Sabine Wespieser

  • Pendant un an, j'ai tenu ce journal de façon assidue ou plus relâchée, décousue, sporadique, régulière, souhaitant partager quelque aperçu sur la vie d'un nez. J'imaginais que dans le désordre apparent de cette pensée ainsi exposée, au-delà des digressions ou des chemins de traverse, le lecteur entrant dans mes pas pouvait se construire une vision globale assez fidèle, significative, de ce qu'est la réalité d'un compositeur de parfums. Le fait est que beaucoup d'éléments de ma vie sont tendus vers cette forme d'expression particulière qu'est la composition d'un parfum. Mes pensées quotidiennes m'y ramènent souvent, en tout cas finissent toujours par y revenir, comme si j'étais tissé de cela. Les odeurs sont mes mots. Le maniement que j'en ai découle d'une logique, d'un instinct, d'un travail que je crois comparables à la démarche d'un écrivain lorsqu'il s'attelle à un livre. Je sais aussi que ce métier, parce qu'il est un art, est irréductible au langage et aux concepts. Avec ce journal, j'ai voulu simplement partager une expérience.

  • Il était naturel que Jean-Claude Ellena, après avoir levé le voile sur son quotidien de créateur de parfums dans Journal d'un parfumeur, glisse vers la fiction.
    Claude Nael compose depuis vingt ans les parfums de la société Robert Gallot (toute ressemblance avec des personnages existant ou ayant existé serait bien entendu fortuite). Créateur exigeant et solitaire, il porte haut son art de l'éphémère. Alors même qu'il a déjà livré quelques litres du " féminin " dont la date de lancement est fixée, il se voit évincé par un jeune homme talentueux et pressé, tout disposé, lui, à se soumettre à des tests de marché et à suivre les tendances en innovant sans cesse.
    Commence alors une course contre la montre pour trouver la " note verte " qui donnera à cette création sa profondeur et son mystère.
    Jean-Claude Ellena, en professionnel rigoureux, livre un très intéressant portrait d'un monde en pleine évolution. Narrateur subtil, il se garde bien de tomber dans le panneau d'une querelle des anciens et des modernes ; mais, s'il ne prend parti pour aucun de ses protagonistes, dont il saisit avec finesse les contradictions et les failles, il laisse planer sur certaines scènes le parfum d'une délicieuse ironie, qui n'est pas la moindre qualité de ce roman. de terrain.

empty