Frédéric Laurent

  • Le grignoteur Nouv.

  • Lui vit sur la page de gauche. Elle vit sur la page de droite. Il est très amoureux d'elle et elle est très amoureuse de lui. Mais n'y a-t-il pas un gros problème ? Un gros gros gros problème ? Entre elle et lui, il y a un fossé infranchissable et insurmontable : la reliure ! Pourtant, ils n'ont pas l'air de trouver ça trop grave. Mais quand on est très amoureux, il faut pouvoir passer du temps ensemble, s'enlacer et s'embrasser... Alors comment font-ils pour se retrouver ?

  • Pic-Pic est une terreur. Pas une terreur de paisible clairière. Pas une terreur de bord de mer. Non ! Pic-Pic c'est LA terreur de la savane.
    Quand il le croise, le serpent serpente, le guépard part, le suricate se carapate, la girafe fait l'autruche, l'éléphant fait la tronche et la hyène arrête de rigoler. Le dispositif de cet album est particulièrement malin et permet de moquer, sans aucune méchanceté, la bêtise des vaniteux. Les habiles cadrages trompent le lecteur, le contraignant au seul point de vue du héros. Ainsi, la surprise finale est-elle parfaitement ménagée. La conception cinématographique des images de Frédéric Laurent, imaginées comme des plans cinématographiques et très inspirées par l'imaginaire des cartoons, sert remarquablement sa narration.

  • Si les Shadoks pompaient, les Fipopus, eux, étaient heureux et les Gropopus se battaient. Chacun habitant d'un côté de la planète, d'un côté de l'album.

  • Suite à une grosse fatigue, son médecin impose au riche banquier épuisé de trop travailler de prendre quelques jours de repos en bord de mer.
    Sur la plage, notre banquier va croiser un pêcheur qui rentre après une heure de pêche avec deux beaux poissons. Le banquier intrigué va alors lui demander ce qu'il va faire du reste de sa journée, le pêcheur lui répondra qu'il va prendre le temps de ne rien faire en passant d'agréables moments avec sa famille et ses amis. Surpris, le banquier va lui expliquer qu'il pourrait pêcher plus pour gagner plus. Effectivement mais, et après ?
    Dans une période où notre système capitaliste vascille, cet album inspiré d'un conte mexicain rappelle aux petits comme aux grands qu'on a toujours le temps et qu'il suffit de savoir le prendre.

  • Le 12 décembre 1969, l'explosion d'une bombe sur la piazza Fontana de Milan tue 17 personnes et en blesse 88. L'onde de choc traverse l'Italie tout entière. Dans un climat social électrique, cet attentat inaugure les "années de plomb", marquées par un activisme politique aveugle. La Péninsule connaîtra entre 1969 et 1980 plus de 4000 actes terroristes. Alors que cette violence meurtrière est très majoritairement le fait de l'extrême droite, les premières enquêtes policières s'orientent vers les mouvements anarchistes.
    Mais des magistrats parviennent à identifier les vrais coupables : un groupe de néo-fascistes italiens manoeuvrés par la C.I.A. et les organisations clandestines de l'O.T.A.N., obsédées par la montée du communisme. Dans cette approche rigoureuse et documentée, Frédéric Laurent analyse les mécanismes et le pouvoir occulte de ces réseaux, nés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Leurs membres ont pour projet d'abattre la démocratie italienne et d'instaurer un gouvernement militaire inspiré de la dictature des colonels en Grèce.
    Pour plonger leur pays dans le chaos, ils profitent du savoir-faire d'anciens officiers français de l'O.A.S., spécialistes de la "guerre psychologique" et de l'infiltration dans les groupes gauchistes.

