• À travers marais, forêts, plages, chenaux, vignes et villages, l?île d?Oléron est idéale pour les balades à pied ou à vélo. 18 balades sont ici proposées pour découvrir les richesses de la nature et du patrimoine de l?île d?Oléron.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ce guide propose 18 itinéraires de randonnées pédestres ou cyclistes pour découvrir les sites naturels et le patrimoine de l'île.

  • Plus de 200 photographies aériennes réalisées en ULM dévoilant une île d'Oléron peu connue. Village par village, entre 20 et 30 vues ont été sélectionnées pour tout voir : les habitations, l'urbanisme, les plages, les marchés, les entreprises, les vignes, les ports, les phares.

    L'auteur Passionné par l'île d'Oléron, Philippe Lafon s'intéresse à l'histoire de « son » île depuis plus de 25 ans. Grand collectionneur de cartes postales, il a étudié toute l'histoire insulaire oléronnaise. Il s'implique aussi dans la vie locale en participant à la fondation de très nombreuses associations culturelles, sportives ou sociales. Il est actuellement président de l'Association pour la Maison de Pierre Loti de Rochefort et vit à Saint-Pierre d'Oléron.

  • Le mot « coupes » revêt toutes sortes de sens dans plusieurs domaines du monde industriel et de la vie quotidienne ; la coiffure, la couture, mais aussi le cinéma, l'architecture, la photographie... à la campagne, il évoque aussi bien l'essartage que les moissons, le bois comme le foin ou les céréales. Ainsi, la ferme du lieu-dit « Les Coupes de Pouligny » (Montigny-sur-Canne, dans la Nièvre), trouve facilement son origine. Coupe est enfin le nom d'une constellation : c'est de cette constellation paysanne et agricole d'aujourd'hui qu'il est question dans cet ouvrage, celle de la famille Martin.
    L'ouvrage documente la vie quotidienne de cette famille d'agriculteurs français en 2015, partagés entre monde moderne conditionné par la technologie et tradition de longue durée. Les machines sont partout, mais on « soigne » et on tue encore les animaux selon des gestes appris et acquis de longue date. Cette transmission se poursuit même si elle est menacée de disparition. Les gestes et le corps des humains sont en harmonie avec le corps des bêtes. Ces mouvements s'inscrivent dans un espace et un temps de travail et de vie. Ils sont d'une grande beauté dont témoignent les photographies.
    Le livre, conçu à l'initiative du photographe Philippe Bazin (avec la complicité de la philosophe Christiane Vollaire), est le résultat d'une approche à la fois photographique, ethnologique et littéraire d'un lieu unique, une exploitation agricole familiale (élevage et cultures) en Bourgogne. Il relève à la fois d'une enquête dont le dispositif laisse la place à la prise de parole et d'un travail photographique documentaire.
    A la suite de la présentation des images sur place, Muriel Martin, fille aînée de la famille, a écrit de manière spontanée un texte. Il s'agit de son premier écrit publié, qui se situe entre témoignage et engagement et contient une indéniable dimension sociologique et littéraire. C'est l'expression d'une voix qui vient du terrain, de ceux qui, habituellement, ne prennent pas la parole.
    L'autre texte, en ouverture du livre, est un inédit de la romancière Marie-Hélène Lafon qui, ayant séjourné dans ce lieu, propose une « entrée » dans ce corps de ferme.
    L'ouvrage installe un lien sensible entre paroles et images, sans rien perdre de la rigueur éthique et esthétique des travaux de Philippe Bazin. Il constitue une monographie exemplaire de ce micro monde de la vie rurale, qui fait écho à d'autres portraits d'exploitation agricole comme la ferme du Garet de Raymond Depardon.

empty