Anne Carriere

  • Dans ce livre, Marcel Rufo se dévoile. Il raconte son enfance et son apprentissage en psychiatrie. Comment vit-on ce métier ? « En nous appuyant sur nos peines, nous devenons plus forts, plus modestes et plus déterminés dans le soin.
    Marcel Rufo va aussi à la rencontre d'enfants et d'adolescents avec l'empathie qui le caractérise, comme dans oedipe toi-même, son premier ouvrage, publié en 2000 aux éditions Anne Carrière, qui s'était vendu à 350 000 exemplaires. »

  • Clinicien avant tout, dans ses livres Marcel Rufo s'appuie sur ses rencontres avec ses patients et leur famille pour éclairer et faire le lien avec la théorie psychiatrique ou psychanalytique.
    Dans ce nouveau livre, il a choisi de réfléchir à partir d'une expérience personnelle : les relations qu'il a eues, petit, avec son unique grand-mère, une femme extravagante, autoritaire, d'origine italienne. Replongeant dans cette histoire, il développe ce que le pédopsychiatre qu'il est devenu peut maintenant en comprendre.
    Comment ce petit garçon introverti a pu devenir un pédopsychiatre extraverti, un grand communicant à l'aise avec les médias. On voit là que rien n'est jamais joué au niveau de l'enfance.
    Dans un troisième temps, Marcel Rufo, pas encore grand-père, se projette dans l'avenir et écrit à son petit-fils ou sa petite-fille imaginaire, en se mettant dans la position quasi idéale du grand-père parfait qu'il imagine devenir et ne sera sans doute jamais.

  • Faut-il dire toute la vérité aux enfants sur leurs origines ? qu'est-ce que la rivalité fraternelle ? comment se construit l'identité sexuelle ? pourquoi s'invente-t-on un roman familial ? a quoi servent les symptômes et faut-il les guérir à tout prix ? a ces questions et à bien d'autres, marcel rufo apporte des réponses concrètes, fruit de trente cinq ans de pratique de la pédopsychiatrie.
    Loin de toute théorie abstraite, il explique, à travers des cas particuliers, comment les enfants et les adolescents expriment, dans leur corps et par leur comportement, les tourments et les désarrois qu'ils ne parviennent pas à mettre en mots. quand certains se sont plu à nous répéter que tout se jouait avant six ans, marcel rufo nous montre au contraire qu'il n'y a pas de fatalité. tout peut se jouer sans cesse car quelle que soit la souffrance initiale, elle ne présage jamais de l'avenir.
    Le livre d'un spécialiste pas comme les autres, chaleureux et généreux, pour qui chaque patient, aussi jeune soit-il, est un sujet à part entière, unique et libre. a lire d'urgence par tous les parents qui trouveront là des clés pour mieux comprendre leurs enfants.

  • Que n'a-t-on pas dit sur les pères ! Le pater familias d'hier était trop distant, trop rigide ; le père d'aujourd'hui, plus proche et plus tendre, serait incapable de « faire autorité ». Le père aurait ainsi basculé d'un extrême à l'autre, mais, en définitive, cela ne change rien : quoi qu'il fasse, il a toujours (presque) tout faux !
    L'enfant le sait mieux que personne : pour lui, son père est d'abord un intrus qui vient s'immiscer dans la fusion avec sa mère et empêcher qu'elle ne se prolonge. L'intrus se transforme bientôt en rival, avant de se muer, pour quelques années, en héros. Jusqu'au jour où, devenu adolescent, l'enfant réalise que le héros n'était que le fruit de son imagination.
    Cette histoire naturelle de la paternité souligne une vérité incontournable : le père n'étant jamais tel qu'on l'imagine, il est condamné à être imparfait et faillible. Mais c'est grâce à ces manques et ces fragilités que l'enfant peut se construire. Il apprendra à composer avec, quitte à s'attacher à d'autres figures paternelles, comme autant de « suppléments » de pères qui l'aideront finalement à trouver le sien, cet inconnu familier qu'il ne cesse de chercher.

    Marcel Rufo n'entend pas ici donner de conseils pour être un « bon » père ni esquisser le portrait robot d'un père idéal. Inlassable pourfendeur des idées reçues, il montre que le père ne peut se réduire à une caricature ou à une entité figée. Pour lui, il n'y a que des pères, sujets d'histoires singulières qui, juxtaposées, finissent par dessiner une réalité nettement plus subtile : le père est toujours une mosaïque d'images mêlant réel et imaginaire.

  • Tiens bon !

