Iste

  • Nos relations quotidiennes, et plus largement les institutions, s'appuient sur un fondement symbolique mis en forme par les rites. Présents à tous les niveaux de la société, ceux-ci manifestent la part sacrée du social et représentent les traces de cultures et d'époques s'exprimant à travers eux.

    Cet ouvrage offre une théorisation anthropologique étayée par des illustrations tirées des champs politique, académique, médiatique et sociétal qui donnent corps à l'analyse. Faisant dialoguer des auteurs classiques tels que Marcel Mauss, Arthur Hocart, Émile Durkheim, Erving Goffman, Georges Balandier et Victor Turner, il propose également des concepts originaux qui prouvent la pertinence d'une lecture communicationnelle des rites. Véritable radiographie de notre société, il offre une grille d'analyse pour les cérémonies de notre époque et invite à un cheminement historique et anthropologique sur les traces du rite.

  • Alors que les universités américaines ont déjà fait des MOOC l'un des axes majeurs de leur développement international, la France s'interroge sur ses capacités à relever le défi de la diffusion généralisée des savoirs par le biais de ces cours en ligne gratuits et ouverts à tous. Suite à l'émergence des MOOC au niveau mondial, cet ouvrage retrace leur genèse et examine les processus d'appropriation mis en oeuvre depuis leur adoption en France jusqu'aux premières tentatives d'institutionnalisation (FUN). Implantés sur notre territoire sans remaniement, les modèles des premiers MOOC nord-américains sont confrontés aux conjonctures socio-économiques françaises. Entre tensions et adaptations, les processus de régulation sont ici minutieusement observés et analysés en tenant compte de la dimension interculturelle des MOOC. Fondée sur des résultats expérimentaux obtenus à partir d'enquêtes et d'entretiens de terrain, cette étude conduit à entrevoir des perspectives plausibles quant au devenir des MOOC en France.

  • Proposer aux étudiants les modalités de l'enseignement à distance, tel était le projet novateur d'une école d'ingénieurs française pionnière dans l'enseignement supérieur, Télécom Lille. Depuis une vingtaine d'années, cette formation à distance perdure dans le fonctionnement de l'établissement, transformant les pratiques du corps enseignant et offrant un soutien permanent aux étudiants. Formation et enseignement à distance relate la mise en place de ce dispositif qui combine regroupement virtuel et tutorat efficace. Alternant exposés des faits et points de vue des acteurs, il rend ainsi compte des difficultés rencontrées au cours de cette expérience tout en prouvant la réussite de cette nouvelle façon d'enseigner et d'apprendre. Il détaille également la diversité des techniques de communication qui ont permis, tout au long de l'évolution du projet, d'établir et d'enrichir les relations et les échanges entre les deux communautés. Témoignage d'un bouleversement précurseur, cet ouvrage rappelle l'importance des principes pédagogiques fondés sur l'expérience concrète des étudiants ainsi que sur l'accueil d'un public de formation permanente, soucieux de promotion sociale et diplômante.

  • L'anthropotechnologie concentre ses actions depuis trente ans sur l'étude et l'amélioration des conditions de travail et de vie des populations à travers le monde.

    Elle oriente les acteurs des processus de conception en les rendant attentifs au « facteur humain », à ses composantes sociales, culturelles et environnementales. Elle valorise par conséquent une conception des techniques respectueuse des personnes, de leurs manières de penser et d'agir dans des contextes spécifiques.

    Cet ouvrage relate l'évolution et l'institutionnalisation récente de cette discipline dans le monde de l'Université et des Hautes Ecoles. Des projets sont présentés et les dynamiques de coconception sont analysées. Toujours soucieuses de répondre aux contextes du terrain, ces dynamiques fédèrent des ensembles de compétences souvent antagonistes.

  • La philosophie scientifique n'hésite pas à bousculer les théories scientifiques pour qu'elles livrent les secrets de la nature et notamment de cette étrange matière étudiée par la physique quantique.

    Temps, émergences et communications présente une investigation scientifique et philosophique sur la place et le rôle de l'information dans les systèmes naturels. Une première partie propose une interprétation inédite de la physique quantique en plaçant au centre de la réflexion l'idée d'une matière qui communique. Cela permet de reprendre le questionnement systémique sur l'émergence en examinant les phases de la matière, les processus thermodynamiques et le cosmos, sans oublier d'esquisser quelques thèses sur le lien entre communications et émergences.

