Littérature générale

  • Confessions d'une magnétiseuse Nouv.

    Après avoir vécu un choc émotionnel de taille, Magali Le Monnier commence à ressentir la monde qui l'entoure différemment. Une rencontre avec un magnétiseur la met face à des ressentis personnels inconnus jusque-là. Des picotements, des vibrations, des perceptions physiques et quelques visions... Jour après jour, le « don » devient inéluctable, évident, omniprésent. Qu'en faire ? Et comment se définir ? Sorcière, énergéticienne, magnétiseuse... Magali est avant tout une aventurière friande d'expériences au présent alors qu'à cela ne tienne, elle se lance ! Pas d'étude, de livre ou de diplôme dans le domaine... Il faut juste se faire confiance et commencer les séances. Dans cet ouvrage, l'aueure se livre lors d'un dialogue ryhtmé avec l'un de ses patients, aussi sceptique que curieux, et donne naissance à des pages haletantes, remplies d'exemples insolites sur l'apprivoisement et la mise en oeuvre de ses capacités hors du commun.

  • Isabella, mère célibataire, fait une rencontre néfaste, celle d'un homme beau parleur, rusé et à l'esprit de grandeur.
    Très vite, il lui parle de son projet : développer un business dans l'univers des bars vitrines. Amoureuse, étourdie par ses paroles, ses baisers, elle accepte de lui prêter son nom pour qu'il puisse monter ce commerce quelque peu déroutant.
    Isabella devient tenancière de bars à filles en l'espace de quelques semaines.
    L'amoureux, attentionné de prime abord, se révèle dépensier et irresponsable. Elle comprend rapidement son erreur mais, prisonnière d'une dépendance affective qui l'aliène à cet homme, Isabella s'aperçoit qu'elle doit s'occuper des comptes, de l'administratif, des filles, si elle ne veut pas avoir de problèmes plus conséquents encore.
    Entraînée dans les procédures judicaires, les amendes pour proxénétisme et tenue de maison de débauche, elle découvre de façon abrupte le monde de la prostitution et les personnages hauts en couleurs qui le fréquentent. Des sommes astronomiques dépensées par les clients aux jalousies et coups bas entre prostituées, son quotidien pendant plus de dix-sept ans sera une lutte constante pour ne pas perdre pied.

  • Combien de fois avons-nous eu à nous défaire d'un commercial ? Ils sont souvent perçus comme intrusifs, avec leurs discours bien rôdés, mièvres et agressifs à la fois, adoptant une attitude de mercenaire dépourvu d'état d'âme, avec pour seul objectif le bon de commande qu'ils entendent bien vous soutirer. Et pourtant, ça peut être tellement autre chose ! « J'ai appris ce métier au contact de mes clients, en développant avec eux les mêmes relations que celles mises en place avec mon entourage privé. Aucune différence. La sincérité et la franchise paient toujours. Vendre oui, mais seulement après avoir établi les relations humaines de base. C'est ma règle ! Je les ai tous rencontrés, les taciturnes, les joyeux, les séducteurs, les heureux, les malheureux, les complexés et si je vous les présentais ? » Du terrain aux salons professionnels en passant par l'encadrement d'équipes commerciales, un recueil d'anecdotes drôles, de défis professionnels et de rencontres passionnantes d'une commerciale pas comme les autres.

  • « Au fond de moi, je ne suis pas une fille. » En une phrase, notre ado de 15 ans a bouleversé notre vie et déconstruit tous nos codes. Mais qu'à cela ne tienne ! S'il devenait une nouvelle personne, alors ce ne serait pas sans nous, sa famille. Sans notre appui, sans notre amour. Laissez-moi donc vous guider dans cette aventure extraordinaire, à la rencontre de notre fils, un nomade du genre.

    Chronologique, ce guide suit notre histoire de parents d'enfant transgenre, depuis le coming out de notre fils jusqu'à sa première prise de testostérone. Découpé en chapitres thématiques, l'ouvrage plonge le lecteur au coeur d'une transformation hors norme.

