Littérature générale

  • Ma chère fille salafiste

    Lau Nova

    • Pixl
    • 21 Janvier 2021

    Charlotte a 12 ans lorsque son attrait pour la religion musulmane se ma- nifeste. A` mi-chemin entre l'outil de se´duction pour reconque´rir le coeur d'un garc¸on aime´, et la que^te identitaire de l'adolescence naissante, elle va reve^tir un nouvel habit de disciple applique´e.

    Issue d'une famille athe´e, elle va redoubler d'efforts pour apprendre, puis appliquer les principes e´dicte´s par diffe´rentes formes d'islam. Dans sa de´marche autonome, elle trouvera rapidement des guides et des re- pe`res autour d'elle, au colle`ge puis sur les re´seaux sociaux pour fina- lement e^tre happe´e par la spirale salafiste pie´tiste qui va l'entourer de toutes parts. C'est ainsi que Charlotte fera voeu d'une vie de « salafiyya » entie`rement de´voue´e a` la vocation religieuse salafiste pie´tiste.

    Lau Nova retrace, au travers de son regard de me`re, le parcours religieux de Charlotte, depuis ses premie`res anne´es de colle`ge jusqu'a` sa majorite´. Ruptures amicales, de´crochage scolaire, hypothe`se de de´part a` l'e´tran- ger, protection administrative par les autorite´s, relation avec les acteurs de la pre´vention de la radicalisation, puis finalement l'engagement a` corps perdu dans la vie d'e´pouse salafiste.

  • Sandrine Rochel raconte son combat judiciaire pour faire reconnaître l'inceste dont elle a été victime, et de la part de son père, et de celle de sa mère.

    C'est l'histoire d'une résilience et d'un combat qu'elle a gagné : son père a été condamné à sept ans de prison ferme et sa mère à cinq ans.

    C'est la première fois qu'un couple de parents est condamné et que l'inceste maternel est dénoncé de la sorte.

    Notre société est aujourd'hui un lieu où les faits divers et crimes sont systématiquement relatés au public, où l'on culturalise le crime pour l'exorciser avec des films, des romans tels que « Petite table, sois mise » d'Anne Serre qui parle d'inceste sur un ton léger.

    Ici, l'auteur « remet les pendules à l'heure » et raconte son enfer, un témoignage cru et sans tabou, qui raconte par exemple la totalité du déroulement de son procès. Une réalité difficile à lire, mais indispensable.

  • Le témoignage de Samantha Borzi est celui d'une renaissance et d'une fabuleuse évolution.

    Petite fille mal aimée, Samantha grandit dans un univers peuplé de cauchemars, minée par une image désastreuse qu'elle a d'elle-même.

    À l'adolescence, elle plonge :  prostitution, alcool et pour finir la drogue. Elle sombre dans l'addiction à l'héroïne. Et le drame éclate. Samantha, enceinte, perd son bébé in utero, elle s'endort apres avoir pris une trop forte dose.

    Inconsolable, dévorée par un sentiment terrible de culpabilité, elle se réfugie encore plus dans la drogue. Enceinte pour la deuxième fois et toujours accro à la drogue, Samantha met au monde un enfant. Son fils naît drogué et en manque. Incapable de subvenir à son bien-être, la jeune femme débarque un soir dans un hôpital et le coeur anéanti dépose son fils en suppliant qu'on le prenne en charge , car elle se sait incapable de le faire...

    Jusqu'au jour ouù, enceinte de son troisième enfant, elle décide de tout arrêter. Elle arrête sa consommation, la prostitution et commence une nouvelle vie.

    La petite Lola sauve sa mère.

  • Mon fils est trisomique et alors ? Nouv.