    Cet ouvrage propose trois révolutions scientifiques : celle des communications quantiques, celle de l'émergence ordonnée autour des processus sémantiques et enfin la révolution « cosmoontologique » du temps. Il s'adresse aux spécialistes scientifiques ainsi qu'aux lecteurs novices intéressés par le bouleversement des connaissances à notre époque.

  • La société 5.0 est une mutation sociale importante. Elle fait suite à la naissance de technologies qui sont devenues matures et ont été diffusées dans des temps records. Ainsi, en 1998, Kodak, leader mondial du film, avait 170 000 employés. Il paraissait alors impensable que 3 ans plus tard, la majorité des gens ne prendrait plus jamais d'images sur du papier film et que Kodak aurait disparu. Tels sont les enjeux de cette nouvelle société qui se dessine.

    Cet ouvrage, qui ne se veut pas un antimanuel de politique, de management ou de marketing de la technologie, cherche à la fois à lutter contre les excès de cette société 5.0 souvent mal comprise, et à faire le pari de présenter les idées qui la composent, ainsi que les technologies associées, toutes oeuvrant pour l'amélioration sociétale. Parmi ces technologies, l'intelligence artificielle, la robotique, les plateformes numériques et l'impression 3D sont assurément les plus importantes.

  • En prolongement du User eXperience design (UXD) est introduit le Living eXperience Design (LivXD), ou design des expériences de vie. Il s'étend des usages aux pratiques, c'est-à-dire aux expériences d'un individu ou d'un groupe dans un contexte réel dont les dimensions spatiale, urbaine, sociale, temporelle, historique, juridique ou de normes sont prises en compte. Le LivXD conduit à penser dans sa globalité la promesse d'expérience pour les personnes auxquelles elle est destinée. Aussi, même si toutes les situations de la vie font de plus en plus appel à des dispositifs numériques, le LivXD concerne également une expérience plus large, sans numérique.


    L'ouvrage progresse depuis la définition du concept de LivXD et l'épistémologie associée jusqu'aux expérimentations de terrain dans certains domaines privilégiés : le rapport à la création et aux oeuvres, la médiation et la formation des adultes.

  • Après avoir été longtemps une pratique essentiellement occidentale, le « voyage d'agrément » est aujourd'hui l'industrie la plus dynamique au monde en termes de croissance. Se nourrissant du développement des moyens de transport et de communication, le tourisme participe désormais à la construction de notre Monde et à l'accroissement exponentiel des liens entre les continents et les différentes cultures.

    Dégagé des approches trop globalisantes qui confondent différents types de mobilités, cet ouvrage élabore une carte originale du Monde par grandes zones et lieux touristiques, et non par pays. La hiérarchie des destinations qui est dessinée est ainsi mise en évidence par les différents degrés de popularité et de flux de voyageurs, depuis les lieux universels où se rencontrent toutes les sociétés jusqu'aux lieux encore non fréquentés.

    Au-delà du constat d'un tourisme mondialisé, l'enjeu est de comprendre comment et pourquoi les sociétés accèdent à une vie meilleure par un développement durable, lequel englobe les dimensions sociale, économique et environnementale.

  • La facilité d'utilisation du Web 2.0 et ses inestimables potentialités en termes d'échange et de partage d'informations entre acteurs sociaux ont permis l'émergence d'une nouvelle société dite de la connaissance.

    L'émergence des réseaux sociaux, des OCW, des MOOC, de l'apprentissage informel via les réseaux et des approches connectivistes de l'apprentissage ont rendu plus complexes l'analyse et l'évaluation des environnements numériques d'apprentissage (ENA). Le recours à la modélisation des systèmes complexes permet dès lors de transcrire les phénomènes observés et de faciliter l'étude de ces processus à l'aide d'outils spécifiques. Une fois cette étape incontournable franchie, il devient possible d'élaborer des scénarios plausibles à partir de l'observation de phénomènes émergents ou de tendances lourdes.

    Cet ouvrage présente et met en lumière l'apport de la théorie des systèmes complexes à l'étude du comportement d'ENA de nouvelle génération. Il décrit en détail une démarche réaliste et propose des outils de pilotage efficaces.

  • Que ce soit pour aller plus loin dans la recherche des origines, pour son activité présente - en particulier numérique - ou pour penser les conséquences de ses actions sur le futur, l'humain du XXIe siècle se pose régulièrement des questions de « traces ». À ces interrogations individuelles aussi bien que collectives, le progrès technique offre de nouvelles ressources qui, à leur tour, provoquent des problèmes de traces.