  • Ce matin-là, elle a pris des vieux vêtements plus très propres, des ballerines à la semelle trouée, une veste informe. Elle s'est habillée discrètement et a enfoncé un bonnet sur sa tête, a pris un gobelet et sa pancarte et s'est assise seule contre un mur.

    Elle a commencé à mendier dans nos rues.

    Elle, c'est Fatiha Saidi. Dans ce livre, elle raconte ce que signifie l'invisibilité, la disparition aux yeux du monde, la chute à terre, dans tous les sens du terme.

    Au-delà d'une expérience hors norme qui l'a bouleversée et qu'elle relate avec respect pour celles et ceux qui hantent nos rues, Fatiha Saidi nous prend par la main, nous invite à poser un regard sur un monde que nous croisons sans le voir. Sans jugement de valeur et sans moralisme, son ouvrage nous bouscule et nous incite à la réflexion sur le phénomène de la grande pauvreté.

    Bouleversant et terriblement humain, ce récit est un coup dans le ventre. On y entend murmurer « s'il vous plaît, une petite pièce ».

  • Je suis née en novembre 1944 dans un village de 350 habitants, Peyraud, situé au nord de la vallée du Rhône ardéchoise.

    Le fleuve avait envahi la vallée et ce fut compliqué de ramener ma mère et moi de la maternité d'Annonay.

    Mon père faisait les trois huit à la gare de Saint Rambert d'Albon, pour lui la journée comptait double, car il cultivait aussi les lopins de terre reçus en héritage. Ma mère, Maria, est née en 1914 à Saint-André-en-Vivarais, dans un rude village du haut Vivarais, balayé l'hiver par la Burle, un vent glacé venu du nord.

    Mes deux soeurs et moi allions à l'une des deux écoles du village, la libre bien sûr, la laïque, c'était pour les enfants de mécréants. Quatre années et demi me séparaient de ma soeur aînée André dite Dédée... et oui il y avait eu la guerre !

    C'est cette vie modeste, la mienne, la vie ordinaire d'une petite paysanne ardéchoise que je vais vous conter.

  • L'homosexualité et l'homoparentalité sont de plus en plus acceptées dans la société, selon le sondage réalisé par l'IFOP en 2016. Pour 63 % des personnes interrogées, un couple d'homosexuels vivant avec ses enfants « constitue une famille à part entière ».

    Ces familles sont donc de plus en plus intégréées à la vie française. Cette année verra le débat sur la proposition de la PMA pour tous s'ouvrir. Oxen Lambert ouvre une porte de réflexion sur «?la vraie vie?», la sienne et celle de ses enfants.

    Oxen a eu deux vies, celle d'un hétérosexuel marié et père de deux filles et celle aujourd'hui d'un papa gay qui élève ses enfants avec son compagnon.

    Érudit, engagé dans le social, Oxen avec son livre et son témoignage explique, démonte les fantasmes, ouvre des perspectives de réflexion à la fois sociétale et parentale sur ces familles qui, somme toute, sont celles de parents regroupés autour de leurs enfants avec présence et amour.

  • «?Djihad?», est la pièce phénomène sortie en Belgique francophone, et qui arrive en France. Avec ses 32 000 spectateurs, elle est au centre des discussions concernant les jeunes djihadistes qui rejoingnent les rangs en Syrie.  Reda, Ismaël et Ben sont trois musulmans d'ici. Comme beaucoup d'Européens, ils sont se engagés pour aller se battre. Mais déchantent très vite.  « Ils se rendent compte que ce qu'on leur a vendu à travers les réseaux sociaux, à travers les propagandes de haine, ce n'est pas du tout ça. Finalement, c'est un bourbier, c'est un charnier, où on envoie cette pauvre chair à canon qui au départ n'a rien demandé d'autre qu'essayer d'exister », explique le metteur en scène.