  • Il était une fois, il est encore aujourd'hui, sur un Rocher de la Côte d'Azur, un prince en son palais, héritier de sept siècles d'histoire. Son " royaume " - sa principauté de Monaco - s'est développé à la fin du XIXe siècle en attirant du monde entier une haute société qui partageait son temps entre farniente, courts de tennis, palaces, salles de jeu du Casino, concerts et ballets, somptueux dîners et fêtes costumées. Puis, d'Hollywood vint une princesse, Grace Kelly. Son mariage en 1956 avec Rainier III donne un nouvel élan au plus petit Etat du monde. Frédéric Laurent retrace cette histoire dorée des Grimaldi, mais aborde aussi sans complaisance le revers de la médaille, car ici plus qu'ailleurs le pouvoir et l'argent sont étroitement liés. Sous l'impulsion de son nouveau souverain, le prince Albert II, la principauté du XXIe siècle devra faire oublier son image de paradis fiscal et devenir un Etat moderne, équilibré, soucieux de son environnement.

  • Un homme decouvre un bebe dans les bras d'une riviere : Momotaro. Il est devenu le plus grand et le plus fort du village, mais aussi le plus faineant. Excedes par sa paresse, les villageois le chassent. Pour revenir, il devra vaincre les brigands qui terrorisent la region. Sa mere lui donne alors des gateaux pour la route. Ils lui seront bien utiles... Aidant ceux dans le besoin et partageant ses gateaux, il se fera des amis en chemin qui lui viendront en aide a leur tour pour vaincre les brigands et retrouver sa place dans son village !

  • Un petit monstre est venu habiter chez moi. Il est très déroutant ! Il ne parle pas, il hurle. Quand il réveille papa et maman en pleine nuit, ils ne trouvent pas ça grave. Il se déplace très bizarrement et fait n'importe quoi. Quand il mange, il en met de partout, et après, il rote et on lui dit « Bravo » ! Alors que moi, quand je fais des bêtises, ça ne se passe pas du tout de la même façon. Mais bon, il paraît qu'avant, j'étais comme lui...

  • Aujourd'hui, je m'ennuie terriblement. En me promenant en ville, je découvre une boîte d'où s'échappent bien vite des monstres étranges. Mais. Que font-t-ils ? Ils vont tout casser !

  • L'Orchestre noir enquête sur les attentats qui frappèrent l'Italie de la fin des années soixante aux années quatre-vingt, plus particulièrement sur celui de Piazza Fontana à Milan en 1969. La contestation sociale est alors à son apogée. Cet acte terroriste, qui tue 17 personnes et en blesse 88, marque un tournant. Il est un choc pour le pays et inaugure les « années de plomb», substituant à la perspective d'un changement social, la crainte de la violence politique aveugle. Entre 1969 et 1980, la Péninsule connaît plus de 4000 attentats, qui feront 360 morts et 4500 blessés. Cette violence meurtrière est très majoritairement le fait de l'extrême droite. Mais, manipulées par les services secrets italiens, les premières enquêtes policières s'orientent vers l'extrémisme de gauche et plus particulièrement les anarchistes. Pourtant des magistrats courageux sauront remonter vers les vrais auteurs : des néo-fascistes italiens d'Ordine Nuovo manoeuvrés par la C.I.A. et les organisations clandestines de l'OTAN, obsédées par la montée du communisme. Ces réseaux, où se retrouvaient tout à la fois politiciens et militaires, membres des services secrets et adhérents de la Loge P2, portaient le nom de « Gladio ». Ils projetaient d'abattre la démocratie italienne et d'instaurer un pouvoir fort s'appuyant sur l'armée, à l'instar du coup d'État des colonels grecs en 1967. Pour plonger leur pays dans le chaos, les putschistes comptaient, en matière de subversion, sur le savoir-faire d'anciens officiers français de l'O.A.S., spécialistes de la « guerre psychologique » et de l'infiltration dans les groupes gauchistes.Remarquablement précis et documenté, cet ouvrage constitue une véritable anatomie des réseaux néo-fascistes, des lendemains de la Seconde Guerre mondiale à la fin de la guerre froide. Nouvelle édition augmentée d'une postface de l'auteur. « Cette enquête est remarquable. Rien n'y manque, du scrupule et de la minutie dans la recherche de l'information au suspense savamment ménagé. » (Libération, à propos du documentaire éponyme de Frédéric Laurent et Fabrizio Calvi)