    Afin de révéler les difficultés que pose l'impensé de la trace, cette étude propose un voyage dans différents contextes. Sur le chemin, des intellectuels (dont Bateson, Barthes, Bourdieu, Derrida, Goffman, Peirce, Ricoeur, Varela, Thompson, Watsuji, Watzlawick) ou des professionnels de la trace (tels que les policiers ou les informaticiens) éclairent les raisons d'être de cette véritable odyssée.

    Cet ouvrage didactique présente une exploration contemporaine de la nature fondamentale de la trace via le nouveau paradigme de l'« Ichnos-Anthropos » (Homme-trace) et de son corollaire, le « corps-trace ».

  • Controverses sur la gestion des crises sanitaires, recherche d'informations sur les symptômes, fausses informations sur les traitements émergents, usage massif d'outils collaboratifs par les professionnels de santé, déploiement d'applications de traçage des malades infectés... La crise de la COVID-19 représente un exemple pertinent de la nécessité de la recherche en communication numérique permettant de comprendre le contexte info-communicationnel en santé actuel.

    Après un tour d'horizon des enjeux du numérique en santé, cet ouvrage offre un regard critique sur les limites organisationnelles et professionnelles des usages des TIC pour les malades, leurs aidants et les professionnels du soin. Il analyse les liens entre TIC et éthique du soin (care) où la communication en santé participe d'une prise en charge globale, humaniste et émancipatrice pour les patients et les aidants. Il présente les nouvelles formes numérisées de la médiation des savoirs en santé qui voient, à travers Internet, une mise en concurrence des savoirs experts biomédicaux et des savoirs profanes expérientiels.

  • Les champs applicatifs de la gamification ou la transposition d'éléments de jeu à des contextes de non-jeu sont aujourd'hui multiples. Ils s'étendent à la santé, l'éducation, le travail, les médias, etc., qui sont désormais concernés par des pratiques gamifiées. Or, les sciences humaines et sociales critiquent et analysent encore bien trop peu ces pratiques. Les recherches conduites sur la gamification portent le plus souvent sur des objets et n'abordent pas la gamification dans sa dimension logique.

    Considérant que le jeu en tant que modèle et référent, chargé de valeur sociale, mérite d'être interrogé au-delà de ses objets d'application, La gamification de la société propose de rassembler plusieurs textes, observations et critiques qui interrogent l'influence que le jeu et ses «mécaniques » ont sur le social. Les recherches empiriques présentes dans cet ouvrage (pratiques de designers, petite enfance, action politique, quantified self, etc.) sondent en outre différents contextes nationaux - Norvège, Belgique, États-Unis, France, etc. -, restituant cette logique dans sa dimension globalisée.

  • Le monde digital se caractérise par son instantanéité, sa densité d'informations et son omniprésence, en contraste avec le monde concret. Des changements significatifs vont apparaître dans notre société à mesure que les IA s'intègrent à de nombreux aspects de nos vies.

    C'est à partir de cette vision d'universalisation que cet ouvrage a été rédigé. Ce vade-mecum traite ainsi de l'élaboration et de l'encadrement de l'IA applicable à tous. Il développe un cadre moral basé sur une approche néodarwinienne - le concept d'Ethics by Evolution - pour accompagner les IA en observant un certain nombre d'exigences, de préconisations et de règles élaborées, vérifiées et discutées à chaque étape de conception, de mise en place et d'usage.

    La responsabilité sociétale de l'intelligence artificielle est une démarche essentielle pour tendre vers une IA éthique, écoresponsable et digne de confiance, visant à protéger et à servir de manière bénéfique les personnes et le bien commun.

  • Les traces numériques, qu'elles soient numérisées (programmes, carnets de notes, dessins, etc.) ou nativement numériques (mails, sites internet, captations vidéo, etc.), constituent un défi majeur pour la mémoire des éphémères arts de la scène. Le numérique transforme les traces en données et ce faisant les ouvre à la manipulation. Ce changement de paradigme appelle à un renouvellement des méthodologies pour écrire l'histoire du théâtre aujourd'hui, analyser les oeuvres et leur processus de création, ainsi que pour préserver les spectacles.

    Au croisement des études théâtrales, de l'histoire et des humanités numériques, de la conservation et de l'archivistique, ces méthodologies permettent de prendre en compte ce qui est généralement écarté : à savoir les traces numériques, jugées trop complexes, trop nombreuses, trop fragiles, à l'authenticité douteuse, etc.

