Points

  • Dans la seconde moitié du XXe siècle s'est imposée en France une désignation tantôt valorisante, tantôt péjorative : « cathos de gauche », par extension « chrétiens de gauche » - car cette nébuleuse englobe des catholiques et des protestants. Qui étaient-ils et comment ont-ils pris le tournant de l'engagement à gauche face à une Église massivement portée à droite ?
    Les « cathos de gauche » voulaient, au nom de l'Évangile, inventer une Cité où s'exprimerait l'idéal biblique de la justice. À partir de 1962, le concile Vatican II semble signer leur victoire et, dans la foulée de Mai 68, ils réclament des réformes, parfois révolutionnaires, dans l'Église et dans la société.
    L'élection de François Mitterrand en 1981, à laquelle ils ont contribué, semble pourtant marquer le début de leur déclin.
    Au début du XXIe siècle, cette variété de militants chrétiens existe-t-elle encore ? Que reste-t-il de leurs luttes et des idées qu'ils entendaient porter ?

    Directeur d'études à la Section des sciences religieuses et président de l'École pratique des hautes études (EPHE), Denis Pelletier a notamment publié Économie et humanisme (Cerf, 1996) et La Crise catholique (Payot, 2002 ; 2e éd. Rivages-Poche, 2005).
    Sociologue des religions, membre du comité de direction de la revue Esprit,Jean-Louis Schlegel est l'auteur de Religions à la carte (Hachette, 1997) et La Loi de Dieu contre la liberté des hommes (Seuil, 2003).

empty