    Marcel Rufo

    Parmi les innombrables patients que Marcel Rufo a rencontrés au cours de sa carrière, il a choisi sept histoires. Un cas d'autisme infantile, d'autres de handicap, de troubles alimentaires graves, de conduites à risques, de troubles de l'adoption... Sept cas cliniques qui l'ont marqué, sept patients qu'il a suivis, parfois pendant de longues années. Mais qu'y a-t-il de commun entre un autiste et un enfant adopté ? Peut-être la confiance, la croyance qu'un mieux-être est possible, quelles que soient les difficultés que l'on doit traverser. Marcel Rufo se fait dans ce livre l'avocat d'une psychiatrie optimiste, qui croit en l'avenir. Une psychiatrie qui ne se résume pas à la maîtrise de la clinique, mais qui englobe le suivi et l'empathie. "Du cas le plus lourd au plus anodin ou apparemment léger, ce dont je suis intimement persuadé, c'est qu'il existe toujours une réserve d'espérance".

  • Un rendez-vous inédit : quatre heures d'entretien filmé avec le célèbre pédopsychiatre Marcel Rufo, qui nous offre, à travers plus de 120 entrées thématiques, une introduction à tous les grands sujets auxquels sont confrontés les parents. Amour, Angoisse, Affection, Anorexie, Adoption. Bébé, Bonheur, Bruxisme. Caractère, Camarade, Collège. Dépression, Délinquance, Divorce. Et tant d'autres. Un discours libre, engagé, pédagogique. À regarder en famille pour ouvrir le débat. En complément, un livre regroupant 100 chroniques de Marcel Rufo dans Version Femina : 100 questions pratiques de parents confrontés aux problèmes, banals ou graves, de l'enfance et de l'adolescence.

  • On envie les adolescents pour leur jeunesse et ses promesses, mais on oublie un peu vite qu'il s'agit aussi d'une période douloureuse, parce qu'elle représente une perte : perte de la pensée magique de l'enfance, des illusions sur soi et sur le monde. Il faut apprendre à accepter ses propres limites et se résoudre à être toujours un peu moins glorieux que ce que l'on avait imaginé. On comprend alors pourquoi l'adolescence constitue un terrain favorable à l'apparition de troubles psychiques : ils expriment la fragilité inhérente à cet âge, le doute sur soi et sur ses capacités à plaire, à aimer et à être aimé, l'incertitude sur ce que l'on pourra devenir.
    Mais si les enjeux se font plus aigus qu'au temps de l'enfance, rien n'est encore joué, tout reste possible, et un grand nombre de ces troubles, parfois spectaculaires, se révéleront transitoires. À charge pour le psychiatre d'accompagner ce processus de maturation qu'est l'adolescence et de tout mettre en oeuvre pour relancer les perspectives d'avenir.
    À l'heure où il quitte la Maison de Solenn dont il avait pris la direction en novembre 2004, le Pr Marcel Rufo se penche sur son expérience auprès des adolescents. Il ne prétend pas dresser le portrait d'une génération, mais préfère s'intéresser à des histoires singulières qui en disent plus long que toutes les théories et permettent de mieux comprendre les comportements de ces « ados » trop souvent considérés comme une entité indistincte.
    À la fois livre de souvenirs et réflexion sur l'exercice de son métier, La Vie en désordre est un plaidoyer pour une psychiatrie humaniste, inventive et optimiste, loin des dogmes et du psychiatriquement correct.

  • A la naissance, le bébé ne fait qu'un avec sa mère. C'est le temps de la fusion, indispensable, où il puise assurance et force. Cependant, il faut grandir et, pour cela, prendre de la distance, afin de gagner de nouveaux territoires d'autonomie et de liberté. Tout le développement psychomoteur de l'enfant, toute vie humaine apparaissent comme une suite d'attachements et de détachements, de conquêtes et de séparations. Mais peut-on se séparer sans peine ? Pourquoi la séparation fait-elle naître en nous un sentiment d'abandon ? Qu'est-ce que le travail de deuil, et est-il jamais terminé ? A quoi servent les souvenirs ? Sommes-nous vraiment nostalgiques de la fusion première avec notre mère ? Le Pr Marcel Rufo répond ici avec la chaleur et l'humanité qu'on lui connaît, et une grande empathie pour nos fragilités, nous tendant ainsi un miroir où chacun retrouvera ses interrogations, ses doutes, ses appréhensions face à la séparation. Avec, en filigrane, ce constat : on ne peut pas vivre sans lien mais, dès lors qu'il devient trop exclusif, ce lien menace de nous étouffer. Il faut donc pouvoir le desserrer, se détacher, afin de trouver la juste proximité entre les autres et soi.