  • Thésée était taiseux, il parlait peu, voire très peu, voire pas du tout.
    On pensait de lui qu'il était muet, idiot, fou ou même pire, qu'il était étranger ! Alors, par crainte, on le chassait. Quand Thésée arriva en Crète, il régnait une grande agitation. Selon la tradition, un jeune homme devait chaque année partir affronter le Minotaure. "Qui estu ? D'où viens-tu ? Que veux-tu ? Souhaites-tu terrasser le Minotaure ?" Comme Thésée se taisait, il fut donc décidé à l'unanimité (moins une abstention) qu'il était d'accord et irait cette année combattre le Minotaure.

  • Promis au sommet, Philippe, jeune violoniste virtuose, voit sa destiné artistique contrariée par une guerre qui le transforme en combattant de l'ombre. La recherche d'un mystérieux milliardaire, disparu en 1945, le propulse dans une énigme aux ressorts incertains qui le ramène à sa sphère première, celle de la musique.
    L'histoire se situe au sein de l'Internationale communiste avec ses nombreux et mystérieux agents. Sujet rarement traité par la fiction, il renvoie à un romantisme révolutionnaire tragique. Les héros de cette guerre secrète qui n'étaient tués par la « réaction », trouvaient pour récompense la mort à Moscou, le plus souvent... La toile de fond est toujours réelle et tous les personnages sont vrais car ils ont tous existé d'une certaine manière. Ils sont fabriqués en mêlant des existences singulières et des faits méconnus. Ainsi, les milliardaires qui ont mis leur fortune au service de la « révolution » ont bel et bien existé ! L'espionnage est le plus souvent une invitation fortuite et la guerre change les destins. Le héros est donc un musicien, enfant prodige promit au sommet, dont la guerre contrarie la destiné. La virtuosité réclame une discipline et une abnégation paradoxale qui mettent en permanence en danger, comme l'espionnage...

    Grand connaisseur des questions d'espionnage, l'auteur a beaucoup écrit sur ce sujet, en tant que journaliste et comme auteur. Ancien collaborateur de François de Grossouvre à l'Elysée en 1981, il a aussi « fréquenté » de très près les divers services de renseignement français, « perfectionnant » ainsi un savoir sur les mécanismes de l'espionnage et du contre espionnage. Alors qu'il ne pratique pas cet instrument, il est aussi l'auteur d'un CDrom encyclopédique sur le violon qui fait référence.

  • Formé des années durant au métier de souverain, en succédant à Rainier III en avril 2005, le prince Albert II héritait d'une Principauté prospère, et, par la volonté de son père, devenue indépendante et souveraine.
    Avec l'ambition affichée de faire de Monaco « un pays modèle, producteur de modèles », il inscrit depuis son destin dans un combat permanent pour la défense de la planète, de son environnement et de sa biodiversité.
    Souverain étonnant, ancré dans son siècle, Albert II est aussi un messager de la paix et un sportif de haut niveau agissant pour les valeurs de l'olympisme. Tout à la fois attentif aux valeurs familiales, soucieux du bien-être de son peuple et d'une croissance harmonieuse de son pays, Albert II offre le visage d'un souverain moderne et engagé.
    Il a fêté ces derniers mois ses soixante ans et plus d'une décennie de règne déjà bien remplie, dont les prochaines années seront cruciales avec une nouvelle extension territoriale pacifique de son pays et un avenir ouvert sur l'Europe.

  • Les Obscuris sont un peuple de petits êtres vivant au fond d'un puits. Dans l'obscurité, ils ne savent pas à quoi ils ressemblent, pensent que les parois du puits sont les limites de leur univers et que son entrée éblouissante est une lune lointaine.
    Un jour d'orage, une branche enflammée par la foudre tombe au fond du puits, éclairant un des leurs.

    Cet écho au mythe de la caverne de Platon nous invite, à travers une histoire sensible magnifiquement illustrée, à partir sans crainte à la découverte de l'inconnu.

