Jeunesse

  • La petite sirène

    Hans Christian Andersen

    • Des femmes
    • 12 Septembre 1980

    « Au moment où le soleil se levait à l'horizon, redevenue sirène elle plongea en pleine mer, là où l'eau est toute bleue, comme les pétales des bluets, et si transparente qu'on dirait du cristal. Au milieu des fleurs merveilleuses et des arbres extraordinaires, elle nagea avec bonheur, des heures durant, sensible au moindre frémissement de l'eau. Elle chantait si fort que ses soeurs et sa grand-mère l'entendirent et vinrent à sa rencontre. » N.C.

  • Alice au pays des merveilles

    Lewis Carroll

    • Des femmes
    • 1 Octobre 2020

    La petite Alice s'ennuie à côté de sa grande soeur, qui s'occupe à lire un livre probablement soporifique, puisque sans images et sans dialogues. Alors, quand un lapin blanc à gilet lui passe sous le nez, consulte sa montre de gousset et s'exclame qu'il est en retard, Alice n'en revient pas.
    Elle s'engouffre à sa suite dans le terrier obscur sous la haie ! Commence son périple dans l'univers onirique d'un Chapelier fou qui prend le thé, du chat du Cheshire au sourire surréaliste et d'une Reine de Coeur sans coeur...

    « Elle sentit qu'elle s'endormait pour de bon et elle venait de commencer à rêver qu'elle marchait avec Dinah, la main dans la patte, en lui demandant très sérieusement "Allons, Dinah, dis-moi la vérité : as-tu jamais mangé une chauve-souris ?" quand brusquement, bing ! bing !... elle atterrit sur un tas de feuilles mortes et sa chute prit fin. » L. C.

    Le texte français, Alice au pays des merveilles, traduit de l'anglais par Jacques Papy est paru aux Éditions Jean-Jacques Pauvert (1961).

    Musique : chant par Arielle Dombasle et harpe par Pascale Schmitt. Chansons : "As Alice" (anonyme), "The Three Ravens" (Thomas Ravenscroft), "Oh no John" (Somerset), "Men, men" (Purcell) et "Searching for Lambs" (Somerset).

  • La vie intime de Laura ; le mystère du lapin pensant

    Clarice Lispector

    • Des femmes
    • 25 Mars 2004

    « Il faut que je te dise une vérité. Cette vérité est que Laura a le cou le plus moche du monde. Tu t'en fiches n'est-ce pas ? Parce que ce qui compte, c'est la beauté intérieure. Toi, es-tu beau intérieurement ? Je parie que oui. Comment est-ce que je le sais ? C'est que je suis en train de te deviner. » C.L.

    « Tu sais, Paulo, tu ne peux pas imaginer ce qui est arrivé à ce lapin. Si tu crois qu'il parlait, tu te trompes. Il n'a jamais prononcé un seul mot de sa vie. Si tu crois qu'il était différent des autres lapins, tu te trompes aussi. La vérité, c'est qu'il n'était qu'un lapin. Tout ce qu'on peut dire de lui c'est qu'il était un lapin très blanc. » C.L.

  • Poucette

    ,

    • Des femmes
    • 19 Décembre 1978

    Le conte d'Andersen échouait sur un mariage-heureux. Nous l'avons détourné en dernière minute : nous ne voulons pas raconter des histoires à nos petites filles. Convoitée successivement par un crapaud nigaud, un lourd hanneton et une vilaine taupe, Petite Poucette échappe in extremis à son triste destin, renonçant au Royaume des Fleurs pour garder sa liberté.

  • « Les enfants, je vous ai déjà raconté cent fois cette histoire, vous êtes vraiment sûrs de vouloir encore l'entendre ? » Après que la Kerre (Terre) est devenue inhabitable, les humains ont vécu dans l'espace, d'abord dans des capsules, puis au sein d'une cité spatiale, jusqu'au moment où, sous l'impulsion des mamans, ils ont découvert Mary, plus petite, mais presque aussi belle que leur chère planète disparue... Un nouveau départ pour l'humanité...

