• Gargantua naît un jour de banquet, en sortant de l'oreille de sa mère, la bouche ouverte et l'esprit alerte. Le parcours du jeune prince sera semé d'embûches : il devra apprendre à trouver les mets et les liqueurs qui conviennent à sa taille de géant puis diriger l'armée de son père lors d'une guerre contre le royaume voisin... Rabelais nous entraîne avec Gargantua dans un univers joyeusement parodique et fantaisiste tout en nous invitant à réfléchir à la place de l'homme dans le monde.

    - Une frise chronologique historique et culturelle - Une introduction : pourquoi lire Gargantua au XXIe siècle ?
    - Le texte intégral modernisé annoté Des sujets pour s'entraîner à l'oral et à l'écrit du bac - Des analyses de textes au fil de l'oeuvre - Un commentaire de texte et une dissertation rédigés - Des exercices de grammaire avec corrections - Des exercices d'appropriation Un dossier pour situer et comprendre le texte - Une présentation de l'oeuvre de Rabelais dans son époque - Les mots importants de Gargantua- Un groupement de textes autour des parcours du bac :
    Rire et savoir / La bonne éducation.

  • « C'est que vous, mes bons disciples, et quelques autres fols en disponibilité, lorsque vous lisez les joyeux titres de certains livres de notre invention comme Gargantua, Pantagruel, Fessepine, La Dignité des Braguettes, Des Pois au lard assaisonnés d'un commentaire, etc., vous jugez trop facilement qu'il n'y est question au-dedans que de moqueries, pitreries et joyeuses menteries vu qu'à l'extérieur l'écriteau (c'est-à-dire le titre) est habituellement compris, sans examen plus approfondi, dans le sens de la dérision ou de la plaisanterie. Mais ce n'est pas avec une telle désinvolture qu'il convient de juger les oeuvres des humains. »

    Ajouter au panier
    En stock
  • Peut-on être sérieux et drôle à la fois ? Quelle « substantifique moelle » se cache sous la fantaisie des apparences ? Publié en 1534, Gargantua, qui narre la vie « très horrifique » d'un géant né par l'oreille de sa mère et inventeur du torchecul, est aussitôt interdit. Mais, par-delà la satire, le récit se colore d'humanisme : quelles méthodes d'enseignement adopter pour former l'habile homme ? Quelles doivent être les vertus du prince chrétien, en particulier en temps de guerre ? Puisé aux bonnes sources, le savoir est une gourmandise, tandis que les appétits guerriers, rendus vils et grotesques, sont balayés par une fin utopique.
    Si rire est encore « le propre de l'homme », la langue du XVIe siècle ne nous est plus familière. La présente édition accompagne le texte de Rabelais d'une translation en français moderne, afin que tout lecteur puisse s'y plonger avec l'agilité de Gargantua quand il « nageait en eau profonde, à l'endroit, à l'envers, de côté, de tout le corps, des seuls pieds, une main en l'air tenant un livre».

    Dossier 1. Utopies et perfections de l'éducation humaniste 2. Idéaux humanistes sur la guerre et la paix

  • Le récit de Rabelais au programme des 1res générale et technologique, suivi des parcours littéraires associés. Dans une édition spécialement conçue pour faciliter la préparation au nouveau bac de français.

    Le récit.
    Né de l'oreille de sa mère, le géant Gargantua a tout le temps faim et soif. Grâce à son précepteur Ponocrates, il développe également un appétit de savoir sans limite pour la nature et les textes antiques. Cette libre et joyeuse éducation est cependant interrompue par la guerre que Picrochole déclare au royaume...
    À travers un récit plein de verve et de fantaisie verbale, un formidable plaidoyer pour une culture humaniste.

    Les parcours.
    - « Rire et savoir » (1re générale).
    De La Fontaine à Flaubert, en passant par Molière et Fontenelle, 10 textes pour comprendre comment le rire peut interroger le savoir et se mettre à son service.
    - « La bonne éducation » (1re technologique).
    De Montaigne aux pédagogues contemporains, 6 textes pour réfléchir sur les fondements d'une « bonne éducation ».

    Le dossier.
    Toutes les ressources utiles au lycéen pour étudier l'oeuvre dans le cadre des nouveaux programmes :
    - un avant-texte pour situer l'oeuvre dans son contexte.
    - au fil du texte, la rubrique « Des clés pour la lecture linéaire ».
    - après le texte :
    - des fiches de synthèse sur l'oeuvre et les parcours.
    - des sujets guidés pour l'écrit et l'oral du bac français.
    - des fiches de méthode récapitulatives.

