Muriel Bloch

  • Une parole d'hier dite aujourd'hui pour demain.

    Une grande veillée des nouveaux maîtres de la parole africaine, pour rendre... conte de la diversité culturelle de l'Afrique, vaste continent où l'oralité et la transmission restent des valeurs centrales et nécessaires. Du Bénin au Rwanda, de Madagascar aux Comores, du Burundi à la Guinée-Bissau  : à chacun(e) sa façon de dire et d'écrire son pays, d'hier ou d'aujourd'hui...

  • Laissez-vous envoûter par le son du sitar, de la flûte de bambou, des tablas, de l'harmonium, de la tempura et les voix des chanteurs. Partez à la découverte de la musique indienne !

  • L'ogre Babborco

    Muriel Bloch

    Il ya longtemps en Sardaigne, un ogre vivait dans les parages d'un petit village. Il s'appelait Babborco. C'était un ogre énorme et il dévorait tout sur son passage.

    Marche que je te marche c'est au tour de Pietrino de lui apporter des gnocchis...


    Prix de la ville de Douai, 2001

  • Un Petit Chaperon rouge sarde avec un ogre qui joue le rôle du loup, une version louisianaise de La Chèvre et les biquets incroyablement pittoresque, un petit garçon enlevé par les oies de Baba Yaga... Une sélection de contes savoureux qui nous emmène loin ! Un voyage tout en musique : de la Louisiane et la Sardaigne en passant par la Russie .

  • Chez certains peuples de la terre, les histoires sont des êtres vivants, et tout être vivant est une histoire : ce sont souvent les noms qui en témoignent. Ici, les contes se promènent dans différentes cultures, mêlent les hommes et les animaux et se jouent de tous les genres, du merveilleux au facétieux ! Mais c'est le secret du nom qui les relie entre eux, qui est le ressort de ces actions diverses, divertissantes et souvent prodfonde - comme dans ce conte tzigane où un homme qui s'appelle Rien s'acoquine étrangement avec un certain Touche-à-Tout !Dire le nom, c'est commencer l'histoire...

  • Un nouveau peton en plein coeur de la Louisiane à la fois drôle et effrayant, joyeusement croqué par Andrée Prigent.
    En Louisiane vivent un père, une mère et leurs trois filles. Les parents travaillent dur et les trois fillettes vivent sous la menace constante du gros alligator qui vit dans la mare avoisinante. Elles ne sont autorisées à sortir que si elles entendent leur mère entonner une jolie chanson composée pour elles. C'est sans compter sur l'appétit féroce et la ruse du gros alligator. Ayant répété la dite chanson pendant des heures, il imite maman à la perfection et vient se poster en bas de l'escalier. Ignorant le danger, la plus petite descend et la voilà croquée par l'animal. A leur retour, les parents s'aperçoivent de la disparition de la fillette. Leur sang ne fait alors qu'un tour. Le père armé d'un couteau ouvre le ventre de l'alligator et récupère son enfant. L'animal est désormais hors d'état de nuire... et comme toujours, en Louisiane, l'histoire se termine autour d'un banjo.
    Ce nouveau peton, très réussi, nous propose une variante peu connue de L'ogresse et les sept chevreaux, et nous plonge dans la Louisiane sauvage, ses bayous et ses alligators. La famille y est très bien campée : voici un conte où chacun joue son rôle au sein du cercle familial et celui du père n'est pas des moindres !
    Andrée Prigent campe un saurien glouton, aux yeux exorbités, drôle et monstrueux... On retrouve avec plaisir ses couleurs « rasta », sa technique en linogravure et la bonne humeur évidente qui se dégage de ses illustrations.

  • C'est l'histoire de monsieur et madame Kintaro, anciens pickpockets passés maîtres dans l'art de la paresse! Pour vivre confortablement sans se fatiguer, ils ont un jour une idée.Une grande idée qui va les conduire jusqu'au redoutable peuple des « N'ont qu'un oeil au beau milieu de front ». Mais les choses ne tourneront pas tout à fait comme prévu !

  • Connaissez-vous l'histoire du petit chameau blanc qui pleurait tant et tant sa mère disparue qu'il parvint à attendrir un cheval, une tigresse affamée, une forêt profonde et une énorme tortue ? Une quête émouvante dans les steppes de Mongolie. La persévérance, la compassion, l'amour maternel sont au coeur de cette très jolie histoire qui peut être lue à partir de 6 ans. Extrait de Contes d'amour autour du monde. Conte de Mongolie

  • Deux amis d'enfance étaient inséparables. À tel point que leur amitié faisait l'admiration de tous. Mais un jour, ils cessèrent de se fréquenter. Puis, la femme de l'un accoucha d'une fille et la femme de l'autre d'un garçon...