  • Poussierot chez les merles

    Annie Stammler

    • Indigo cote femmes
    • 21 Septembre 2007

    A la suite de l'intervention du Docteur Chouette, Poussiérot a repris sa place dans sa famille d'accueil, composée de Monsieur et Madame Merle, et de leurs quatre oisillons. Il prend des leçons de musique et chante de mieux en mieux. Au terme du premier concert du printemps, Monsieur et Madame Pigeonnou, un couple de pigeons mélomanes, venus de la capitale, demandent à Monsieur et Madame Merle, l'autorisation d'inviter Poussiérot à venir chanter à Paris. C'est ainsi que Poussiérot quitte les plaines et vole vers la grande ville. Il va être confronté à un monde étrange, un peu effrayant. Il va aussi faire des rencontres, et retrouver, de façon inattendue, son père qui avait mystérieusement disparu du nid familial, alors qu'il était encore tout petit. Annie Stammler est psychiatre et psychanalyste. Elle a longtemps travaillé à l'Aide sociale à l'Enfance auprès d'enfants ayant souffert de mauvais traitements.

  • Voyage en chine de poussierot le corbeau

    Annie Stammler

    • Indigo cote femmes
    • 21 Septembre 2007

    Le voyage en Chine de Poussiérot, après son séjour à l'hôpital, (Poussiérot blessé), après son séjour derrière les barreaux d'une cage, (Poussiérot part en tournée), n'est pas un voyage de tourisme, même si le périple proposé par son guide, un merle bleu d'Asie, rejoint un parcours suivi par certaines Agences spécialisées.

    Poussiérot a grandi, Il n'est plus maltraité, comme il l'a été dans les premiers épisodes de ]a série des Aventures de Poussiérot le corbeau, mais il est fragile. Dans l'avion qui l'amène à Pékin, ses peurs ne sont pas des phobies à minima. Ce sont de véritables terreurs. Lorsqu'ensuite, à peine sorti de l'aéroport, il émerge d'un bref sommeil dans le nid du vieux merle Lao-Li, face aux multiples regards qui l'assaillent de tous côtés et le sidérent, ce sont de véritables angoisses de dépersonnalisation qui s'emparent de lui. Il ne sait plus où il est, qui il est.

    Poussiérot en Chine est l'étranger, d'autant plus étrange aux veux de l'entourage qu'une tresse, confectionnée en partie par sa mère avant son départ et pour ce voyage, orne sa tête.

    Des liens vont cependant, rapidement se tisser avec son guide, Monsieur Merliù. C'est la rencontre essentielle de cet épisode. Poussiérot est sensible à son humour et à sa sagesse.

    Mais il ne sera en mesure de chanter qu'à Shangaï, l'ultime étape du voyage.

    Le retour sera sans histoire, dénué de toute appréhension, dans l'avion qui ramène Poussiérot à Paris.

    Au contact des hommes et des oiseaux, mi-oiseau, mi-humain, tel se présente Pousiérot, dans cet épisode à bien des égards proche de certains contes chinois.

  • Histoire de sandwiches

    ,

    • Des femmes
    • 5 Novembre 1976

    Ita est la plus petite fille du plus minuscule village du monde où ne vivent que des femmes - toutes petites elles aussi - dont la seule activité consiste à préparer des sandwiches pour les hommes : ils écrivent les journaux quotidiens, mensuels, hebdomadaires, et les annales, dans « la grande maison ». Mais un jour, Ita, la plus curieuse, se cache dans un panier de sandwiches et part pour « la grande maison ». Embauchée pour tailler les crayons, elle ne tarde pas à découvrir que les « nouvelles » écrites par les hommes ne concernent qu'eux-mêmes et leurs exploits, et ne parlent ni du village et du travail des femmes, ni des enfants. Revenue au village, elle raconte son aventure aux femmes, qui commencent à se réunir et à parler. Elles abandonnent alors leur vieille rivalité de meilleure cuisinière et bientôt, le village et les femmes grandissent...