    Des prolongements artistiques et culturels.
    Sur le thème de la représentation de l'élève, de la Renaissance à nos jours : 5 oeuvres visuelles, reproduites dans les rabats, et des outils pour les analyser.

    Et un guide pédagogique sur www.editions-hatier.fr.
    En accès gratuit, réservé aux enseignants, il inclut tous les corrigés : des questionnaires au fil du texte, des sujets de bac et des lectures d'images.

  • Gargantua, géant débonnaire né de l'oreille de sa mère et inventeur du torchecul, fait partie des héros savoureux de la galerie rabelaisienne. Alors qu'il n'est encore qu'un enfant, son père, Grandgousier, s'interroge sur l'éducation à lui donner.
    Les précepteurs se succèdent et échouent, comme Thubal Holoferne, dont l'enseignement consiste à réciter l'alphabet à l'envers, ou encore maître Janotus de Bragmardo délirant en latin. Finalement, à travers la figure de Ponocrates, Rabelais dresse l'éducation idéale : humaniste, joyeuse, valorisant les richesses de l'esprit et du corps.

    · Objet d'étude : La littérature d'idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle · Dossier pédagogique spécial bac, parcours « La bonne éducation » · Prolongement: De l'éducation des filles (corpus de textes).

  • « Chantons, buvons ! » Bon vivant, le géant Gargantua exorte par cette formule le lecteur à le suivre dans ses « très horrifiques » aventures qui le conduiront de Paris à l'abbaye de Thélème et le feront grandir au fil du récit.
    Découvrez ou redécouvrez ce personnage bouffon, devenu mythique sous la plume amusée et satirique de François Rabelais.
    Parcours Bac : Rire et savoir (voie générale) - La bonne éducation (voie technologique)

  • Pantagruel

    Francois Rabelais

    Dans l'univers rabelaisien, les êtres humains sont la proie de transformations physiques inquiétantes : oreilles, épaules et ventre enflent. Parfois même, le corps entier se distend tel une outre gigantesque. Ainsi naissent les géants, dont Pantagruel, fils de Gargantua. Aussi burlesque que philosophique, le récit des aventures de Pantagruel promet d'être agité.

  • Des ouvrages clairs, concis et accessibles destinés aux élèves pour leur fournir l'essentiel sur l'oeuvre et le parcours associé pour le Bac de français 1re Gargantua... à la loupe.

    Sous forme de fiches en couleurs, ils proposent :
    - Repères sur l'auteur et le contexte historique de l'oeuvre.
    - Résumés de textes et des repères dans l'oeuvre.
    - Thèmes expliqués et commentaires linéaires.
    - Le parcours associé explicité.
    - Astuces pour comprendre et réviser vite et efficacement.
    - Exemples de dissertations corrigées et expliquées pas à pas.
    - Explications de texte complémentaires et guide pour l'entretien à l'oral.
    - Citations incontournables à retenir et quiz de révision.

    Pour en savoir plus, rendez-vous sur une-oeuvre-un-parcours.nathan.fr ;

  • D'une sombre histoire de boeuf salé le Mardi gras (le mot de l'énigme figure ici dans les notes) naquit l'idée lumineuse selon laquelle Rabelais aurait vu le jour en 1494... Il est des idées dont on revient, et l'on parle aujourd'hui de 1483, donc d'un Rabelais vieux de 511 ans. Soit. L'homme disparaît derrière ses mythes ; reste l'oeuvre, sans âge, et qui a encore beaucoup à dire si l'on en juge par l'édition que procure Mireille Huchon, édition complète - on y trouve les cinq livres et la totalité des oeuvres diverses - fidèle, éclairante, nouvelle. Fidèle, le texte, celui des éditions parues du vivant de Rabelais (sauf pour le Cinquiesme livre , posthume), avec, pour aider à la lecture, la traduction en bas de page des mots vieillis. Éclairants, les appendices, où sont publiées les chroniques de Gargantua, dont Rabelais fut l'éditeur (l'auteur ?) et qui ont nourri son oeuvre, et tous les textes[Isle sonante, manuscrit, chapitres écartés] qui permettent de trancher la question de l'authenticité du Cinquiesme livre. Neuve, enfin, l'annotation qui, tenant compte de la multiplicité des lectures possibles, fait justice de quelques idées reçues et propose de nouvelles hypothèses, par exemple à propos des modèles de Thélème ou de la navigation des héros du Quart livre. Quoi qu'il en soit du boeuf salé, cette édition, très attendue, restera celle du 5e centenaire. De l'influence des anniversaires sur le bonheur de lire...

