• Vingt-huit nouvelles constituent la chronique du courage et des espoirs d'une communauté à bout de force et par là même tellement humaine et universelle. L'auteur laisse parler la musique du souvenir : de la jeune institutrice nommée dans un village des plus reculé à la construction d'un pont permettant aux voitures d'atteindre un autre village, nous parcourons l'histoire des Pyrénées espagnoles entre 1960 et 1985.
    Une rude mais cohérente civilisation disparaît. Oui, les Pyrénées étaient tristes alors. Prix Littérature du salon du Livre Pyrénéen de 2010

  • Ce recueil de 16 nouvelles, souvent féroces, décrit les condtions de vie et la psychologie des Espagnols des régions reculées dans les années 1985 - 1995. Mais elles pourraient être situées n'importe où, parce qu'il décrit des sensations, des sentiments, des peurs et des plaisirs qui sont universels.
    Pilar, la domestique, a un secret bien à elle; Fu, le vieil homme qui apparaît sur une photographie d'ethnologue, a eu une vie avant qu'on le fige sous le portrait d'un «paysan». Et Severino Pallaruelo nous la raconte, pleine de malice et de rebondissements. Toné, à qui rien ne réussit, prendra-t-il sa revanche au volant de son superbe semiremorque ?...
    Des portraits, non, des personnages, non plus, ce sont ici des personnes que Severino Pallaruelo nous présente comme s'il présentait des amis.

empty