  • Les 5 femmes de Barbagent

    Adela Turin

    • Des femmes
    • 5 Novembre 1976

    Le riche maharadjah décida de se marier, un hiver qu'il s'ennuyait. Lisa, sa première épouse, se révéla timide et craintive. Elle l'ennuya vite et il l'installa dans un palais vert émeraude, à plusieurs jours d'éléphant du sien. Et il s'ostina à se remarier: ni Hanna, une poétesse de talent, ni Zelda, une mondaine mélomane, ni Flor-Ida, trop savante, ou Lil-Yana, trop insolente, ne lui convinrent. Elles allièrent leurs talents dans un opéra-bouffe qui raconte avec humour les malheurs du vaniteux Barbagent"

  • Salut poupée

    ,

    • Des femmes
    • 19 Décembre 1978

    Un dimanche de pluie qui pour la petite Marie aurait pu se passer douillettement au lit, à lire, avec sa mère. Mais la famille ne se laisse pas oublier et les « oncles » n'omettent jamais de ponctuellement rappeler mère et fille à l'ordre des anniversaires. Et leur cadeau d'imposer l'horreur des identifications courantes à une petite fille : la poupée blonde et fine comme modèle-carcan, ou, si le féminin est désuet, un jouet pour la nouvelle « garçon manqué »... Mais Marie et sa mère oublieront les cauchemars pour vivre sans modèles.

  • Adélaïde a huit ans et un petit frère de six ans, Nils, en maternelle. Elle est au CE2, fait du judo et raconte son quotidien, un peu bouleversé par la grippe de son frère, au coeur d'une famille recomposée, bienveillante et joyeuse...

  • Grâce à ce recueil de huit contes, inspirés des mythes des Indiens guaranis, la poétesse paraguayenne Renée Ferrer nous projette dans un monde onirique où l'on partage la connaissance des secrets de la vie et de la nature des animaux. Elle nous fait accéder au monde antérieur, ce temps paradisiaque où les dieux descendaient sur la terre et se mêlaient aux humains. Ces contes touchent aussi bien par leur force poétique que par l'actualité de leur message écologique.

  • Le mariage de Neigeuse et Poussierot

    Annie Stammler

    • Indigo cote femmes
    • 21 Septembre 2007

    Durant des années, j'ai essayé, de ma place de psychiatre, exerçaiiL la psychanalyse, d'être à l'écoute de patients de tous âges, qui vend ient mettre en mots leur difficulté de vivre.

    A leur façon, en huit épisodes illustrés, les Aventures de Poussiérot le corbeau abordent le handicap mental, la psychose, la mattraitance, la délinquance... Les deux principaux personnages en sont Neigeuse et Poussiérot. Le mariage de Neigeuse et Poussiérot termine la série.

    Plus encore que Poussiérot, Neigeuse garde des traces de son enfance meurtrie. Elle reste isolée. Cependant, le pigeon voyageur, Oscar Pijonvol, qui l'avait ramenée au nid dont elle était tombée, qui lui a appris à voler, vient de temps en temps près d'elle, ouvrant son monde clos.

    La rencontre de Neigeuse et de Poussiérot est heureuse, mais Neigeuse est fragile. Elle est successivement confrontée à l'hostilité de Mère Corbeau, à son passé lointain de petite malade amenée par ses parents au médecin, dans l'île Verte et Bleue, passe oublié, qui la laisse néanmoins silencieuse, interdite, incapable de se mêler à la joie des autres qui l'entourent. La similarité du couple formé par Père Corbeau et Colombelle, soulignée par les paroles de cette dernière, la précipite dans l'accès psychotique: elle entend des voix qui l'appellent, puis qui lui donnent des ordres. Elle s'enfuit du nid. Dans son vol désordonné, Neigeuse va heurter la cage d'un lointain exilé dAsie, Freddy le mainate. Cette rencontre va la pacifier. La fête aura lieu, à cet endroit même, près de l'exilé qui a pu trouver, chez les ,humains», son moyen de survie. Elle va réunir presque tous les personnages des livres précédents, et tous, Mère Corbeau y compris, chantent la chanson finale: ,,La vie est une aventure ... » Lisibles par tous les enfants, ces livres peuvent intéresser les adultes de tous âges, spécialement ceux qui cheminent auprès d'enfants, voire d'adolescents, en souffrance.

