Steven Nadler

  • Spinoza, une vie

    Steven Nadler

    • H&o
    • 15 Janvier 2021

    Si l'on s'accorde aujourd'hui à voir en Baruch Spinoza l'un des philo- sophes les plus importants de tous les temps, on ne saurait oublier qu'il fut de son vivant l'un des penseurs les plus révolutionnaires et les plus contro- versés. Né dans une famille de négociants juifs portugais installée à Ams- terdam, Spinoza fut banni, jeune homme, de la communauté séfarade, semble-t-il pour ses opinions jugées hérétiques. Il consacra alors sa vie à la recherche de la vérité, du bien-être moral et de la liberté. Il s'efforça égale- ment de définir sa conception de la « vraie religion » et sa vision d'un État laïque et tolérant.
    Avec cet ouvrage colossal (608 pages !), fruit d'une étude scrupuleuse des archives et des travaux les plus récents, Steven Nadler, professeur à l'uni- versité du Wisconsin (Madison) nous donne la première grande biographie de Spinoza. Plus qu'un simple récit de la vie du philosophe, il s'agit là en fait d'un voyage au coeur de la communauté juive d'Amsterdam au XVII e siècle et d'une plongée dans le tumulte, le bruit et la fureur du monde po- litique, social, intellectuel et religieux de la jeune République hollandaise.
    Si ce livre constitue un outil précieux pour les philosophes, les historiens et les chercheurs, il est aussi destiné à tous ceux qui, sans être spécialistes, s'intéressent à la philosophie, à l'histoire, à l'Europe au XVII e siècle et à ce qu'il est convenu d'appeler l'âge d'or des Pays-Bas.
    Une première édition de ce livre est parue chez Bayard en 2003.
    Il s'agit ici d'une nouvelle version revue et augmentée par l'auteur.

  • À sa parution en 1670, le Traité théologico-politique fut considéré par les autorités publiques et religieuses néerlandaises comme le livre le plus dangereux jamais publié. Des critiques parlèrent d'« abomination » et même d'« un livre forgé en enfer » par le diable en personne. Son auteur, un Juif excommunié d'Amsterdam, avait pour nom Baruch de Spinoza et il est désormais reconnu comme l'un des philosophes européens les plus influents.
    Sa pensée a largement contribué à l'émergence des sociétés laïques et démocratiques occidentales telles que nous les connaissons aujourd'hui.
    Steven Nadler, éminent spécialiste du philosophe et auteur d'une biographie de référence, nous conte ici l'histoire fascinante de ce livre hors du commun, le contexte dans lequel il fut écrit et les réactions enflammées qu'il suscita. Dans son ouvrage, Spinoza osait en effet affirmer, entre autres hérésies, que la Bible est un assemblage de textes écrits à différentes époques par de multiples auteurs et non par Dieu lui-même, il dénonçait l'ingérence des Églises dans les affaires des États et militait pour la plus totale liberté d'expression, condition nécessaire selon lui à une véritable démocratie.
    Au-delà des spécialistes, Un livre forgé en enfer passionnera tous ceux qui s'intéressent à l'évolution de la pensée humaine et à l'histoire des libertés publiques.

  • C'est l'histoire petit tableau attribué à Frans Hals, conservé au Louvre - sans doute l'image la plus connue de Descartes. De ce fait le « portrait de Descartes » proposé par Steven Nadler est celui du philosophe installé aux Pays-Bas, celui de Frans Hals, et celui du jésuite Augustin Bloemaert qui les mit en rapport. Derrière les trois personnages, se découvre le personnage principal : le Siècle d'or hollandais, laboratoire de la philosophie, de la religion et des arts.
    « Il ne s'agit pas ici d'une biographie conventionnelle, dit Nadler. Je ne prétends pas présenter une nouvelle étude de la philosophie de Descartes (.) Je préfère m'en remettre à Hals. Le peintre de Haarlem nous a donné un portrait intimiste d'un grand penseur. J'entends moi aussi présenter Descartes et ses idées sous la forme d'un portrait intimiste».
    Steven Nadler enquête donc sur le portrait peint par Frans Hals, désormais perdu, dont le Louvre ne possède que la copie. Au passage le lecteur découvre, sous un angle inattendu et novateur, la vie intellectuelle du XVIIe siècle à l'heure du basculement théologico-politique des Réformes protestante et catholique. Car les Pays-Bas sont au coeur d'un réseau de communications et où s'entrecroise toute l'Europe, l'un des autres centres névralgiques étant Paris. On remarquera ainsi les pages sur les milieux de l'art, notamment celui des commanditaires, ou sur le rôle d'Elzevier, éditeur de Descartes et de bien d'autres.
    Bien qu'il prétende ne pas vouloir présenter « une nouvelle étude de la philosophie » de Descartes, Steven Nadler n'en offre pas moins une interprétation originale, solidement ancrée dans sa connaissance parfaite du philosophe et de son temps. Ce texte, très vivant, permet également aux non-spécialistes d'aborder différemment l'auteur du Discours de la méthode.

