Stefan Martens

  • La guerre de 1940 - se battre, subir, se souvenir

    Stefan Martens

    • Pu du septentrion
    • 2 Octobre 2014

    À la veille du 75e anniversaire du début de la Seconde Guerre mondiale, ce livre propose un nouveau regard sur la débâcle de mai-juin 1940. Les auteurs, chercheurs français et étrangers, adoptent une perspective originale: celle d´une histoire croisée et régionale, qui s´intéresse non seulement à l´Allemagne et à la France, mais aussi aux Pays-Bas, au Luxembourg et à la Belgique. C´est donc l´Europe occidentale dans sa totalité qui se trouve au centre de cet ouvrage, en tant que théâtre de cette offensive fulgurante et point de départ des vagues d'exode successives.Ces actes sont le fruit d'un colloque international organisé par l'Université Charles-de-Gaulle Lille 3 et le conseil régional Nord-Pas-de-Calais en partenariat avec le CEGES Bruxelles, l'Institut historique allemand de Paris, la municipalité de Lille, le Service historique de la Défense, le musée La Coupole et le programme de recherche ANR « Les occupations militaires en Europe » porté par la MESHS et l'IRHiS.

  • Une nouvelle édition revue et augmentée d'archives inédites. Un regard sans équivalent sur l'Occupation.

    Cet ouvrage a été constitué à partir des milliers de lettres et journaux, photographies personnelles et de dessins, conservés dans les archives allemandes. Il a fallu deux ans de recherche, de nombreux voyages, des enquêtes, des traductions multiples pour retenir le meilleur, présenté dans ces 320 pages.

    Durant quatre ans, de 1940 à 1944, la France vit à l'heure allemande. De 80 000 Allemands en 1941, leur présence est évaluée à près de 650 000 hommes à la veille du débarquement de juin 1944. Ils sont simples soldats, officiers ou civils. La plupart n'ont jamais quitté leurs villages et leurs villes.

    La nouvelle édition de ce livre est augmentée d'archives inédites, dont notamment : le regard d'une jeune auxiliaire allemande et son évolution dans la capitale occupée, ou le journal de guerre d'un jeune soldat allemand.

  • Occupation et répression militaire allemande

    ,

    • Autrement
    • 17 Janvier 2008

    Aujourd'hui encore, l'image de la Wehrmacht demeure ambiguë, son rôle dans la Seconde Guerre mondiale faisant toujours l'objet de controverses.
    Le renouvellement historiographique sur les crimes de l'armée allemande à l'Est a eu tendance à établir une distinction de nature entre le comportement des militaires à l'Ouest - qui seraient dans une large mesure restés soucieux du respect des conventions internationales - et celui des troupes engagées à l'Est - qui les auraient systématiquement bafouées. Vision diabolisante de la résistance conjuguée avec la peur fantasmatique du "judéo-bolchevisme", porosité de la frontière entre répression des oppositions et persécution des juifs sont pourtant des mécanismes de radicalisation qui ont joué dans l'ensemble de l'Europe occupée.
    Ainsi, c'est la question de la perméabilité des pratiques répressives des instances militaires allemandes sur les deux fronts que cet ouvrage se propose d'examiner en faisant le point sur le nouveau regard que l'historiographie récente porte sur le rôle joué par l'appareil militaire allemand dans la radicalisation de la violence allemande en Europe occupée.

empty