    Avec pour fil conducteur l'analyse des traces numériques de Merce Cunningham, et au travers de nombreux autres exemples, cet ouvrage s'adresse autant aux chercheurs et aux archivistes qu'aux artistes et aux institutions culturelles.

  • Le tourisme en France t.1 : approche globale Nouv.

    La France s'est imposée progressivement parmi les pays les plus touristiques du monde. L'importance du tourisme dans l'économie nationale est telle, que les institutions ont cru pouvoir l'utiliser de manière mécanique pour lutter contre la désertification de certaines régions.

    Si, ponctuellement, une telle logique a pu fonctionner, les concentrations, spécialement littorales, n'ont cessé de s'affirmer, reflet des aspirations des populations et des évolutions socioéconomiques.

    Le tourisme en France 1 présente une approche globale du tourisme dans l'hexagone. Après avoir dressé un tableau de la situation dans ses dimensions sociales, économiques et spatiales, il analyse des enjeux contemporains des mobilités recréatives.

  • Spiritualité et consommation Nouv.

    Si le slogan « Signe extérieur de richesse intérieure », qui visait à promouvoir un véhicule d'une célèbre marque française ne peut résumer à lui seul l'air du temps, il vient cependant traduire la sensibilité grandissante des consommateurs à l'égard de produits ou services en lien avec la spiritualité.

    Dans un contexte de crise sanitaire, économique et environnementale qui laisse planer des interrogations sur nos modèles de développement, la question du sens s'impose de plus en plus à nos concitoyens. Poser la question du sens n'entraîne pas systématiquement une réflexion sur le terrain de la spiritualité, mais le spirituel représente un espace possible de réponses.

    À travers un grand nombre d'exemples et d'une enquête qualitative, cet ouvrage mesure et analyse les manifestations les plus concrètes de cette propension au spirituel dans la consommation de produits et services.

  • Les marques, entités économiques et symboliques majeures des médiations marchandes, s'affichent de plus en plus dans l'espace social comme des acteurs culturels à part entière. Leur quête de légitimité sociale pour faire autorité sur des marchés dépasse ainsi le cadre habituel de leur communication, avec des initiatives qui marquent désormais le paysage culturel français. Médias, « contenus » numériques, kits pédagogiques, expositions de marques, etc., sont les gestes d'une dépublicitarisation qui prétend transformer le rapport des marques aux publics et, au-delà, les représentations des savoirs et de la culture.

    L'approche communicationnelle au coeur de cet ouvrage éclaire les transformations contemporaines de la communication, avec la mise en exergue de trois grands types de médiations : médiatiques, didactiques et culturelles à vocation patrimoniale. Les médiations culturelles des marques livre ainsi une analyse théorique et critique de la marque et de l'efficacité symbolique qui lui est attribuée.

  • Figures de l'emploi touristique présente la condition du salarié dans les grandes organisations touristiques de deux secteurs clés, l'hôtellerie et le transport aérien de passagers, selon leur évolution en réponse à l'avènement de la société de loisirs.

    Confrontée à des aléas stratégiques et financiers, la gestion des ressources humaines doit composer avec des professionnels dont la relation à l'emploi oscille entre choix et contrainte, au gré de leur position hiérarchique ou sociale.

    Cet ouvrage explore les mondes complexes de ces deux secteurs, du front office au back office, du réceptionniste à l'hôtesse, jusqu'au general manager et au commandant de bord. Les compétences humaines de ceux-ci sont mises en exergue afin de répondre aux nouvelles façons d'aborder les relations professionnelles, moins hiérarchisées.

  • Banalisation de ses biens, pollution environnementale, délocalisation et exploitation de mains-d'oeuvre bon marché ou incitation à la surconsommation : ces traits caractérisent l'industrie de la mode de luxe, alors que le secteur ne cesse d'afficher des résultats économiques en hausse constante.

    Cet ouvrage interroge la façon dont les médiations de la mode de luxe marchand permettent à cette industrie de se présenter comme une instance qui ne serait pas exclusivement marchande. Ces médiations sont analysées en tant que politiques « re-présentationnelles » : des actions qui visent à produire du commun, mais aussi à instaurer un dispositif de visibilité permettant aux acteurs du luxe de se requalifier à partir des processus de réécriture, de réinvestissement et de reformulation.

    /> Politiques de re-présentation de l'industrie de la mode présente des analyses sémio-communicationnelles de nombreuses stratégies du secteur (publicités, expositions muséales, scénographies marchandes) et rend compte de la façon dont ces stratégies reflètent le modèle socio-économique de la mode de luxe.