    La pièce rit de tout, du dogmatisme, de la victimisations des Arabes, du recisme ordinaire des banlieues.  Un vrai théâtre populaire qui allie humour et phrases-choc, «?Djihad?» donne lieu au débat. Cette pièce est devenue le point de départ d'un réel dialogue entre enseignants et élèves, parents et enfants, politiques et citoyens.  Déjà accueilie à Lille et dans d'autres villes du Nord, «?Dhihad?» sera jouée dès janvier 2016 à Lyon, Grenaoble, Arras, etc. 

  • Faire le tour du monde pendant un an. Qui n'en a pas rêvé ? Bertrand Boyer l'a osé à deux reprises. Une première fois en couple, sac sur le dos. Une seconde fois avec leurs trois enfants, en camping-car. Deux rêves, à dix ans d'écart.

    Une course de pirogue sur le Mékong, un jeune iranien se confiant sur une dune, une nuit sous tente sur la grande muraille, une invitation impromptue à un mariage tibétain, l'accueil sous les yourtes mongoles... « Tour du monde en famille » rassemble une série de croquis alternant les styles et les expériences : scènes de vie, coups de gueule ou de cafard, émerveillements et témoignages. Un cheminement d'humanité où la petite histoire rencontre parfois la grande.

    Des portraits originaux, des aventures et mésaventures qui amènent à mieux comprendre certaines sociétés méconnues. L'expérience exceptionnelle de deux tours du monde. L'évolution d'un même lieu, d'une société à une décennie d'écart. Une aventure personnelle et familiale : parce que voyager en famille, c'est pas plus compliqué !

  • « Enfant, ma mère me disait souvent : «?Tu as bien le temps d'y penser !?», lorsque je parlais du jour où je serai maman à mon tour. Le temps, certes, je l'ai eu, mais bien plus qu'elle ne l'envisageait alors.
    Il aura fallu sept années d'acharnement, d'échecs, d'évolutions et de déchirements pour pouvoir fonder une famille. Ce livre retrace le chemin tortueux qui nous a menés, avec mon mari, à la rencontre de notre fille, pupille de l'État, depuis les essais fébriles pour concevoir un bébé, aux premières désillusions qui nous ont conduits alors vers un long parcours de procréation médicale assistée, en France, puis à l'étranger, avant de nous tourner vers l'adoption nationale et internationale, avec ses embûches et ses espoirs fluctuants.
    Notre infertilité a entrainé des bouleversements profonds dans notre couple et dans nos liens sociaux - bouleversements face auxquels je me suis sentie isolée, souvent, et démunie. Les rencontres et récits de mes pairs m'ont aidée à cheminer et je souhaite à mon tour apporter ma pierre à l'édifice en témoignant à propos de ce parcours hors normes vers une parentalité autre. » La France compte près de 10 000 demandes d'adoption chaque année. Des demandes auxquelles elle ne peut répondre : près de 30 000 familles agréées sont toujours en attente d'un enfant.
    Elaine et son mari sont aujourd'hui les parents d'une petite fille, après 7 ans de démarches. Ce témoignage est porteur d'espoir pour tous les couples qui connaissent les mêmes difficultés.

  • Raphaëlle et sa mère racontent à quatre mains ce qu'a été le harcèlement scolaire dont a été victime Raphaëlle et les conséquences terribles qui en ont découlé : tocs graves, dépression, déscolarisation totale, passage par la Maison de Solenn gérée par le célèbre pédo-psychiatre Marcel Ruffo et la lente remontée de cette jeune fille par un biais inattendu qui fait aujourd'hui d'elle une jeune fille solide et épanouie.

    Pour la première fois, le témoignage fort d'une ado et de sa mère en parallèle : une vision nouvelle à double entrée !  Alors que Raphaëlle n'est pas une ado remuante, qu'elle vit tranquillement avec sa mère et fréquente un bon collège, tout bascule lors de son entrée en 4e : elle se retrouve la cible d'un groupe de harceleurs qui l'innondent d'insultes, la déprécient et même, l'invitent au suicide sur les réseaux sociaux.