  • Dans les vrais contes, ceux dont s'inspirent régulièrement Walt Disney et ses successeurs, les happy-end ne sont pas du tout systématiques. Les morales sont plus sèches et bien plus cruelles. Et si Disney (là-haut) avait décidé de passer en revue ses longs métrages inspirés de contes et de les comparer aux oeuvres originales ? Il ne l'a pas fait mais ce livre le fait pour lui !
    Les contes cruels écrits pour préparer les enfants à un monde difficile sont devenus, sous son regard, des contes de fées pour endormir nos enfants :
    - La petite sirène n'épouse pas le prince Éric, chez Andersen, elle devient écume plutôt que de tuer celui qu'elle aime.
    - La Blanche-Neige du conte n'a que 7 ans et si sa belle-mère désire ses poumons, et non son coeur, c'est pour s'en goinfrer.
    - La Belle au Bois dormant n'est pas embrassée, mais violée par son prince dans son sommeil. De cette union naîtront des jumeaux... que la belle-mère du prince tentera de dévorer.
    - Les belles-soeurs de Cendrillon sont encore plus déterminées que dans la version de Walt Disney puisqu'elles n'hésitent pas à se mutiler les pieds, à se couper les orteils, à l'aide d'un couteau de boucher afin de les faire rentrer dans la pantoufle de vair.

    - Pinocchio, lui, n'est pas vraiment un gentil garçon : il laisse Gepetto se faire emprisonner pour maltraitance sur enfant et n'hésite pas à ôter la vie à Jiminy Cricket à l'aide d'un maillet...

  • Que fait-on quand on est amoureuse de quelqu'un d'autre que son mari??

    Eh bien, on le quitte et on refait sa vie avec ce nouvel amour... même si c'est une femme !  Zélie, jeune femme parisienne, bourgeoise, mariée et mère de deux enfants, rencontre Alice qui est gay et batteuse dans un groupe de rock. Zélie tombe éperdument amoureuse, quitte son mari, s'installe avec Alice et décide dans la foulée de faire un enfant via une PMA à Barcelone.

    Ce livre est le récit de cette hétéro qui par hasard... tombe amoureuse d'une femme et décide de l'assumer.

    Zélie va découvrir un univers dont elle ne connait pas les codes?; le monde lesbien parisien. Elle va également affronter celui qu'elle connait?: la sphère hétéro... au sein de laquelle elle va devoir assumer sa nouvelle attirance sexuelle. Les quiproquos s'enchainent, les malentendus sont drôles et émouvants. Les réflexions de l'auteur sur la nouvelle situation de Zélie sont justes, pertinentes et piquantes.

    Claire Bénard a de l'humour, beaucoup d'humour, et son livre est un régal.

    Son récit est celui d'une nouvelle Bridget Jones qui s'affirme et défend ce qu'elle vit.

  • Le 24 juin 2005, en pleine nuit, Isabelle Neulinger fuit Israël et traverse clandestinement la frontière israélo-égyptienne, dans le désert du Sinaï, pour rejoindre l'Égypte et, de là, gagner la Suisse. Son fils de deux ans est caché sous du matériel de plongée à l'arrière de la voiture...

    Fuir était la seule solution de la jeune femme pour échapper à son mari. Celui-ci, embrigadé dans un groupe religieux ultra-orthodoxe, entraînait leur fils dans ses errances mystiques. La jeune femme subissait, quant à elle, insultes et menaces de mort.

    Désespérée, impuissante, Isabelle décide d'obtenir le divorce, d'arracher son fils à cette emprise et de fuir Israël qui lui interdit pourtant de quitter le territoire. Vingt ans de prison et l'obligation d'abandonner son petit garçon à son ex-mari, voilà le destin d'Isabelle si elle est arrêtée sur le chemin de sa fuite.

    Cette épopée extraordinaire et, jusque-là gardée secrète, illustre le courage incroyable d'une mère qui se bat pour sauver son enfant.

    Ce livre, puissant, haletant comme un thriller, dévoile les secrets d'une fuite, d'une bataille menée contre deux grands États. Il lève également le tabou sur la condition des femmes mariées en Israël, victimes de lois d'un autre âge.

  • Vitriolée!

    ,

    • Pixl
    • 26 Février 2015

    Décembre 2009. La vie de Patricia Lefranc bascule dans l'horreur. En rentrant chez elle, elle est plaquée au sol dans le hall de son immeuble et son ex-compagnon l'asperge de vitriol (acide sulfurique). Le calvaire de la jeune femme durera plusieurs minutes. Elle sera brûlée aux 3e et 4e degrés sur 30 % du corps, dont la totalité du visage.
    « À mon réveil, j'en ai voulu aux médecins de m'avoir laissée vivante », raconte-t-elle.
    Mais Patricia est la mère de trois enfants, qu'elle adore. Il était exclu qu'elle abandonne la partie. Cette jeune femme à la voix douce et à l'humour inaltérable a relevé le défi de vivre, de se battre, de continuer sa vie.
    Elle lutte aujourd'hui pour retrouver son visage et en est à sa 97e opération. Elle se bat pour l'interdiction de la vente libre d'acide sulfurique en Europe.
    Ce livre est une histoire poignante, mais remplie de défis surmontés et de batailles gagnées.
    C'est le témoignage exceptionnel d'une femme volontaire qui donne, sans le savoir et le revendiquer, une leçon d'héroïsme.