  • Les organisations, privées et publiques, évoluent désormais dans une « société de l'information » mondialisée que la numérisation a accélérée. Elles se trouvent entraînées dans une spirale de transformations nourrie par l'incessante réinvention des technologies de l'information et de la communication (TIC) qui modifient usages et pratiques numériques. Ce mouvement transforme, par l'action médiatrice des TIC, les activités du travail et les situations d'action associées.

    Plateforme et intelligence collective analyse une déclinaison spécifique de l'organisation devenue irréversiblement réticulaire : « l'organisation plateforme ». Le réseau, au coeur de cette nouvelle conception, propose un modèle agençant cybernétique et informatique. L'organisation ainsi outillée s'appréhende comme une interface de contact, via ses systèmes d'information, des salariés ou des citoyens, quels que soient leurs espaces géographiques.

    Dans l'optique de dépasser le technocentrisme et le déterminisme technologique, cet ouvrage associe intelligence collective et sociotechnique à la plateforme pour aboutir à la notion « d'expérience organisation ».

  • A l'ère de la révolution numérique et de l'avènement du Web 3.0, les plus jeunes sont désormais tout autant sollicités et mobilisés que leurs aînés par les nouveaux médias qui offrent des possibilités d'information et de communication démultipliées.

    L'éducation aux médias, de par son approche critique, doit permettre d'analyser et de comprendre les différents aspects, bénéfiques ou négatifs, de ces supports d'échange riches et ouverts. Haut lieu de l'apprentissage, l'école essaie d'intégrer cette nouvelle discipline afin d'enseigner l'usage pertinent et autonome des médias par les élèves et les enseignants, à la fois lecteurs, auteurs et diffuseurs de contenus. Mais, s'il est indispensable de former à une attitude éclairée et responsable, il faut également encourager la dimension créative et communicationnelle des médias auprès des usagers. Dans le contexte scolaire, la participation à la vie d'un journal offre une prise de parole médiatique qui permet l'exercice de sa citoyenneté et incite à l'adaptation et à l'innovation.

  • L'information et la scène du monde analyse de manière approfondie l'information et la communication. Tous les domaines du savoir sont concernés : philosophie, sciences de la société, biologie, médecine ainsi que la physique en passant du quantum au cosmos. La dynamique quantique est notamment déterminante pour penser les phénomènes de la matière tout en offrant un levier afin de comprendre le fonctionnement des informations élémentaires dans la nature. Cet ouvrage est construit autour de la thèse qu'il y a deux physiques concernant les « communications » et les « dispositions ». Il s'adresse aussi bien aux spécialistes scientifiques qu'aux lecteurs novices souhaitant comprendre les évolutions majeures qui se dessinent dans les champs de connaissance au XXIe siècle.

  • La relation entre techniques et sciences est étrangement négligée, évitée ou confiée à des intuitions discrètes, bien que sa clarification soit déterminante, notamment pour toute programmation d'une interdisciplinarité.

    Technicité versus scientificité montre que cette relation, sitôt qu'on l'interroge au lieu de la contourner, se révèle omniprésente dans les sciences, extrêmement diversifiée parmi elles et très modulable au cours des phases d'une recherche.

    Quatre anthropologues proposent ici des approches très différentes : ils ne prétendent pas épuiser le sujet, mais au moins montrer que ce contournement régulier est lourd de conséquences et qu'un vaste chantier devrait renaître à cet endroit.

  • La veille créative est une activité de recherche d'informations et de surveillance d'un environnement informationnel à des fins de créativité et d'innovation. Elle correspond au processus menant à l'élaboration d'une fourniture informationnelle adaptée à l'inspiration de personnels créatifs ou chargés d'innovation. Elle vise la reconnaissance de nouveautés (idées, produits, technologies, etc.), l'identification de nouveaux acteurs du monde de la création et de l'innovation, et le repérage de pistes de développements oubliées ou négligées. Méthodes et outils de veille créative expose de nombreux moyens inédits et d'autres plus classiques pour découvrir des nouveautés en cours de développement, anticiper le design de futurs produits, repérer des pistes d'inventions inexplorées, développer et analyser des stratégies d'innovation, ou encore reconnaître l'émergence d'artistes bientôt influents. Afin d'en faciliter la sélection, ces moyens sont présentés au lecteur par catégories permettant de répondre à un même type de problème ou un même principe de raisonnement.

empty