  • Le plaisir que suscite la lecture du Traité de bon usage de vin de François Rabelais est tout d'abord attisé par la curiosité que l'on accorde à la nature même du texte. Ce Traité n'est en effet pas la version originale de l'auteur, mais une version traduite du tchèque vers le français, alors même que la version tchèque émanerait d'une version allemande. La traductrice, fort judicieusement, a opté pour une traduction qui ne cherche pas à restituer le texte original dans la langue de Rabelais. Elle a plutôt choisi d'adopter une langue située à mi-chemin entre le français de l'époque et le français contemporain, souhaitant ainsi rendre la saveur du verbe rabelaisien tout en le laissant accessible au public.
    Traité de bon usage de vin se présente donc comme un petit traité de savoir vivre, dans lequel Rabelais s'amuse à déplacer sur l'échelle des valeurs la place qui est accordée au vin. Pour ce faire, il use de tout son savoir-faire - jeu, farce, raillerie, mensonge, argotisme, détournements et sophismes - et d'un usage savant du langage et des traditions orales populaires. Il parvient ainsi à déclamer une véritable éthique de la vie qui prône l'adoption d'une consommation de vin, érigée en vertu. Et Rabelais va jusqu'à faire de l'usage du vin un attribut anthropologique majeur : « L'usage du vin, outre le verbe prolixe et la prière fervente, est de toutes les actions humaines ce qui le distingue des autres créatures terrestres. »
    Ce Traité de bon usage de vin se révèle être une véritable ode épicurienne dans laquelle Rabelais libère ses aspirations émancipatrices et laisse entrevoir les moeurs qui ont cours parmi les habitants de Thélème.

  • Rabelais : un mythe dont il serait temps de vérifier la réputation grâce à cette édition intégrale bilingue dont la traduction serre au plus près la langue originale, avec le souci de la plus grande lisibilité. Savant? Gaulois? Ironique? Délirant? Énigmatique? Optimiste? Pessimiste? Tout cela à la fois, dans un chaos fondateur d'avant les règles classiques et les inhibitions pudibondes. Et jamais donneur de leçons toutes faites, même s'il a pour objectif de dénoncer la bêtise et les abus, de leur substituer si possible un savoir et une largeur d'esprit dignes du gigantisme des héros. Comme moine, médecin et serviteur de diplomates, il sait que la réalité est difficilement supportable : la fiction apporte la liberté. Des folies de l'ancien monde où les institutions radotent, où les rois ont peine à maîtriser les forces obscures, où l'on voudrait conjurer les périls futurs, ses Géants nous embarquent vers de nouveaux mondes pires encore. Quel serait le mot ultime de la sagesse à rencontrer parmi le langage novateur, dont le lexique est le plus vaste de toute la littérature en français?

    Translation en français moderne par Marie-Madeleine Fragonard. Édition publiée sous la direction de Marie-Madeleine Fragonard avec la collaboration de Mathilde Bernard et Nancy Oddo. Édition bilingue.

  • Le uart livre est le plus satirique et le plus audacieux des quatre livres de la geste de Pantagruel. En apparence, il raconte le voyage maritime de Pantagruel (à l'image des argonautes et de jacques cartier). il aborde à de nombreuses îles, des Chicanous (satire des gens de justice), de Tapinois, où règne Quaresmeprenant, l'île Farouche (où se déroule la guerre entre les andouilles et les cuisiniers), l'île des Papefigues (protestants), celle des Papimanes (catholiques). Mais c'est aussi un texte sur la religion : Rabelais attaque les superstitions, le culte du pape, les vices du clergé, les prétentions de la curie romaine. Il condamne, dans cette odyssée allégorique, toutes les églises, au profit de la liberté de l'esprit. La galerie de monstres que l'on parcourt dans un prodigieux carnaval symbolise en même temps un combat politique et religieux, de son temps et de tous les temps.

  • Deux romans parodiques où s'exprime l'idéal humaniste.
    Pantagruel ; Rabelais nous raconte les exploits du géant Pantagruel, fils de Gargantua, et nous entraîne dans une épopée folklorique entre Paris et le royaume d'Utopie.
    Gargantua : Le jeune Gargantua, éduqué selon les préceptes humanistes, doit affronter Picrochole, tyran ambitieux et belliqueux.

  • Le quart livre est le plus satirique et le plus audacieux des quatre livres de la geste de pantagruel.
    En apparence, il raconte le voyage maritime de pantagruel (à l'image des argonautes et de jacques cartier). il aborde à de nombreuses îles, des chicanous (satire des gens de justice), de tapinois, où règne quaresmeprenant, l'île farouche (où se déroule la guerre entre les andouilles et les cuisiniers), l'île des papefigues (protestants), celle des papimanes (catholiques). mais c'est aussi un texte sur la religion : rabelais attaque les superstitions, le culte du pape, les vices du clergé, les prétentions de la curie romaine.
    Il condamne, dans cette odyssée allégorique, toutes les eglises, au profit de la liberté de l'esprit. la galerie de monstres que l'on parcourt dans un prodigieux carnaval symbolise en même temps un combat politique et religieux, de son temps et de tous les temps.