  • Pour les parents d'aujourd'hui, l'école est un sujet sensible. Sachant que la durée moyenne des études en France est de quelque 18 ans (pour un enfant y entrant en maternelle), le moins qu'ils en attendent est que leur progéniture s'y épanouisse et y réussisse, puis qu'elle en sorte dotée d'un diplôme. Car le chômage touche plus sévèrement les jeunes sans qualification. Ils espèrent aussi qu'elle aidera leur enfant à s'orienter vers un métier qui lui plaise et dont il pourra vivre décemment. L'école actuelle atteint-elle ces objectifs ? Marcel Rufo liste ses points faibles pour proposer d'y remédier. Il analyse l'aide que peut apporter une consultation en pédopsychiatrie pour répondre aux difficultés scolaires. Il traite des troubles des apprentissages ; du décrochage et de la phobie scolaires ; de la précocité intellectuelle ; de la question des notes et du redoublement ; des enjeux des années de collège et de l'adolescence ; de l'orientation en filière générale ou dans l'enseignement technique ; et enfin, de l'entrée dans la vie professionnelle ou à la faculté. Mais il aborde également comment gérer un bon élève, le plaisir d'avoir un enfant qui réussit mieux que soi et comment, par le choix de ses études ou son métier, un adolescent ou un jeune adulte peut se détacher de ses parents pour partir à la conquête de sa propre vie.

  • Nous mettons au monde des petites filles et des petits garçons, mais nous sommes bien les seuls à le savoir.
    Car les bébés, eux, ignorent qu'ils ont un sexe. Ils vont le découvrir et se l'approprier peu à peu, à travers des expériences fondamentales qui les amèneront d'une sexualité infantile, faite essentiellement de sensorialité, à la sexualité agie de l'adolescence. Premier sourire, allaitement, apprentissage de la propreté, traversée de la période de l'Oedipe, phase de latence, puberté, premières relations sexuelles...
    Marcel Rufo retrace les moments forts de ce passionnant parcours et les conquêtes qui s'y rattachent, sans oublier d'évoquer tout ce qui peut entraîner des troubles dans 1e développement de l'identité sexuelle de l'enfant - attouchements, viol, mais aussi maladie ou handicap. Enfin, il répond aux questions très concrètes que les parents se posent : Est-il normal qu'un enfant se masturbe ? Doit-on le lui interdire ? Peut-on prendre un bain avec lui ? Est-ce inquiétant s'il refuse d'aller sur 1e pot ? Quelles conséquences peuvent entraîner la vision d'un film pornographique ? On retrouve ici ce qui fait la force de Marcel Rufo des exemples précis, issus de sa pratique quotidienne, une grande clarté, le refus du dogmatisme et une vraie originalité de pensée.
    Pour lui, la sexualité est un mystère et doit le rester. Son livre devient ainsi un plaidoyer pour la pudeur et le respect de l'intimité de chacun.

  • Avec plus de 11 000 tentatives et 1 000 décès par an, le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15-24 ans, des chiffres en augmentation constante depuis la fin des années 1960. C'est dans ce contexte que le Professeur Marcel Rufo, pédopsychiatre, et les Editions Anne Carrière ont conçu un album de bande dessinée consacré à la prévention du suicide des adolescents.
    Dom, Jules et Nassama, trois amis d'enfance, sont au lycée dans la même classe. Jules, en plein mal-être, vit une adolescence difficile. Il passe de l'exubérance à la morosité et se sent incapable de répondre à certaines questions. Pour devenir le meilleur, il subit des pressions de son entourage et s'en impose à lui-même. Ses relations avec ses parents et ses copains se tendent, ses résultats scolaires s'effondrent, rien ne va plus. Après avoir quitté Nassama, il se met en danger jusqu'à rouler défoncé en scooter, épisode dont il émergera avec un traumatisme crânien et une double fracture du tibia. Nassama n'accepte pas cette rupture et ne sait plus où elle en est. Alcool, drogue, piercing, absentéisme, conduites sexuelles multiples et à risque, elle est en perte totale de repères et tente de mettre fin à ses jours.

    Nassama, Jules, Dom et toute leur bande nous font partager leur quotidien et la succession des événements qui les entraînent sur des chemins périlleux. Débordés par leurs émotions, ils hésitent, souffrent, doutent, mais nous montrent aussi comment rebondir et trouver en soi, avec l'aide des autres, des ressources de vie, afin de stopper l'escalade et de donner un sens à sa vie. Un album qui restitue parfaitement la « planète ado » - les dessins ont du mouvement, les dialogues sont bien réglés, les filles sexy et les garçons agréable à regarder - et qui permettra d'ouvrir le dialogue entre ados et adultes.

