Laetitia Atlani-Duault

  • Une ethnologue chez les humanitaires, non pour les aider à mieux comprendre les populations, mais pour les étudier, eux, de l'intérieur. voilà l'objet premier de ce livre. pour cela, l'auteur a travaillé, pendant plus de dix ans, au sein d'une organisation internationale d'aide humanitaire et de développement, tant à new york et à genève qu'en asie centrale et en transcaucasie post-soviétiques. plongée au coeur de l'arène, elle en a décrypté les enjeux, les lignes de force et les tensions. l'ouvrage présente les principaux résultats de ce travail : une réflexion sur l'anthropologie de l'aide humanitaire et du développement, et des pistes pour son renouvellement théorique et méthodologique.
    Elle éclaire aussi d'un jour nouveau l'envers des supposées révolutions « spontanées » qui ont ébranlé les anciennes provinces de l'union soviétique, concrétisant, certes, leurs aspirations démocratiques, mais dont les conditions ont été préparées de longue date. dès la fin de l'urss, les agences d'aide humanitaire et de développement ont massivement aidé à la création puis au renforcement des ong locales, pour un large éventail d'actions (éducation, défense de la biodiversité, prévention de l'épidémie de vih/sida - située au coeur de l'ouvrage) qui s'inscrivent dans une ligne d'approche commune : la construction d'une morale partagée.
    Cette analyse, de première publication en 2005, traduite notamment en anglais, est proposée ici dans une version actualisée.

  • Après le silence vient aujourd'hui, pour la première fois, le temps du témoignage des différentes religions et confessions de France sur la pandémie Covid19. Un témoignage de l'ensemble des leaders religieux français et d'intellectuels ancrés dans chaque communauté, qui tous dialoguent depuis le début de la pandémie avec l'anthropologue Laëtitia Atlani-Duault.

    La pandémie nous a rappelé le tragique de notre condition, exposée qu'elle est, non seulement à la maladie et à la mort, mais aussi à la manière dont elle s'y manifeste en inégalités, en solitudes indicibles, ou en malchances individuelles. Cependant, ce livre collectif nous montre que les religions ou, plutôt, les communautés humaines qu'elles constituent, habitées par ce tragique, sont toujours susceptibles de prendre à leur compte l'évènement qui afflige etfait peur afin de réinventer les liens de fraternité.

empty