Mathieu Fantin

  • Mon ami le boche

    Mathieu Fantin

    • Pixl
    • 21 Février 2019

    Connaissez-vous l'histoire des premières fraternisations entre soldats français et allemands sur le front ? Cette incroyable et insoutenable condition dans laquelle ont vécu les soldats des tranchées de 14-18, nos arrières-grands-parents ?
    Comment cela fut-il possible de tenir 4 ans dans cet enfer ?
    Est-ce une haine farouche de l'ennemi ou une incroyable capacité d'adaptation de l'homme qui recherche en général, souvent inconsciemment, le moindre brin d'humanité ?
    Cet ouvrage prouve que cette seconde thèse prend sa place dans la compréhension du fonctionnement de ce conflit.
    Une anthologie retraçant de nombreux récits d'actes, de paroles échangées entre Poilus et Boches, ainsi que de nombreux actes de fraternisation qui en découlent, plongera ainsi le lecteur au coeur de la vie quotidienne des soldats.
    Malgré le déchaînement de la violence, les fantassins seront tous surpris, derrière l'ennemi, d'entrevoir l'Homme !

  • Cet hiver, nous fêterons le centenaire des premières fraternisations entre soldats français et allemands sur le front.
    Moment opportun pour rappeler l'incroyable et insoutenable condition dans laquelle ont vécu les soldats des tranchées de 14-18, nos arrières grands-parents !

    Comment cela fut-il possible de tenir 4 ans dans cet enfer ?

    Est-ce une haine farouche de l'ennemi ou une incroyable capacité d'adaptation de l'homme qui recherche en général, souvent inconsciemment, le moindre brin d'humanité?
    Cet ouvrage tentera de prouver que cette seconde thèse prend sa place dans la compréhension du fonctionnement de ce conflit.
    Une anthologie retraçant de nombreux récits d'actes de paroles échangées entre poilus et boches ainsi que de nombreux actes de fraternisation qui en découlent plongera ainsi le lecteur au coeur de la vie quotidienne des soldats.
    Malgré le déchaînement de la violence, les fantassins seront tous surpris, derrière l'ennemi, d'entrevoir l'homme !

empty