Poésie

  • Né en 1874 et mort à trente-deux ans d'une tuberculose, Henry Jean-Marie Levet était un jeune dandy qui, sous des allures d'esthète britannique, exerçait la fonction de diplomate. À sa mort, il avait seulement publié deux plaquettes de poèmes confidentielles avec des épigraphes de Laforgue et de Rimbaud. Il y eut aussi un Levet chansonnier et vaudevilliste qui collabora au Courrier français, l'un des journaux les plus importants de l'époque.
    Mais ce qui fera la gloire posthume de Levet, c'est la douzaine de poèmes constituant les Cartes postales qui ébahirent Larbaud - il le comparait d'ailleurs à un Whitman français -, Fargue, Sylvia Beach, plus tard Morand (qui les connaissait par coeur) et Cocteau.
    Véritable légende, Levet est une référence pour plusieurs générations de poètes et d'écrivains.
    Parues en revue entre 1900 et 1902, les Cartes postales furent rééditées après la mort de leur auteur par Valéry Larbaud et Léon-Paul Fargue.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Il ne nous reste rien ou si peu d'Henry J. -M. Levet, sinon ces dix courts poèmes de Cartes postales qu'il publia entre ses 26 et 28 ans. Fragments magnifiques de cette existence de météore d'un dandy de Montmartre qui a été vice-consul à Manille et à Las Palmas. Loustal dessine la vie de fiction de ce poète désinvolte à l'âme brûlante, tandis que Frédéric Vitoux nous présente ces dix poèmes qu'une poignée d'amateurs se transmettent depuis plus de cent ans, comme un mot de passe pour se reconnaître entre eux...
    Un livre, d'images et de poésies, à la nature désinvolte, fantaisiste et rêveuse.

empty