Durendal

  • C'est la rencontre d'une voix ardente et d'une plume merveilleusement poétique qui a donné naissance à un chef-d'oeuvre dont l'écoute est un enchantement. Cette voix, c'est Pierre Fresnay (1897-1975) qui se met tout entier au service des vingt-six Poèmes de Fresnes, derniers écrits de prison de Robert Brasillach (1909-1945).
    Si l'on se sent emporté dans un univers de grandeur c'est qu'en l'occurrence Brasillach est plus qu'un poète : il est une âme qui s'élève, se purifie, se simplifie jusqu'au sacrifice au bord de l'éternité. C'est une montée spirituelle que l'auditeur vit avec Brasillach, et parce que l'ascension de son âme est véritable, il nous apparaît profondément humain : épris de la vie, affamé d'amitié, fier de loyauté.
    L'écoute de ces poèmes est un grand moment d'admiration, de contemplation, de recueillement même, qui laisse au coeur qui dépasse l'injustice du jour de la terre un parfum de la paix d'ailleurs.
    Remastérisation de l'enregistrement de 1963.

empty