    Raphaëlle plonge, malgré la plainte de ses parents, la mise à l'écart des plus acharnés, dans la dépression, développe des tocs handicapants, des crises de panique, des crises de  boulimie et, surtout, elle est incapable de retourner à l'école. Elle sera d'ailleurs déscolarisée entièrement.

    Ce récit, écrit en parallèle avec sa mère, montre la stupeur, la douleur et le désarroi d'Isabelle qui doit affronter la situation de sa fille : comment l'aider ? Que faire ?  Bien sûr, Raphaëlle ne retournera plus jamais à l'école. Elle ne fera pas d'études universitaires mais, après cet enfer, cette jeune fille aujourd'hui pleine de vie et de dynamisme est la preuve que l'on peut s'en sortir. 

  • Sophie, la vingtaine, diplômée d'une école de commerce, décide presque du jour au lendemain de remplir son sac à dos et de larguer les amarres. Direction l'Australie, ce continent sauvage qui est, en ce moment, la destination la plus prisée par les jeunes occidentaux en quête d'aventure.
    Des paysages à couper le souffles, des expériences inattendues, des rencontres surprenantes, Sophie a parcouru les terres arrides de cette " île gigantesque " pendant de longs mois. Mais il ne faut pas se fier aux photos de ces nouveau aventuriers qui pululent sur les réseaux sociaux, le voyage est aussi fait de longs moments de solitude, de douloureuses séparations et de situations bien difficiles. Apprendre une nouvelle langue, découvrir une culture fort différente, connaître à certains moments l'inconfort, se perdre tout simplement, voici ce qui permet de casser la routine et, au final, ce que Sophie cherchait.
    De road trip en petits boulots dans les fermes et dans les bars, Sophie raconte au jour le jour cette vie atypique, sans planning ni préparation, avec juste un sac sur le dos et la route qui défile devant elle, seul guide.

  • Après des années de consommation de cannabis au quotidien, l'auteur a décidé de coucher sur papier son histoire, celle d'une homme qui a pris sa vie en main pour se libérer du piège de la drogue.

    Ce livre retrace les étapes de l'arrêt. Des prises de consciences aux doutes, en passant par le récit d'expériences, l'auteur traque et identifie ces déclics qui conduisent à la libération de ce poison. Cet ouvrage guidera et accompagnera tous ceux - et ils sont légion - qui souhaitent se débarrasser de cette mauvaise habitude sans trop savoir comment s'y prendre.

  • Pour beaucoup, je suis un homme dans un rôle de femme. Cette situation ne manque pas de piquer la curiosité de mes congénères masculins. Avec parfois des accents machistes, ils en profitent pour poser les questions qu'ils n'ont probablement jamais posées à leur femme : « Franchement, qu'est-ce que tu fais de tes journées ? » ou encore « Tu ne fais quand même pas le ménage ? ».

    L'homme au foyer est, finalement, un excellent révélateur des rapports des genres, surtout, mais aussi des rapports à l'argent, à la solitude, à la réussite ou encore à la reconnaissance sociétale.

    Entre le témoignage truffé d'anecdotes et la critique d'une société encore bien à des égards sexiste et matérialiste, l'ouvrage alterne récit de vie et analyse sociétale documentée.

  • Tout est noir dans la vie d'Eric depuis sa dernière séparation. Tous l'abandonnent, il se sent seul.

    Mais la rencontre d'une psy un peu particulière va modifier sa perception des choses. Diverses rencontres vont le faire voyager de Bruxelles à Paris, toujours à la recherche d'un bonheur qu'il pense mériter.

    Hélas, la vie est une chienne qui ne lache pas facilement l'os qu'elle s'est mise à ronger et Eric va en faire les frais au cours de cette tranche de vie ordinaire.

