Stéphane Maillard

  • Marie-France Brune a vu un jour débarquer chez elle un photographe et une journaliste. Aidée par ses amis Gitans, elle tient à bout de bras, la ferme familiale au Mont-Dol près de Saint-Malo. Cet ouvrage lui a permis de mettre en forme tout le long fil d'une vie décalée qu'elle n'a jamais voulu ancrer dans la norme.

  • La guerre est au croisement des réalités politique, militaire, sociale, économique et culturelle? On oublie trop souvent sa dimension juridique. Pourtant, dès l'origine, le droit accompagne la guerre, qu'il s'agisse de l'encadrer, de la régler ou de la justifier.
    Même transgressé, ce cadre normatif constitue le support ou le reflet d'une pensée féconde qui ne cesse de s'adapter aux nouveaux visages de la guerre.
    Psychanalystes, juristes, politistes, économistes, acteurs engagés sur le terrain, qu'ils soient civils ou militaires, pensent la guerre.
    Le cinéma la montre.
    Dès la Première Guerre mondiale, par la fiction ou le documentaire, il participe à l'effort de guerre et contribue à diffuser, à interroger ou à contredire une culture de la guerre. Cette dernière occupe dès lors une grande place dans l'univers des représentations mentales. Au-delà de leur violence, le cinéma rend-il compte des lois de la guerre ? Sociologues, historiens des représentations, philosophes et juristes analysent les images pour en rendre compte.

empty