  • " .
    Je prouverai par des arguments non impertinents et des raisons irréfutables, à la barbe de je ne sais quels faiseurs de centons, botteleurs de matières cent et cent fois ressassées, rapetasseurs de vielles ferrailles latines, revendeurs de vieux mots latins tout moisis et incertains, que notre langue vulgaire n'est pas aussi vile, aussi inepte, aussi indigente et méprisable qu'ils l'estiment. (. ) c'est pourquoi, buveurs, je vous avertis en temps opportun, faites de mes livres bonne provision aussitôt que vous les trouverez dans les boutiques des librairies, et il vous faudra non seulement les écosser mais encore les dévorer comme un opiacé pour le coeur et les incorporer en vous-mêmes ; c'est alors que vous découvrirez le bien qu'ils réservent à tous les nobles écosseurs de fèves.
    ".

  • Au XVIe siècle, l'oeuvre majeure de Rabelais (Gargantua, Pantagruel, Troisième Livre, Quatrième Livre et Cinquième Livre) a été publiée sur une durée d'environ trente ans, de Pantagruel (1532) à l'édition posthume du Cinquième Livre (1564).
    L'édition Arléa se présente ici sous le titre Les Cinq Livres, auxquels fait suite, un très bref ouvrage, la Pantagruéline Pronostication, almanach humoristique parodiant les très nombreuses prophéties du temps (Nostradamus est un contemporain de Rabelais).
    Arléa avait publié en 1999 une édition des seuls Gargantua et Pantagruel, « en français moderne », qui n'était qu'un remaniement de l'orthographe. Avec le temps, les lecteurs capables de lire la langue du XVIe siècle (même ainsi aménagée) étant de moins en moins nombreux, Les Cinq Livres présentés ici sont donc, cette fois, purement et simplement traduits (vocabulaire, syntaxe, ponctuation, disposition...), dans une unique et constante exigence : aboutir à un texte respectueux de la grammaire et du dictionnaire de notre temps, tout en respectant également la fidélité au texte original - fidélité qui n'exige en rien la littéralité.
    Il s'agit donc d'un Rabelais rendu accessible aux non spécialistes, à tout lecteur diligent, qui permet de comprendre, grâce à l'intelligence du texte, pourquoi cette oeuvre a traversé les siècles et s'est répandue dans tous les pays.
    Rendre Rabelais accessible, c'est d'abord faire litière de tous les lieux communs qui empoisonnent l'image de ce moine, médecin et écrivain.
    Aujourd'hui, en effet, l'épithète de « rabelaisien » n'évoque le plus souvent que banquets, libations, beuveries, ébriétés triviales, gaudrioles, chansons à boire et goinfreries... Or, une fois la lecture rendue plus fluide, la compréhension du texte devenue plus aisée, on découvre un homme bien loin de l'image qu'il a chez nombre de nos contemporains.
    On connaît, certes, son érudition encyclopédique, ses talents de médecin qui, partout où il exerça, furent reconnus par ses pairs, sa curiosité universelle, sa haine des hypocrites de tout poil, son indépendance envers les autorités, sa foi « évangélique », rebelle aux dogmes, son humour, voire sa gaieté, mais on découvre en le lisant - et en le comprenant - des qualités autres, des qualités qui sont l'apanage des grands hommes de tous les temps : un pacifisme affirmé, un amour de l'humanité et, surtout, cette bonté sans laquelle, selon Montaigne, toute autre science est inutile à celui qui ne la possède pas.
    Cette édition étant principalement destinée à des lecteurs peu familiers de la littérature de la Renaissance et de Rabelais en particulier, la traduction ne pouvait suffire ; c'est pourquoi le texte est accompagné de très nombreuses notes infrapaginales, concernant chaque emprunt de Rabelais (citation traduite avec précisions sur l'auteur et l'oeuvre), chaque personnage célèbre (avec courte biographie).

  • Le quart livre

    François Rabelais

    Le dernier livre authentifié de la«Chronique des géants»de Rabelais. La quête philosophique devient prétexte à un véritable roman d'aventures, une navigation sans fin aux confins d'un monde dont on ne connaît pas les limites.