  • Hôpital Pellegrin, Bordeaux. Une petite fille de 570 grammes naît, prête à en découdre avec ce début de vie compliqué. À ses côtés dans ce combat, ses parents qui, jour après jour, viennent lui souffler leur amour au travers de sa maison artificielle. « Toi, mon bébé prématuré » retrace le parcours d'Élina qui, avec un courage et une volonté exemplaires, a réussi, portée par le personnel de l'hôpital Pellegrin, à avancer dans l'adversité.

    Ce témoignage est enrichi d'autres récits de parents et d'enfants. Il inclut également le regard du personnel médical, qui vient expliquer les faits afin d'aider les parents de prématurés à mieux comprendre cette situation traumatisante.

    RCIU (le retard de croissance intra-utérin), quatre lettres qui annoncent l'apocalypse. Quatre lettres dont je n'avais jamais entendu parler et qui allaient changer ma vie à jamais.

    Des moments complices, un travail stable, l'aventure de la maternité commence et alors qu'en apparence tout va bien, à l'intérieur de mon ventre, c'est le chaos. Un mal sourd ronge ma fille qui lutte contre un ennemi que sa propre mère a généré.

    Une naissance en urgence, un sentiment de culpabilité qui perdurera de longues années, l'angoisse d'une vie piégée entre l'ombre et la lumière. Le service de réanimation et ses incertitudes, ses bips incessants. L'étage de néonatologie plus calme, là où la vie reprend doucement ses droits. La sortie de l'hôpital et la peur imbibée en moi.

    Mais aujourd'hui, tu es une magnifique petite fille en pleine forme. Et je veux que notre histoire aide de nombreux autres parents à garder espoir.

  • Les chiffres des sondages actuels sont unanimes : 25% d'entre nous rencontreraient leur conjoint(e) sur leur lieu de travail, l'entreprise se révélant ainsi une école de l'amour. Si l'on ajoute celles et ceux qui développent une activité sexuelle sans projet matrimonial ou de vie commune, en lien plus ou moins direct avec leurs activités professionnelles (occasion, effet d'aubaine, etc.), apparaît alors un champ d'observation assez large qui convainc d'une évidence : le phénomène n'est pas marginal, bien au contraire. Et il touche aussi bien les hommes que les femmes.

    Ce livre aborde la sexualité au travail et couvre de ce fait de nombreux thèmes qui font écho dans les débats sociétaux actuels. Qu'il s'agisse de l'égalité entre hommes et femmes au travail, du harcèlement et de sexisme (Cf. les mouvements tels que #MeToo, mais aussi, par exemple, dans le milieu médical, la pétition coordonnée par le Dr Dominique Dupante adressée à la ministre française Agnès Buzyn pour dénoncer les relations entre médecins et patient(e)s.) L'auteur a réuni un éventail large et significatif de témoins qui livrent des récits bouleversants, étonnants, loufoques, hilarants, réflexifs...

    Comment passe-t-on à l'acte entre collègues, entre employé(e) et employeur, entre professeur et élève, entre médecin et patient(e)... ?
    Les rapports hiérarchiques influent-ils sur la sexualité ?
    L'abus de personnes ayant autorité est-il un mythe ou une réalité??
    Comment peut-on faire de son expertise professionnelle un outil de séduction ?


    ...sont quelques-unes des problématiques rencontrées, sous la forme d'anecdotes, toutes authentiques. Certains entretiens, en toute complicité, apparaissent presque comme des saynètes, tandis que l'intervieweur s'efface avec empathie devant des interlocuteurs confiant parfois le secret d'une vie...

  • Tom est un petit garçon de 6 ans né dans une famille «?pas comme les autres?» avec des parents «?pas comme les autres?». Sa mère, Céline, a écrit son histoire, de sa conception à son sixième anniversaire.

    Une seule idée a guidé Céline : donner à son fils un fil rouge qui raconte son histoire, la mémoire d'une période qui, sans cet écrit, serait reléguée aux oubliettes. Ainsi, pourra-t-il répondre, mieux que quiconque, à la question «?Qui suis-je???». Sous la plume de cette mère qui soulèvera des montagnes par amour pour lui, cet ouvrage invite le lecteur à une réflexion sur sa propre histoire, sur la parentalité et la maladie.

