Le Verger

  • Une enquête policière à la fin des années cinquante. Une enquête à l'ancienne, beaucoup plus complexe et dérangeante que les recherches aseptisées sur Internet... et un tueur en série hors norme. Ces «petits meurtres» vont vous dépayser ! Un assassin ne peut-il être aimable et courtois? Avoir du coeur? Éprouver une sincère amitié pour ses victimes? Le commissaire Raffini découvre ici, par hasard, une affaire extrêmement dérangeante qui le mènera de l'ambiance feutrée des maisons de retraite au feu des projecteurs au fil d'une partie extrêmement serrée que Rodolphe nous raconte avec une verve bien à lui. Le premier tome des enquêtes du commissaire Raffini. Changez d'ambiance !

  • Nous sommes aux premières années de l'ascension de Charles Martel, grand-père de Charlemagne, au temps des rois francs chevelus et de la christianisation de l'Europe. C'est une époque de saints et de nobles brigands, de foi et de sauvagerie, d'où émergera bientôt un empire et une nouvelle civilisation. A l'ombre du monastère que vient de fonder sainte Odile, la découverte d'un corps, rendu par les eaux boueuses du Rhin, va lancer sur les routes un jeune homme blessé, une jeune fille audacieuse et un vieux moine attentif.
    Entre quête initiatique et roman policier, Pierre Marchant nous emmène avec délicatesse et un art maîtrisé du suspens dans une époque excessive, en dureté comme en amour.

  • Octobre 1959. Le comissaire Raffini reçoit un courrier de province. De Besançon. On lui annnonce le décès d'une femme, une petite antiquaire. Pour Raffini, ça pourrait être la routine. Mais cette femme-là, c'est son ex-femme: Nini. Et cette enquête-là, elle va être bien difficile, commissaire aguerri ou pas...

  • À la fin des années 50, sur les hauteurs de Suresnes, deux policiers découvrent dans une luxueuse villa le cadavre d'une jeune femme, tuée d'une balle en plein coeur... Revoici le commissaire Raffini, ses grosses moustaches, sa traction avant 15 CV, ses Gitanes fumées à la chaîne et sa manie de fredonner une rengaine du temps. Cette fois, c'est Étrangère au paradis, un « tube » de Gloria Lasso... chanson qui avait fasciné la jeune victime. Raffini va mener toute son enquête en tête à tête avec la voix et les souvenirs de cette jeune femme, qui avait enregistré l'histoire de sa vie sur un magnétophone. L'univers de Rodolphe est marqué par un souci pointilliste du détail d'époque. Un univers à la Simenon pour la réalité sociale, à la Tati pour le décor, ce qui ajoute à ses histoires policières à énigme le charme d'un voyage dans le temps.

  • La vie d'auteur

    Max Genève

    «Voilà des années que ce livre me trotte dans la tête. À mon âge, il est temps que je me lance, que je mobilise ce qui me reste de lucidité pour regarder en face ce qu'aura été ma vie d'écrivain, de professionnel des lettres dans une époque où jamais ils n'auront été si nombreux. Et si indistincts, si flous, si vains les critères d'excellence qui les hiérarchisent.» En une vie d'écriture, Max Genève a croisé auteurs et éditeurs, journalistes, agents, libraires... il nous offre un récit sans concession, lucide, construit autour d'une galerie de portraits, où figurent en bonne place éditeurs (Bernard Barrault, Christian Bourgois, Françoise Verny...), et auteurs (Jacques Derrida, Philippe Djian, Bernard Franck...).
    Un demi-siècle de vie littéraire, d'amitiés et d'inimitiés dans les coulisses de la vie d'auteur.

  • Ces sept nouvelles, écrites de 1997 à 2018, mêlent fantastique onirique et quotidien, et nous tendent un miroir tendre et féroce à la fois.
    Un cadre d'entreprise débordé va être placé malgré lui en situation de découvrir le stress des journées de son très jeune fils?; un brocanteur maladif sera peu à peu enseveli sous ses trésors?; un vieux miroir prophétique ne montrera que les costumes de nos futures rencontres. On croisera un publicitaire dynamique, une vieille table de ping-pong, une ville-labyrinthe...
    La nouvelle éponyme, quant à elle, se penche, après que le progrès scientifique a vaincu la maladie et la mort, sur la dernière génération vouée à s'éteindre, consciente de son infortune...
    En digne représentant de la Nouvelle Fiction, Georges-Olivier Châteaureynaud nous invite à nous laisser toucher par le pouvoir de l'imagination.

