grégoire Gauchet ont écrit à quatre mains, se déroule dans une maison de retraite cossue de la région de Mulhouse. - Dans ce lieu dédié à la fin de vie, sévit un tueur. - Les soupçons s orientent vers Baloo, le chien terre-neuve installé dans la maison pour y pratiquer la câlinothérapie. - Mais le chien pousse à son tour son dernier soupir...

empty