  • Au travers du récit de ses nombreuses interventions, tant anecdotiques qu'instructives, l'auteur nous propose de partager la vie, souvent méconnue, d'un pompier volontaire.
    En quoi consiste le métier de pompier volontaire ? À qui est-il destiné ? À quoi ressemble les journées de ces héros de l'ombre ?
    Parfois captivante, parfois émouvante, il nous décrit son expérience de vie de ce qu'il appelle son « second métier ».

  • À la suite d'un conflit violent avec son patron, Anna Melloul, cadre dirigeant dans un grand groupe bancaire, quitte l'univers feutré de la banque pour entamer une formation-reconversion dans la restauration haut de gamme. A plus de 50 ans, alors qu'elle occupait un poste important, elle doit recommencer au bas de l'échelle, retourner sur les bancs de l'école (formation chez Alain Ducasse) et tenter de se faire une place dans le monde résolument jeune et masculin de la gastronomie.

    Anecdotes et autodérision servent le récit de cette bifurcation professionnelle peu banale. Et puis des étapes importantes : le CAP de cuisine en cours du soir, le passage entre les mains d'associations bénévoles supposées aider les femmes-chômeurs-sénior- dans leur chemin de retour vers l'emploi, puis les premiers succès avec les clients entreprises ou particuliers mais aussi les premières déceptions.

  • Charlotte a 12 ans lorsque son attrait pour la religion musulmane se manifeste. À mi-chemin entre l'outil de séduction pour reconquérir le coeur d'un garçon aimé, et la quête identitaire de l'adolescence naissante, elle va revêtir un nouvel habit de disciple appliqué.
    Issue d'une famille athée, hostile à la démarche religieuse, elle va redoubler d'efforts pour apprendre, puis appliquer, les principes édictés par différentes formes d'islam. Dans sa démarche autonome, elle trouvera rapidement des guides et des repères autour d'elle, au collège puis sur les réseaux sociaux pour finalement être happée par la spirale salafiste piétiste qui va l'entourer de toutes parts. C'est ainsi que Charlotte fera voeu d'une vie de « salafiyya » entièrement dévouée à la vocation religieuse salafiste piétiste.
    Lau Nova retrace, au travers de son regard de mère, le parcours religieux de Charlotte, depuis ses premières années de collège jusqu'à sa majorité. Ruptures amicales, décrochage scolaire, hypothèse de départ à l'étranger, protection administrative par les autorités, relation avec les acteurs de la déradicalisation, puis finalement engagement à corps perdu dans la vie d'épouse salafiste.

  • Reda Chebchoubi est né de parents marocains. Canaille invétéree au grand coeur, il a vécu toute son enfance loin des quartiers dans un quartier BCBG très « Neuilly-sur-Seine ».
    Comment fait-on quand on est le seul bronzé de sa classe, qu'on veut devenir catholique à 8 ans comme les copains, que l'amour de votre vie s'appelle Christelle et que l'on enchaine les bêtises ?
    Voici en 200 pages une plongée hilarante et tendre dans le monde de Reda qui, aujoud'hui devenu comédien, vous fera vivre un « Neuilly ta mère » plus fort que tout !

  • "La première fois que son père abuse d'elle, Sandrine a 6 ans. Son calvaire durera jusqu'à ses 17 ans, âge où elle décide de dénoncer son père à la police. À l'époque, la justice fait condamner son père à 15 ans de prison ferme pour viol sur mineure de moins de 15 ans et sa mère à 3 ans de prison avec sursis pour complicité.
    Son histoire douloureuse, Sandrine Rochel l'a d'abord écrite dans le but d'aider les victimes de l'inceste à dénoncer leur bourreau et montrer qu'une reconstruction est possible après un tel enfer, malgré les séquelles que cela implique.
    Après plusieurs années de rémission psychologique, elle a fondé son association en aide aux victimes de l'inceste.
    Voici son histoire.. "

empty