  • Le responsable de la sécurité de la centrale nucléaire d'Arschenheim a été enlevé.
    L'affaire est d'importance: l'homme détient les codes et modes d'accès à un site stratégique qui, bien qu'en voie de démantèlement, demeure extrêmement dangereux. Et on attend à Colmar un regroupemnt de chefs d'État.
    Cependant, alors que les autorités ont réussi à maitenir le secret sur la situation, ils reçoivent une quinzaine de revendications différentes, toutes plus fantaisistes que les autres.
    Ce n'est certainement pas pour autant une blague de potache, et le capitaine Schneckenbein, vieux flic d'expérience de la PJ de Strasbourg, se voit confier l'affaire en duo avec le lieutenant Glickel, une «petite nouvelle».
    Un polar drôle, des personnages attachants, une enquête pleine de rebondissements, dans les milieux écolos, altermondialistes... ou très traditionnels.

  • Juillet 1928. Le détective Jules Meyer, qui entre deux enquêtes corrige les épreuves des Neueste Nachrichten de Strasbourg, est intrigué par un sombre faitsdivers.
    Une jeune fille de dix-sept ans s'est jetée du haut de la tour du Climont, dans les Vosges.
    Dès le lendemain, le père de la jeune fille arrive dans le bureau du détective. Pour lui, sa fille ne peut s'être suicidée. Elle a été assassinée.
    Est-ce le déni d'un père ravagé par le chagrin ? Ou le meurtre d'un tueur particulièrement sournois ? Aucune des deux hypothèses ne peut raisonnablement être écartée sans enquête : Jules accepte cette nouvelle affaire.
    Au fil de nombreux rebondissements et retournements de situation, Jules devra jouer de toute sa sagacité face à un adversaire machiavélique et sans pitié.

  • L'an 2000 a vingt ans. C'était une période agitée.
    En Europe, la prise de conscience écologique cohabitait avec les premiers grands succès électoraux de l'extrême-droite. En Alsace commençait le projet Stocamine, pour ensevelir des déchets dangereux sous terre, dans les anciennes mines de potasse. Et partout, les sectes les plus étranges annonçaient une sorte de fin du monde.
    Rien d'étonnant alors que le détective Simon Rose, venu simplement dédicacer un livre à Strasbourg, ait été rapidement mêlé aux crimes violents d'une secte extrémiste internationale. Du bassin potassique au mur païen, de Strasbourg à Mulhouse, Simon Rose a frôlé la mort, avancé de crime en crime, démêlé le vrai du faux, et partagé cette aventure aux multiples rebondissements avec la belle et énigmatique Delphine.
    Un polar de l'an 2000 qui n'a pas pris une ride.

  • Avec quelques années de recul, il est désormais possible de vérifier si la refonte des régions est en mesure de concrétiser ou non les objectifs annoncés par le gouvernement. Sans surprise, cette réforme bâclée dans la précipitation n'a pas produit les effets escomptés. Ce sont au contraire les craintes formulées lors de la réforme qui se sont matérialisées, et l'évolution de la situation montre que les choses ne vont pas s'arranger.
    Nous verrons que la fusion des régions ne repose sur aucune logique, et qu'au niveau du Grand Est les économies promises ne sont pas au rendez-vous. Nous étudierons ensuite la nouvelle organisation régionale et ses conséquences, en ce qui concerne la gestion des compétences et la politique économique. Toujours à travers un prisme économique, nous analyserons les épineuses questions liées aux identités et à la démocratie. Enfin, nous étudierons les pistes pour dissoudre le Grand Est et redonner de la cohérence à l'organisation territoriale en France.

  • Quel est ce mystérieux géant vert qui s'est introduit dans une riche villa du quartier du Conseil de XV, à Strasbourg ? Pourquoi a-t-il assassiné l'énigmatique financier Joachim Thaler et sa compagne ? Faut-il mettre en cause la famille du financier ?
    Creuser ses relations professionnelles ? Ou chercher au coeur de la Cité Rotterdam, qui s'oppose si crûment au luxe des villas avoisinantes ?
    La journaliste Ira Hope enquête sur l'affaire, ainsi que le policier Landrini, passé commandant. C'est un monde en crise qu'ils découvrent, des familles désunies, des individus déboussolés qui ne voient pas d'autre issue que la fuite en avant, la violence, ou le séparatisme.