  • Ce livre est né d'un constat : les enfants qui viennent actuellement en consultation de pédopsychiatrie ne ressemblent pas à ceux des années 1960 à 1980. On y rencontre notamment un nombre significatif d'enfants tyrans, qui formaient autrefois l'exception. Les enfants tyrans sont ces enfants autoritaires et hyper exigeants qui n'hésitent pas à recourir à la violence physique, à la menace ou au chantage pour obtenir de leurs parents la satisfaction de leurs moindres désirs.

    Les professeurs Marcel Rufo et Philippe Duverger, qui appartiennent à deux générations de pédopsychiatres, s'interrogent : cette situation est-elle la conséquence d'une éducation trop permissive à la maison, à l'école ? Faut-il y voir la faillite, depuis quelques décennies, d'une évolution qui, à force de vouloir comprendre les enfants, leur a accordé tous les droits et a renoncé à leur inculquer les vertus de l'obéissance, la politesse, le respect des adultes ?
    À travers plusieurs cas relatés, les auteurs questionnent les liens entre tyrannie et précocité, tyrannie et intolérance à la frustration ; ils se demandent surtout comment aider les parents à surmonter leur désarroi pour aller chercher assistance auprès de professionnels. Enfin, ils restaurent la valeur éducative de l'autorité et redéfinissent la place de l'enfant au sein de la famille.

  • Le rugby est une école de la vie. Complexe par ses règles, passionnant par son histoire foisonnante et par sa mythologie, le rugby apprend à mieux se connaître, à se construire en se mesurant à autrui dès le plus jeune âge.
    Un illustre capitaine du XV de France, médecin de son état, Lucien Mias, disait : « Le rugby, c'est le seul sport où l'on se rencontre, alors qu'ailleurs on se croise. » Christophe Schaeffer et Marcel Rufo ont réfléchi sur ce qui, dans ce jeu, nous élève depuis l'enfance à la manière d'un conte de fées. Ils débattent ici de l'histoire, de l'esprit et des règles de ce sport. Les grandes thématiques du rugby - « la mêlée au rugby est-elle le coeur du jeu et du nous ? », « le rugby est-il la culture du métissage par excellence ? », « en quoi le rugby est-il l'image du respect ? » - sont ici éclairées par la vision personnelle des deux auteurs.
    Cet ouvrage n'a d'autre ambition que de présenter le rugby comme un art de vivre élémentaire.

  • à quinze ans, on a la vie devant soi.
    Rien ne peut vous arriver. mais, un jour, c'est l'accident, la chute en montagne, et le verdict tombe: " tu ne pourras plus jamais remarcher ". au début, on espère être l'exception statistique qui donnera tort aux médecins. on se bat pour défier la réalité. mais, au fil des longs mois de rééducation, on se rend à l'évidence: il va falloir apprendre à exister sans sa motricité. comment envisager l'avenir, alors, comment se reconstruire, comment avancer, malgré ce compagnon bien encombrant qu'est le fauteuil roulant?.
    Luc est aujourd'hui un homme épanoui qui parvient à faire oublier son handicap. il sort, voyage, et profite avec bonheur de chaque instant partagé avec ses proches. ses échanges avec marcel rufo offrent un regard nouveau sur la manière de se relever de ce drame auquel nous pouvons tous, un jour ou l'autre, être confrontés. son expérience et les analyses du pédopsychiatre qui lui font écho aideront tous ceux qui traversent une telle épreuve et sont submergés par la détresse.
    Oui, il est possible de s'en sortir, il est même possible d'être heureux!. une belle leçon de vie et d'espoir

  • Partant de leurs deux constats sur les adolescents - celui du clinicien et celui de l'épidémiologiste -, les auteurs tentent de mieux comprendre l'évolution des jeunes d'aujourd'hui, leurs préoccupations, leurs attitudes face à l'adulte, à l'école comme en famille, leur mode d'expression quand ils vont mal et les points d'ancrage possibles pour la prévention et le soin.
    En effet, les discours sur l'adolescence sont le plus souvent alarmistes, et le « toujours plus » systématiquement de rigueur : plus de consommateurs de drogues, plus de violences, plus de difficultés scolaires. Mais que montrent les enquêtes successives menées auprès de larges échantillons d'adolescents ? Comment ces données contredisent-elles les discours environnants ? Et comment la clinique peut-elle comprendre l'angoisse des adultes face aux adolescents, s'appuyer sur des données chiffrées, voire les conforter ? Enfin, comment aboutir à un regard plus juste sur cette nouvelle génération qui, par bien des aspects, n'est pas si différente de la précédente ?
    Ces regards croisés permettent de contribuer à une meilleure perception des adolescents d'aujourd'hui, de faire des propositions pratiques pour mieux les connaître, mieux leur parler, et surtout mieux échanger.

empty