  • "En six contes et une chanson puisés aux quatre coins du monde, Muriel Bloch et Chloé Poizat explorent des visages insolites de l'amour.
    Derrière le destin de personnages très variés, c'est toute la palette des sentiments amoureux que la conteuse évoque : une jeune nomade fuyant les siens à cause d'un baiser volé, un petit chameau blanc prêt à tout pour retrouver sa mère, une jeune mariée risquant sa vie le soir de ses noces, deux enfants qui s'aiment malgré les interdits.
    Muriel Bloch, véritable ensorceleuse, imagine un voyage qui emprunte des chemins insolites et parfois déroutants pour entraîner lecteurs et auditeurs, des plaines d'Afghanistan à la ville de Shiraz, de la banquise aux steppes de Mongolie, en passant par le fleuve Niger ou une ville de l'Atlas.
    Les textes sont remarquablement choisis et écrits. La musique composée par Fred Costa et Guilla Thiam (guitare, clarinette, percussions) aux accents musiques du monde accompagne avec légèreté la conteuse tout au long de ses récits. Un livre-disque étonnant, sublimé par les peintures de Chloé Poizat...."

  • Il était une fois un homme qui portait un nom bizarre. On l'appelait El Bizarron. Le chapeau de paille vissé sur la tête, ce gars-là avait une carrure impressionnante et n'avait peur de rien ni de personne. Quand le diable lui-même lui proposa de travailler pour lui, en enfer, il accepta sans sourciller. Dans cette histoire, le plus effrayant n'est peut-être pas celui qu'on croit...

  • Babel ou Babylone, Madrid ou Marrakech, Damas ou Dakar oe
    Il était cette fois 365 contes. De Rome à Ségou, de Berlin à Pékin, de Saint-Louis à Cracovie, chaque conte dans une ville, comme un pochoir sur un mur...
    Les villes sont les forêts des contes d'autrefois. Villes chimères qui, d'Est en Ouest, orientent et désorientent. Histoires véridiques et légendes urbaines où des conteurs anonymes croisent les auteurs de renom : Franz Kafka, Julio Cortazar, Isaac Bashevis Singer, Italo Calvino, Bertolt Brecht, Chester Himes... Des contes parlant des gens d'ici ou d'ailleurs, des origines et des métiers, bestiaire et mystères...
    Pour de rire, pour de vrai, écoutez-les : toutes les villes en parlent...

  • Conteuse ouverte sur le monde, muriel bloch raconte depuis 1979, en france et à l'étranger, seule ou en musique. elle aime voyager, raconter pour tous les âges, enregistrer et publier des livres de contes. elle est également chargée de programmation pour différents festivals.

  • Il y avait, et il y a peut-être encore à Dakar, place de l'Indépendance, au coin de l'avenue Albert Sarrault, une petite marchande de journaux qui s'appelait Aïssata...
    Aïssata vend le Soleil, le quotidien national sénégalais, en rêvant à son prochain mariage avec une star internationale. Parmi ses clients, un chanteur à succès, surnommé le prince de Colobane. Il est à la recherche d'une épouse mais, avant de s'engager, il voudrait être sûr. Le prince possède un talisman, un suwer. Une peinture sur verre qui dit toujours la vérité, à qui on ne peut rien cacher, et qui va lui servir de test à chaque fois qu'une femme franchira le seuil de sa villa. Et ça, tout le monde le sait.
    Deux " menteries " (contes extravagants) viennent encadrer ce conte écrit en hommage au film franco-sénégalais de Djibril Diop Mambety, La petite vendeuse de soleil.
    La Marchande de soleils est une création et une production originales de la collection Livre-CD.
    Trois artistes - Muriel Bloch, une conteuse voyageuse ; Blaise Patrix, un artiste-peintre vivant en Belgique ; Guilla Thiam, un chanteur-guitariste sénégalais vivant à Paris - ont collaboré à ce Livre-CD. Un trio qu'ils tissent et re-tissent, à chaque tournée : Muriel Bloch raconte en musique, tandis que les toiles de Blaise Patrix, mémoire des histoires, accompagnent le spectacle. Des refrains et des proverbes, en wolof et en français, rythment les trois parties du conte de La marchande de soleils.
    Un livre qui jette des passerelles... à la croisée des langues, entre français et wolof, à la croisée des mondes, entre Dakar et Paris.

  • Pour les Inuits du Groenland, c'est Grand Corbeau qui créa le monde. Il apparaissait tantôt homme, tantôt oiseau. Un matin, il s'aventure sur la mer Blanche. Au loin, il aperçoit une énorme baleine...
     