  • 1909 : l'Europe redoute une guerre. Et les services de renseignement s'interrogent :
    Pourquoi l'empereur d'Allemagne s'est-il acharné à relever la ruine du château du Haut-Koenigsbourg ? Et pourquoi, depuis que le bâtiment a été inauguré, y reçoit-il secrètement son état-major ? Depuis sa victoire sur Moriarty et sa longue disparition, Sherlock Holmes s'était éloigné du crime. Mais cette affaire autour de la forteresse va l'obliger à reprendre du service.
    Paru il y a tout juste dix ans, Sherlock Holmes et le mystère du Haut-Koenigsbourg a connu un succès remarquable, porté par un public enthousiaste et par les libraires.
    Une adaptation en BD, en livre audio, en numérique... et pas loin de 50 000 volumes vendus !
    Pour marquer l'anniversaire de cette belle aventure, l'illustratrice Vlou a réalisé avec talent et finesse l'illustration intérieure originale de cette édition limitée.
    Le roman est précédé d'un texte inédit et savoureux, où Jacques Fortier nous raconte dans quelles circonstances il a découvert ce manuscrit inédit du docteur Watson, comment il l'a authentifié et comment il a eu le plaisir de le présenter au public...
    Entre fiction et réalité, the game is afoot !

  • Contes de la tradition rhénane peuplés de gnomes, de seigneurs, de fantômes, de princesses, de chevaliers, de diables et d'autres créatures fantastiques. Des textes intemporels invitant au rêve.

  • La bibliothèque

    Jack Koch

    «La Bibliothèque» est un album d'illustrations poétiques, sans paroles.
    J'y raconte la balade de deux enfants dans mes différents univers, la mer, les livres, les balles de paille, les étoiles...
    Pour aller d'une couleur à l'autre il faut emprunter des passages étonnants...

  • Mars 1847. Floréal Krattz, qui se remet de la traque du redoutable Cogneur, se réjouit de retrouver, à son Casino littéraire, son vieil ami Thomas, devenu instituteur à Bellefontaine, dans les Vosges.
    Thomas a le projet d'écrire un roman historique dont l'action se déroule en 1814, après la désastreuse campagne de Russie. À cette époque les armées hostiles à Napoléon ont passé le Rhin et des Cosaques errent dans les vallées vosgiennes.
    Le roman de Thomas est basé sur une histoire vraie qu'il a recueillie à Bellefontaine. Il invite Floréal à y passer quelques jours avec lui, sur les traces de ce drame ancien.
    Ce séjour sera mouvementé. Les braises couvent toujours sous la cendre...
    Après Les mystères de Strasbourg et Le cadavre dans le canal, Floréal Krattz nous entraîne une nouvelle fois dans le XIXe siècle rhénan haut en couleur, avec toute la finesse de plume de François Hoff.

  • Juillet 2035. L'Office départemental du tourisme d'Alsace-Unie organise une randonnée de deux semaines du nord au sud des Vosges : « quinze journées enchanteresses à la découverte du patrimoine naturel et culturel des légendaires montagnes alsaciennes, une randonnée à la fois sportive, culturelle et gastronomique ».
    Dès le départ, les participants de cette belle excursion s'observent, se guettent, s'épient. Plus encore, quand un premier accident emporte l'un d'entre eux. Et quand les décès se multiplient, tout le monde devient extrêmement suspect...
    Entre politique-fiction et personnages rocambolesques, Florence Hugodot nous offre une randonnée littéraire pleine d'humour, de suspens et de second degré.

  • Quelque part en Alsace, en 1967. Un chauffard jette sur le bord de la route une femme abattue d'une balle dans la tête. Contre toute attente, recueillie par une joyeuse bande de marginaux, elle survit, non sans séquelle pour sa mémoire.
    Pour l'inspecteur général Cédric Mann, l'énigme de cette miraculée sans identité s'annonce complexe. Pour quelle raison a-t-on voulu l'abattre ? À quel milieu estelle liée ?
    Mais un mystère ne vient jamais seul, et très rapidement les incendies se multiplient à travers Strasbourg. La ville est manifestement la proie d'un pyromane méthodique.
    L'inspecteur et son équipe vont avoir fort à faire...
    Après Meurtre aux arts déco, la première enquête de Cédric Mann, Emmanuel Honegger mêle avec jubilation la tendresse, l'excentricité artistique et le grondement des flammes, pour notre plus grand bonheur.

  • Jean Geiler de Kaysersberg ; trésors iconographiques humanistes Nouv.

    Qui connaît encore de nos jours Jean Geiler de Kaysersberg ?
    Pourtant, à l'image du Narrenschiff de Brant ou de l'Eloge de la Folie d'Erasme de Rotterdam, les sermons de Geiler méritent encore d'être lus et, plus encore, entendus ! Pendant un peu plus de trois décennies, ce prédicateur mit sa verve truculente, son verbe vif et sans complaisance au service du bien commun et, avant tout, du Salut de ses semblables. Dénonçant les manquements des autorités religieuses et politiques en place, appelant sans relâche ses semblables à la conversion, Geiler mit en oeuvre toute sa fougue et toute son énergie dans sa prédication, en direction de ses frères chrétiens.
    Geiler a bénéficié d'un instrument de diffusion massive de ses sermons : il s'agit de l'imprimerie à caractères mobiles ou typographie, sans doute élaborée à Strasbourg par Gutenberg dans les années 1450. Dans cette ville, cette nouvelle technique de reproduction des textes connut d'ailleurs des développements substantiels grâce aux nombreux ateliers qui s'y développèrent au tournant des XVe et XVIe siècles.
    L'essor du livre imprimé fut également catalysé par le recours à l'illustration, sous la forme de bois gravés qui conféraient au nouveau médium un aspect plus attrayant.
    Ce livre présente la vie et l'oeuvre de Jean Geiler de Kaysersberg, et quelques-unes des plus belles pages des incunables qui lui ont été consacrés.