  • C'est un combat de géants que nous peint Steven Nadler dans cet ouvrage. L'un fut le théologien et polémiste le plus célèbre de son temps, Arnauld; l'autre, le représentant le plus accompli de la philosophie dominante de l'époque, Malebranche; le troisième, l'esprit universel le plus brillant de son siècle, Leibniz. Plus de trois cents ans ont passé depuis leur rencontre et leurs échanges, souvent vifs, sur la justice divine et le sens de l'existence. Mais loin d'y voir un vestige de la pensée de la fin du Moyen Age, d'une mentalité encore centrée sur Dieu, bientôt détrônée par les penseurs du siècle des Lumières, Steven Nadler excelle à souligner l'importance de cet héritage. " Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien? Pourquoi le malheur frappe-t-il ceux qui sont dans le droit chemin? Comment donner un sens à la souffrance et au mal? Autant de questions philosophiques qui n'ont pas fini, nous aussi, de nous tourmenter. " (Steven Nadler)

  • Qu'est-ce que Galilée avait compris du fonctionnement du monde qui contraria à ce point les autorités religieuses de son temps qu'elles le déclarèrent hérétique et l'assignèrent à résidence pour le reste de ses jours ? Qu'est-ce qui, dans la pensée de Descartes, a fait conclure à ses opposants qu'il promouvait sournoisement l'athéisme ? En quoi les débats sur la façon dont Dieu intervient dans la marche du monde ont-ils finalement concouru au développement de la science ? Ce sont toutes ces questions - et beaucoup d'autres - que vous propose d'explorer cette bande dessinée originale, à la fois instructive et ludique.

    La curiosité humaine, l'envie de comprendre comment les choses fonctionnent est irrépressible. Les tenants des dogmes immuables ne sont jamais parvenus à éradiquer la curiosité intellectuelle des penseurs, malgré les menaces répétées, malgré les bûchers. Au XXIIe siècle, en particulier, les disputes vont bon train : Liebniz s'oppose à Spinoza, Malebranche surenchérit sur Descartes jusqu'à provoquer la colère du théologien Antoine Arnault, John Locke oppose sa vision de l'état de Nature à celle de Thomas Hobbes et Isaac Newton récuse ?nalement tout le monde !

    Ces batailles de pensée ne sont pas stériles, elles ont eu de nombreuses conséquences sur le réel, elles ont profondément in?ué sur la civilisation occidentale. Les comprendre, c'est mieux appréhender l'état de nos connaissances actuelles. C'est aussi montrer qu'un certain esprit hérétique sera toujours indispensable aux avancées de l'humanité.

    « Avec Hérétiques ! Steven Nadler nous fait revivre à travers les dessins de son ?ls Ben des épisodes décisifs de la philosophie moderne. La présentation de ces hommes et femmes de chair et de sang et l'exposé de leur pensée nous offrent une introduction aussi accessible que rigoureuse aux enjeux et méthodes de la pensée critique. Un ouvrage aussi pédagogique qu'amusant qui dépoussière et restaure des vies philosophiques et nous incite à nous plonger dans des oeuvres qui ont encore beaucoup à nous dire. ».
    Frédéric Lenoir.

    « De Descartes à Newton, une fascinante mise en image du fastidieux édi?ce que représente la philosophie occidentale, ou comment comprendre ce qui a amené les penseurs à des concepts renouvelés destinés à conjurer les faiblesses des modèles proposés par leurs prédécesseurs. Et quel titre ! Sans hérésie, pas de pensée critique ! ».
    Thomas C. Durand, La Tronche en Biais.

empty