  • Sous forme d'un témoignage au coeur même du pouvoir mitterrandien lors de sa mise en place, Frédéric Laurent raconte la véritable guerre interne qui a opposé les services de renseignement français entre eux et le rôle de déstabilisation joué en particulier par la DST. Il illustre aussi les impitoyables luttes d'influence dans l'entourage même du chef de l'Etat entre proches comme Rousselet, Pelat, de Grossouvre, etc. qui aboutirent peut être à la mort mystérieuse de celui que l'on nommait " le ministre de la vie privée " de François Mitterrand. Dans une grande désorganisation et un amateurisme surprenant, la gauche arrivée au pouvoir après un quart de siècle d'attente ne tarde pas à renoncer à ses engagements et à pactiser avec ses adversaires d'hier dans un êtrange mélange de corruption, de laxisme et d'incompétence, au milieu de manipulations et de coups tordus pas toujours maîtrisés. Le portrait cruel, mais d'une surprenante authenticité, d'un moment essentiel de notre histoire contemporaine.

  • L'incroyable histoire vraie de l'arme la plus effroyable jamais créée.

    Le 6 août 1945, une bombe atomique ravage Hiroshima. Des dizaines de milliers de personnes sont instantanément pulvérisées. Et le monde entier découvre, horrifié, l'existence de la bombe atomique, première arme de destruction massive. Mais dans quel contexte, comment et par qui cet instrument de mort a-t-il pu être développé ?

    Véritable saga de 450 pages, ce roman graphique raconte les coulisses et les personnages-clés de cet événement historique qui, en 2020, commémore son 75e anniversaire. Des mines d'uranium du Katanga jusqu'au Japon, en passant par l'Allemagne, la Norvège, l'URSS et le Nouveau-Mexique, c'est une succession de faits incroyables mais vrais qui se sont ainsi déroulés.

    Tous ceux-ci sont ici racontés à hauteur d'hommes : qu'ils soient décideurs politiques (Roosevelt, Truman), scientifiques passés à la postérité (Einstein, Oppenheimer, Fermi...) ou acteurs majeurs demeurés méconnus, tels Leó Szilàrd (le personnage principal de cet album, un scientifique qui remua ciel et terre pour que les USA développent la bombe, puis fit l'impossible pour qu'ils ne l'utilisent jamais), Ebb Cade (un ouvrier afro-américain auquel on injecta à son insu du plutonium pour en étudier l'effet sur la santé) ou Leslie Groves (le général qui dirigea d'une main de fer le Projet Manhattan) - sans oublier, bien sûr, les habitants et la ville d'Hiroshima, reconstituée dans La Bombe de manière authentique.

    Extrêmement documenté mais avant tout passionnant, comparable en cela à la série TV Chernobyl, cet ouvrage s'impose déjà comme le livre de référence sur l'histoire de la bombe atomique.

  • « Moi je crois que plus on s'abîme, plus on est beau ».

    Le drame et la poésie s'invitent naturellement quand est évoquée la figure de cet acteur culte du cinéma français décédé à 35 ans après avoir joué dans 37 films et 27 pièces de théâtre. Un après-midi d'été de l'année 1982, chez lui face à un miroir, il se saisit de son fusil .22 Long Rifle, l'enfonce dans sa bouche et tire. Patrick Dewaere incarne l'idée de l'artiste écorché vif, dévoré par une existence intense et instable. De son enfance complexe et douloureuse, à son ascension en tant qu'acteur en passant par ses rencontres, ses amours et sa mort, ces pages content son histoire. C'est aussi un "voyage"parfois à la limite du fantastique, hanté par la fureur et la mélancolie.

  • 64 ap. J.C. Lucius est le gladiateur le plus fort et le plus adulé de Pompéi. Son image plait à Julius, riche propriétaire terrien désireux d'être élu tribun de la plèbe. L'arrangement est conclu : Lucius le soutient dans sa candidature et prendra la fille de Julius comme épouse. Mais l'ultime combat de Lucius ne se déroule pas comme prévu : opposé à un colosse, Lucius perd son bras et sa dignité.

empty