  • Chaque jour de l'année vaut bien un conte.
    Conteuse, muriel bloch nous donne ici un bien joli livre de chevet. 365 jours pour des contes, des virelangues, des devinettes et des proverbes du monde entier, des contes d'animaux, de randonnée, des contes merveilleux, des contes à rire, à lire, à réfléchir. l'inoubliable petite musique des contes à raconter par les plus grands aux plus petits, des contes à mettre en bouche pour faire son conte comme on se couche.

  • A la naissance de Joseph, son grand-père, un habile tailleur, lui confectionna une magnifique couverture.
    Joseph ne s'en séparait jamais, c'était son schmat doudou. Mieux qu'une peluche, il la traînait partout... Un conte yiddish tendre et malicieux ! Conteuse ouverte sur le monde, Muriel Bloch raconte pour tous les âges, depuis 1979, en France et à l'étranger, seule ou en musique. Son répertoire est éclectique, mais elle avoue une tendresse particulière pour les contes de la tradition yiddish.

  • Dis-moi pourquoi on meurt.
    Pourquoi le soleil se couche. dis-moi comment sont apparus les nuages. pourquoi les poissons vivent dans l'eau.
    Pour affronter le flot continuel des questions enfantines, voici presque 365 contes, nés d'interrogations graves ou saugrenues, cosmiques ou pratiques, rêveuses ou pointilleuses, une ribambelle de contes recueillis sur les différents continents, qui s'entêtent à dire chaque fois la première fois !
    à vous de refaire le monde ! certains peuvent préférer les questions aux réponses, d'autres s'écrier à la lecture de cette anthologie vagabonde : " j'ai des réponses, qui a des questions ? ".

  • Il était une fois un homme et une femme qui n'avaient qu'une dent, voilà mon commencement, qui n'avaient qu'un pied, voilà la moitié, qui n'avaient qu'un genou, voilà le bout... Un cavalier chauve, une main verte, la princesse aux trois seins, le mal de dos du Bouddha, le doigt en diamant, un fantôme sans visage... Voici 365 jours pour raconter le corps humain, ses sortilèges et ses métamorphoses, au-dehors et au-dedans, de la peau jusqu'aux os, de la tête aux pieds et les cinq sens à la fête.


  • il était une fois un géant au coeur d'or, sarabuga, qui aimait chanter à tue-tête sur les chemins de l'île de fogo.
    la musique le rendait plus fort : il n'avait peur de rien, ni des grondements du volcan, ni de la mer déchaînée qui battait le rivage, ni des troupes du gouverneur qui en avaient après lui ! pour découvrir toute la générosité et la chaleur de la musique du cap vert, une histoire de jean-yves loude et muriel bloch, illustrée par aurélia grandin.

  • C'est l'histoire d'une petite fille, Faravavy, qui trouve dans la forêt un oeuf extraordinaire : un oeuf de Tsiketriky, un oeuf d'oiseau de paradis. Chaque jour, en cachette de sa famille, elle le regarde grossir, grossir. Un jour enfin, l'oeuf éclôt. Quelle surprise quand elle voit en sortir un drôle d'animal. Un gros, très gros même, et sans aucune plume ! La petite, dans le plus grand secret, soigne son beau zébu. Mais sa mère s'étonne des disparitions de Faravavy et envoie les deux aînées surveiller leur benjamine. Après avoir découvert l'existence du zébu, les parents éloignent la fillette, attrapent la bête et la traînent au village où elle est tuée et mangée...

  • Il était une fois un géant au coeur d'or, Sarabuga, qui aimait chanter à tue-tête sur les chemins de l'île de Fogo.
    La musique le rendait plus fort : il n'avait peur de rien, ni des grondements du volcan, ni de la mer déchaînée qui battait le rivage, ni des troupes du gouverneur qui en avaient après lui !

  • Un conte à l'ambiance moyen orientale qui rend hommage à l'audace d'une toute jeune fille !
    À Alep, un marchand de figues de Barbarie est arrêté par décret du roi. Mais comment sa fille Selma survivra-t-elle si son père est enfermé ? Sans plus attendre, Selma décide de tout faire pour le sauver. Ayant appris que le roi organise une fête en l'honneur de son fils, la jeune fille emprunte une belle robe, des souliers à talons et du maquillage à ses voisines pour tenter sa chance à la cour. Mue par l'urgence du désespoir, Selma se présente au palais, et rien ni personne ne l'arrêtera !

    Thèmes : Conte - Audace - Courage.

empty