  • Un tueur dans les arbres

    Patrick Raynal

    Dans le Nice du début des années 1980, Asfaneh, une jeune Iranienne, arrive de Téhéran avec la ferme intention de délester son oncle de l'argent qu'il a accumulé en s'occupant de basses oeuvres de sa majesté le Shah, mais la tâche ne s'avère pas si aisée.

  • Le crime de Gutenberg Nouv.

  • Raoul Schnug, dandy voyageur, possède un beau terrain de 12 hectares, que la communauté de communes d'Oberschwihr-Couronne du vignoble veut lui racheter pour implanter un village de marques. Pour Raoul, cette abomination ne peut pas avoir lieu. Apprenant que le Port Autonome mettait en vente une vingtaine de containers déclassés, Raoul les fait livrer sur son terrain. Ce sera Container City: une expérience de communauté écolo, une «commune autonome, autogérée et autoproclamée». Bien sûr, il a fallu tout inventer. Apporter l'eau, l'électricité, le minimum de confort... mais la véritable aventure, comme toujours, ça a été celle des pionniers venus partager cette expérience. Et quelle expérience !

  • Strasbourg, dimanche 7 février 1926.
    Dans une imprimerie clandestine, cinq dirigeants autonomistes tiennent une réunion secrète. De droite, du centre, de gauche, croyants ou athées, ils négocient âprement le « programme commun » qui scellera leur alliance électorale. Leurs buts : exprimer haut et fort le « malaise alsacien » nourri par les maladresses de l'administration française après la Grande Guerre et revendiquer davantage de droits et de libertés pour l'Alsace.
    À quelques centaines de mètres, dans une petite église sur les quais de l'Ill, on donne le Requiem de Verdi. Le jeune détective Jules Meyer a d'horribles soupçons : un meurtre se prépare. La cible : un célèbre écrivain britannique, de passage à Strasbourg, qui assiste au concert.
    Jules arrivera-t-il à déjouer cette tentative d'attentat ? Quel lien y a-t-il entre l'union sacrée des autonomistes et le macabre complot de Saint-Guillaume ? Et quel rôle joue donc ce mystérieux « agent K » qui tire dans l'ombre les ficelles d'une machination machiavélique ?
    Un roman haletant dans cette étonnante période d'entre deux-guerres en Alsace, quand l'autonomisme n'était pas un gros mot.

  • « Mademoiselle Wilhelmina Pierron, institutrice, se rendait à l'école Saint-Thomas, rue des Cordonniers, au petit matin, en longeant le bras de l'Ill sur le chemin de halage.
    En passant sous le pont Saint-Martin, il lui sembla apercevoir, dans l'eau, sortant d'un bouquet d'algues, « à un pied de la berge, quelque chose comme une main ». Elle poussa un cri, mais nul ne l'entendit, car elle était seule. En arrivant à son école, elle informa sa directrice, qui haussa les épaules. » En cet hiver 1846, Floréal Krattz, le héros (malgré lui) des Mystères de Strasbourg, va devoir reprendre du service. Pris en étau entre Mina l'institutrice et le commissaire Engelberger, le jeune pion du collège royal va se faire correcteur d'imprimerie pour enquêter sur l'assassinat d'Alphonse Decker, imprimeur d'almanachs.
    Est-ce un vol commis par des tortionnaires sans vergogne ? Un règlement de compte lié à ce trafic d'almanachs ? Ou, pire encore, cette affaire annonce-t-elle le retour du «Cogneur», ce malfrat de l'ombre qui avait mis sous sa coupe toute la pègre de Strasbourg ?

  • Sylvain Tesson nous conte une chronique du vieux Rhin, dont les bords cachent une vie âpre et grouillante. Tendez l'oreille, écoutez dans la brume le pas d'un promeneur ou le remous d'une ondine...
    Amours, disparitions, crimes et secrets, c'est tout un fleuve de petites et grandes histoires qui traverse ces pages.

    Ce texte a paru précédemment chez le même éditeur dans une autre collection en février 2004.

empty