• Manière noire

    Hervé Bauer

    Chacun des récits qui forment l'ensemble Manière noire a pour point de départ une locution qu'il s'agit de prendre au pied de la lettre, dans son sens littéral. L'écriture en développe alors les potentialités poétiques et imaginaires, suivant un cours aussi hasardeux que fatal.
    Gravure à la manière noire?: on grène entièrement la planche à l'aide d'une très grosse roulette nommée berceau?; la planche ainsi préparée donnerait, au tirage, un noir sablé complet?; on trace ensuite le dessin?; avec un grattoir on enlève tout à fait le grené, par fins copeaux, partout où l'on doit avoir des blancs (lumières)?; et, avec un brunissoir, on atténue plus ou moins le grené partout où l'on veut obtenir des tons gris (demi-teintes)?; le brunissoir diminuant la profondeur des piqûres du berceau, ces piqûres prennent moins d'encre et donnent du gris au lieu de noir?; ainsi, après avoir établi une planche qui donnerait un tirage noir, on obtient les figures par retranchement ou diminution de cette teinte (définition du Littré).

    «?Je me suis réveillé avec la gueule de bois. En passant la main sur mon visage, ce n'est pas ma peau que j'ai sentie, mais une surface dure et rêche. Et j'ai eu beau répéter plusieurs fois l'opération, il a bien fallu me rendre à l'évidence?: ma face n'était plus de chair, mais du bois le plus ferme. Effaré, j'ai tâté fébrilement tout mon corps qui ne semblait pas, à première vue, avoir subi la même transformation. Passé le premier moment d'effroi, j'ai pu me lever et, me regardant dans la glace, constater que je n'avais plus figure humaine.?»

  • Six textes percutants qui démontrent comment la poésie peut s'alimenter d'une prose tranchée et mystérieuse. Mais s'agit-il vraiment d'un genre littéraire puisque le poète unit l'aimant de la mort avec le souffle égaré, éclairé de la vie...

  • ... je n'arrive pas à déchiffrer sur ma peau la date de péremption. Il s'agit bien d'aggravation(s), et on se demande jusqu'où ira cette spirale infernale où la peur peut apparaître comme la fiancée aveugle de la mort. Curieusement, le pluriel que souligne l'auteur porte en soi une sorte de rédemption qui s'arrime au vers/à quoi ?/rime sa vie à/rien. "Aggravation(s)" est une belle oeuvre d'acceptation de la vie crispée sur la mort, de la mort qui soulève un terroir fertile. (Michel Cassir).

  • En vue d'accords nouveaux, John Cage "préparait" son piano, c'est-à-dire le désaccordait. C'est un peu ce que j'ai fait ici, avec l'instrument du verbe. Et ceci en n'opérant pas seulement sous l'état actuel de la langue, noir à travers les strates de siècles qui la constituent et pour peu qu'on y prête l'oreille -ce qui est proprement le souci de la poésie- l'aggravent.

empty