  • Clémentine s'en va

    ,

    • Des femmes
    • 22 Novembre 1979

    Clémentine est douce, naïve, amoureuse. Elle rêve d'une vie libre et créative ; mais Arthur ne l'entend pas de cette oreille. Clémentine qui aurait tant voulu peindre, jouer de la flûte, voyager... se retrouve écrasée sous autant d'objets inutiles que de désirs irréalisés. Elle s'en va, toute seule et sans maison, courir le monde.

    « Il y avait longtemps que Clémentine était devenue un vrai gratte-ciel, lorsqu'un matin de printemps... elle décida que sa vie ne pouvait pas continuer ainsi. » A.T.

  • Poussierot chante a paris

    Annie Stammler

    • Indigo cote femmes
    • 21 Septembre 2007

    Ce livre représente une pause dans l'existence malmenée de Poussiérot, et aussi, louverture vers un autre monde.

    Initié au chant dans sa famille d'accueil, de nouvelles rencontres amènent Poussiérot à venir à Paris. Plongé dans un tout autre univers, tumultueux et inquiétant, mais aussi, très protégé par ses hôtes, il y trouve cependant un mieux être. A l'issue du concert final, il revoit son père, mystérieusement disparu du nid familial, alors quil était tout petit. Il ne le reconnaît pas, mais sa voix éveille en lui une lointaine et étrange émotion.

    Comme dans les autres épisodes de la série Les aventures de Poussiérot le Corbeau, les textes peuvent surprendre par leur longueur, par un certain niveau d'élaboration, par la recherche d'expressions, bref par un ensemble qui n'entre pas dans le mouvement actuel de ce qui est proposé dans la littérature enfantine. Ils ont été écrits, au début des années 90, à l'intention des enfants de passage à l'Aide Sociale à l'Enfance, et dont le vocabulaire était très pauvre. Dans l'évolution sociale de ce jour, bien des enfants sont concernés, en dehors du cadre de l'Aide Sociale à l'Enfance.

    Les adultes notamment ceux qui travaillent dans le vaste domaine de l'enfance en danger, pourront lire cette histoire aux enfants, et aussi commenter avec eux, les dessins qui accompagnent les textes, page après page.

    Lisibles par tous les enfants, ce livre pourra intéresser les adultes qui cheminent auprès d'enfants, voire d'adolescents en souffrance.

  • Brise et rose

    ,

    • Des femmes
    • 25 Novembre 1977

    Un conte de George Sand pour sa petite fille Aurore, une histoire d'amour entre la brise et les roses.

    « Quand j'étais enfant, ma chère Aurore, j'étais très tourmentée de ne pouvoir saisir ce que les fleurs se disaient entre elles. Mon professeur de botanique m'assurait qu'elles ne disaient rien : soit qu'il fût sourd, soit qu'il ne voulût pas me dire la vérité, il jurait qu'elles ne disaient rien du tout. Je savais bien le contraire. » G.S.

  • « L'histoire d'Ariane, je l'ai cherchée dans mon enfance et mon adolescence, je me suis identifiée à elle, à sa solitude au milieu d'une famille bourgeoise... En écrivant son histoire, j'ai aussi rencontré Thésée. Je m'aperçois maintenant que je l'avais toujours accepté comme héros, c'est seulement en écoutant la voix d'Ariane que j'ai compris qui il était. [...] Ce qui m'a surprise, c'est que le Thésée que tu as dessiné est exactement celui que je voyais, moi. Il a, à la bouche, exactement le pli que j'imaginais. » A.T.

    « Oui, c'est une bouche faible et cruelle, avec une moue méprisante. Thésée est beau, mais sur son visage on entrevoit déjà la fêlure qui le portera plus tard au désastre. » N.H.

  • Aura écrit, dessine, nous parle

    Aura Cesari

    • Des femmes
    • 12 Septembre 1980

    « Elle s'éloigna en courant et puis se retourna d'un seul coup et vit une femme voltiger près d'elle dans l'air, comme font les papillons et les abeilles quand elles vont de fleur en fleur. Elle portait un vêtement qu'Aura connaissait bien. Oui, c'était son merveilleux rideau, la jupe gonflée et froncée de la sorcière. » A.C.

empty