Audiolib

  • Le métier de Brodeck n'est pas de raconter des histoires. Son activité consiste à établir de brèves notices sur l'état de la flore, des arbres, des saisons et du gibier, de la neige et des pluies, un travail sans importance pour son administration. Brodeck ne sait même pas si ses rapports parviennent à destination. Depuis la guerre, les courriers fonctionnent mal, il faudra beaucoup de temps pour que la situation s'améliore.
    « On ne te demande pas un roman, c'est Rudi Gott, le maréchal-ferrant du village qui a parlé, tu diras les choses, c'est tout, comme pour un de tes rapports. » Brodeck accepte. Au moins d'essayer. Comme dans ses rapports, donc, puisqu'il ne sait pas s'exprimer autrement. Mais pour cela, prévient-il, il faut que tout le monde soit d'accord, tout le village, tous les hameaux alentour. Brodeck est consciencieux à l'extrême, il ne veut rien cacher de ce qu'il a vu, il veut retrouver la vérité qu'il ne connait pas encore. Même si elle n'est pas bonne à entendre.
    « A quoi cela te servirait-il Brodeck ? s'insurge le maire du village. N'as-tu pas eu ton lot de morts à la guerre ? Qu'est-ce qui ressemble plus à un mort qu'un autre mort, tu peux me le dire ? Tu dois consigner les événements, ne rien oublier, mais tu ne dois pas non plus ajouter de détails inutiles. Souviens-toi que tu seras lu par des gens qui occupent des postes très importants à la capitale. Oui, tu seras lu même si je sens que tu en doutes... » Brodeck a écouté la mise en garde du maire.
    Ne pas s'éloigner du chemin, ne pas chercher ce qui n'existe pas ou ce qui n'existe plus. Pourtant, Brodeck fera exactement le contraire.

  • L'archipel du chien

    Philippe Claudel

    • Audiolib
    • 12 Septembre 2018

    Sur une île de l'Archipel du Chien vit une petite communauté qui se pense à l'abri des soubresauts du monde. Lorsque la mer un matin rejette sur la plage trois cadavres de jeunes hommes noirs, c'est toute la tranquillité d'un quotidien réglé qui vole en éclats. Que faire de ces corps ? Les inhumer ? Les faire disparaître ? Doit-on garder le secret ou avertir les autorités ?
    Entre épopée, tragédie antique et thriller efficace, ce roman pose la question de notre responsabilité morale face aux grands drames d'aujourd'hui, et de notre soif de vérité qui se confronte à notre désir de préserver notre bonheur.

    « Sur fond de drame des migrants, avec ce roman âpre et intrigant, envoûtant et mystérieux, dans la veine des Âmes grises et du Rapport de Brodeck, Philippe Claudel, plume trempée dans l'acide, délivre une fable oppressante sur la condition humaine ainsi qu'une parabole sur la chute. » J.C. Raspiengas - La Croix

  • Il avait traversé les récentes années sans se poser de questions. À la faveur de l'avènement du nouvel ordre, il avait obtenu un statut et un respect qui lui avaient été auparavant toujours refusés. En peu de temps, on l'avait extrait de son effacement, de la masse des autres hommes. On lui avait assigné une fonction et un rang. On l'avait usiné. On en avait fait un outil efficace. Des ordres lui étaient donnés. Il les exécutait. Il n'avait pas senti venir le chaos. Le grand mécanisme s'était effondré.
    Était-il coupable ? Coupable d'avoir obéi ? Ou coupable de ne pas avoir désobéi ? Lui n'avait fait que suivre. Était-il en cela moins responsable que les autres ? Moins que Viktor ?

    Ajouter au panier
    En stock
empty