  • Le Tiers Livre

    Francois Rabelais

    Que voulait-il...
    Ce rabelais, dans sa plénitude d'homme ? l'argent ? c'est peu probable. la gloire ? ce n'est pas impossible. l'amour ? mais la femme n'existe pas dans l'oeuvre pantagruélique... alors ?
    Alors, jouir de ses dons et en faire usage pour recréer un monde purgé des sots, des cafards, des meurtriers de l'intelligence et du caractère : sorbonagres à syllogismes, andouilles et carême-prenants, matagotz de genève, rôtisseurs de la place de grève, chats-fourrés prévaricateurs et sadiques ? ...
    Son oeuvre parle ! son oeuvre, l'oeuvre d'un homme qui veut servir. faire rire, sans doute, c'est le propre de l'homme. mais rabelais s'engage, on ne saurait s'y méprendre. il s'engage pour servir un idéal - celui de la génération qu'il incarne, dans le pays qu'il aime : une sagesse selon son coeur, engendrant un bonheur selon ses goûts.

  • si toutes les oeuvres du xvie siècle avaient disparu, sauf celle de rabelais, quelle idée aurions-nous de la renaissance ? celle d'un " éclat de rire énorme ", sans doute, comme le disait victor hugo...
    plongez-vous dans ces pages, vous y ferez connaissance avec les géants les plus drôles de la littérature française ; laissez-vous emporter dans leurs aventures les plus farfelues, riez, buvez, banquetez ! c'est ce que voulait rabelais quand il entreprit d'écrire les " faits et prouesses épouvantables " de pantagruel, roi des dipsodes. vous trouverez ici l'ensemble des romans de rabelais, de gargantua au cinquième livre, abrégés et transcrits en français moderne : vous accompagnerez gargantua du berceau aux guerres picrocholines, rencontrerez l'étonnant frère jean des entommeures et son crucifix efficace, pénétrerez dans l'abbaye de thélème et suivrez les pérégrinations de pantagruel et de son illustre ami panurge le roublard, des guerres contre les dipsodes jusqu'au mystérieux oracle de la dive bouteille.

  • Ce texte offre l'image cruelle d'un monde où les riches et les puissants sont à la parade et mènent une parodie de justice.

  • Fin 1532, Rabelais publie sa première version des Pantagruelines Pronostications et de l'Almanach pour 1533 en français. Il vient de réviser la réédition de Pantagruel, il a vraisemblablement achevé l'écriture de Gargantua, deux livres construits sur la même structure : naissance, éducation, guerre, explorations.

    Partout en Europe les idées des réformateurs diffusées grâce à l'essor de l'imprimerie compromettent la suprématie du pape, les guerres de religions font rage et reflètent les batailles entre les puissants Henri VIII, Charles Quint et François Ier.

    Rabelais écrit sur le fil du rasoir : François Ier réprime durement l'hérésie et l'Inquisition ne badine pas avec les condamnations au bûcher. Proche des thèses des évangélistes, il prône un retour à la pureté des Écritures et dénonce les profiteurs de tout poil. Désireux d'influencer François Ier sur le bon gouvernement d'un roi, il doit sa relative liberté d'expression à des protections puissantes.

    À travers le ton satirico-solennel, les énumérations galopantes, les lapalissades, les parodies de prédictions absconses et les joyeusetés de ce court pamphlet, Rabelais lâche la bride à sa fantaisie et il offre une lecture récréative et sérieuse d'un message qui dénonce l'hypocrisie et exhorte à des réformes profondes de la société.

    C'est dire la modernité des Pantagruelines Pronostications, à l'aube d'une nouvelle année.

  • Gargantua

    François Rabelais

    Des extraits de l'oeuvre avec des outils pédagogiques (présentation, notes, jeux) pour faciliter la lecture et la compréhension de ce classique de la Renaissance.
    Le géant Gargantua naît par l'oreille gauche de sa mère après onze mois de gestation... On le voit, dans Gargantua, il ne faut rien prendre au sérieux, ni les aventures du géant débonnaire, ni les rencontres qu'il fait, occasion d'une réjouissante galerie de portraits : Grandgousier et Gargamelle, ses parents, grands amateurs de tripes ; Thubal Holoferne, son premier précepteur, qui lui apprend à réciter l'alphabet à l'envers ; maître Janotus de Bragmardo, doyen de la très sérieuse Faculté, délirant en latin, ou encore Frère Jean, plus prompt à se battre qu'à suivre la messe. Cette édition rassemble les grands épisodes qui composent la vie de Gargantua, malicieux géant humaniste. Le dossier permet d'étudier les différents personnages de l'oeuvre et les caractéristiques de la langue rabelaisienne.

empty