  • Ma vie de maitresse SM

    Maitresse Diane

    • Pixl
    • 15 Octobre 2015

    Les médias en bruissent, les livres se vendent, les langues se délient.

    Aujourd'hui, le BDSM (Bondage et discipline, domination et soumission, sado-masochisme) sort de l'ombre. Mais qui connaît réellement ces pratiques qui interrogent, effrayent ou attirent? Peu d'entre nous.

    Diane Maris a décidé elle de lever le secret de ces mystérieux chemins et d'éclairer les recoins discrets de sa profession : Maîtresse.

    Elle raconte avec une plume vraie, présente, qui ne vous lache pas, les rencontres intérieures qu'elle crée avec ses clients-partenaires, entre instinct et pulsion, entre interdit et permis entre récompense et douleur.

    Il faut suivre l'impériale Diane dans son monde secret afin d'explorer avec elle les abîmes humains.

  • Sultana Kouhmane a 25 ans quand son ex-mari enlève leurs trois enfants agés de 4, 6 et 8 ans. Pendant  treize longues années, Sultana n'aura de cesse de les retrouver, remuant ciel et terre, harcelant les autorités.
    Mais rien n'y fera. Les trois petits, ramenés au Maroc, cachés par leur père et sa famille, seront privés pendant toute leur enfance de l'amour de leur mère. L'histoire de Sultana est une tragédie hors du commun. Mariée à 16 ans à un imam fondamentaliste, la jeune femme sera régulièrement battue et humiliée. Elle trouvera la force de demander le divorce et obtiendra la garde principale des enfants.
    Lors de vacances scolaires, le père les kidnappera et Sultana ne les retrouvera que devenus jeunes adultes.

    Comment survit-on quand on vous arrache vos enfants ? Comment se battre pour faire respecter ses droits de parents? Comment se passent les retrouvailles avec trois enfants enlevés tout petits et revenus adultes et mariées pour les deux filles ? C'est d'une écriture juste, sans concsesion, et terriblement douloureuse que Sultana raconte son histoire.

  • L'addiction sexuelle se caractérise par la perte de contrôle de sa sexualité.

    Consciente de sa pathologie et des conséquences négatives, la personne affectée souffre d'un trouble sexuel. Lorsque ce trouble s'accompagne de manipulation, on francht les limites morales et culturelles, fixée par notre société occidentale  comme l'explique la psychiatre et psychanalyste victimologue Marie-France Hirigoyen.

    Marie Castelneau, dans son témoignage cruel et précis, dresse à travers son expérience douloureuse et destructrice le portrait d'un nouveau fléau : la multiplication des pervers narcissiques.

    Et vous, qu'auriez-vous fait ?

  • Quand les Anglais débarquent dans nos culottes, c'est la galère !
    Une galère aussi vieille que le monde.
    Un calvaire mensuel (environ 500 fois dans sa vie de nana !) Le sujet est dégueu et pourtant : ce n'est que de la science. De la biologie qui permet à l'être humain de se reproduire. Un truc énorme tant dans notre vie de femme que dans l'Histoire de l'humanité.
    Et pourtant, gros paradoxe : c'est un sujet largement tu !

    Ce livre fait la promesse :
    - de tordre le coup aux a priori et aux croyances erronées.
    - de répondre à toutes les questions. Pourquoi ça fait mal ? D'où me viennent ces envies de meurtres ? Suis-je normale ? On est obligée de les « avoir » ? Tampons ou serviettes ? C'est quoi la coupe menstruelle ?
    - de célébrer la féminité.

    Parce que les ragnagnas (il faut cesser d'en douter) c'est un super pouvoir féminin. Girl power !

empty