Jean-Pierre Dutilleux

  • Depuis 25 ans, Jean-Pierre Dutilleux sillonne le monde à la rencontre des peuplades, tribus ou ethnies qui vivent encore en marge du monde moderne. Ce long périple l'a mené vers les endroits les moins connus de notre planète, car c'est là-bas que se situent les derniers retranchements de ce Monde Premier. Rescapés de l'âge de pierre ils ont réussi, malgré de nombreuses difficultés, à traverser les âges et à survivre jusqu'à nos jours. Pourtant à l'aube du troisième millénaire, tous sont menacés d'extinction. Le patrimoine de connaissances qu'ils détiennent risque de disparaître avec eux. Dans ce livre, priorité aux images. Le souhait est que ces «instants arrêtés » donnent au lecteur l'envie d'en savoir plus sur les peuples indigènes et de comprendre que leur survie ainsi que celle de leur environnement est liée à notre propre survie.

  • Amazonie, combat d'une vie Nouv.

  • Ce récit regroupe 40 ans d'aventures, d'engagement. C'est le vécu du réalisateur qui consacre sa vie à la rencontre et la défense des derniers Peuples Premiers.
    Jean-Pierre part sur la trace de ces peuples perdus à travers les déserts de Madagascar et d'Afrique de l'Est, la forêt équatoriale du Congo, en passant par les sommets de Nouvelle-Guinée, jusqu'au plus profond de l'Amazonie. Le lecteur est entraîné dans un parcours initiatique et pédagogique, sans jamais tomber dans le côté universitaire.
    Le récit est composé d'une quarantaine d'histoires (de 6/7 pages chacune environ), ponctuées de faits mystérieux, de magie et de sortilèges, mais aussi de séquences palpitantes, toujours inattendues.
    L'humour est aussi de la partie. On ne se prend pas au sérieux tout en cherchant à faire passer un message pour soutenir ces derniers témoins de l'Histoire des premiers hommes dont la survie est, aujourd'hui, menacée par la dévastation accélérée, voire frénétique, de leur univers par le monde extérieur auquel ils n'ont rien demandé.
    L'ouvrage foisonnera de personnages hauts en couleur : Ari, l'anthropophage insoumis d'Irian- Jaya (Indonésie), le chef Raoni (tribu des Kayapos) dont Jean-Pierre Dutilleux a initié la renommée mondiale et contribué à préserver un immense territoire en Amazonie, grand comme 6 fois la Belgique, ou encore, Marlon Brando et le chanteur Sting, impliqués dans ces combats...

  • For the past 25 years, Jean Pierre Dutilleux has traveled all over the globe to meet the last few tribes that are still living on the fringe of the modern world. This long « tribal journey » has taken him to some of the most remote places on Earth. It is there of course that are found the last strongholds of the real first world, the last survivors of our distant past. Jean Pierre Dutilleux believes it is important to record their way of life, not only for the memory of man kind but for the people themselves. They are the guardians of some of the planet's last unspoiled and un polluted territories.
    Unfortunately, at the dawn of the third millennium, they are all threatened.
    In this book, priority is given to pictures. The selected photographs are highlights of the 16 tribes that most moved the author. His wish is that these images will encourage the reader to find out more about indigenous people and to support their struggle to survive in this world. Increasingly, the survival of these people and of their environment is tied to our own survival.

  • « J'ai vécu une longue vie. Elle m'a donné joies et tristesses. Elle m'a aussi beaucoup appris. Pour moi, l'heure est venue de vous transmettre mon savoir. » Raoni a confié ses Mémoires à Jean-Pierre Dutilleux en 2009 et en 2017. Il souhaite que ce testament inspire à certains le désir de suivre ce chemin et de protéger les Indiens d'Amazonie, gardiens des dernières forêts primaires qui, toutes, sont attaquées. Avec elles disparaissent des trésors de biodiversité, indispensables à la survie de notre planète, de milliards d'êtres humains, d'espèces animales et végétales.

  • Maître du temps et du timbre, Henri Dutilleux (1916-2013) a oeuvré dans des genres aussi éloignés que l'art symphonique ou la musique de film, de scène et de ballet. Passeur entre différents langages musicaux du XXe siècle comme entre plusieurs générations de musiciens et de mélomanes, il n'a cessé de prendre la plume ou la parole : hommages aux grands aînés (Beethoven, Schoenberg, Debussy, Ravel, Stravinski) et aux contemporains (de Poulenc à Jolivet en passant par Roland-Manuel, Nadia Boulanger et Pierre Schaeffer), entretiens, réponses à des enquêtes ou émissions radiophoniques. Ces textes apparaissent comme les balises d'une vie d'artiste sensible aux inscriptions dans la mémoire et, au-delà, retracent une histoire de la musique française à travers près de sept décennies (1941-2007). Le catalogue de l'oeuvre (soixante-treize notices) présenté dans la seconde partie de l'ouvrage témoigne d'une quête continue de formes toujours réinventées.
    Si la voix d'Henri Dutilleux porte aujourd'hui encore dans l'esprit des jeunes musiciens de tous bords esthétiques, c'est parce qu'elle engage au mouvement et non à la doctrine ; à la reconnaissance d'un certain degré de liberté dans le domaine de l'art.

  • « J'ai vécu une longue vie. Elle m'a donné joies et tristesses. Elle m'a aussi beaucoup appris. Pour moi, l'heure est venue de vous transmettre mon savoir. » Raoni a confié ses mémoires à Jean-Pierre Dutilleux en 2009 et en 2017. Depuis leur première rencontre en 1973, il n'est plus le même homme. Il a découvert le monde qui l'entoure au Brésil et au-delà des mers. Ce recueil inédit éclaire les pistes et fondations du monde des premiers habitants de la forêt amazonienne. Raoni souhaite que ce testament puisse inspirer certains à suivre ce chemin et tenter de protéger les Indiens, gardiens des dernières forêts primaires qui, toutes, sont attaquées. Avec elles, disparaissent des trésors de biodiversité, indispensables à la survie de notre planète, de milliards d'êtres humains, d'espèces animales et végétales.
    « Après ma mort, j'aimerais que les Indiens vivent tranquilles dans la forêt, qu'ils puissent chasser, pêcher et aussi chanter et danser au village. C'est cela la vie des Kayapos. »

empty