Sectes

  • L'emprise

    Michèle-France Pesneau

    • Golias
    • 12 Janvier 2021

    "Un torrent de bonheur et aussi l'effroi d'avoir franchi un interdit. " L'euphorie est de courte durée. " Condamnée aux rencontres furtives, je suis la compagne clandestine et solitaire. " Pourquoi désirent-elles écrire ? Pour mettre des mots justes sur un immense chagrin. Pour se délivrer de la culpabilité. Le caractère sacré, attribué de façon abusive au prêtre, l'investit d'un statut de demi-dieu, intermédiaire entre dieu et les hommes.
    Cela lui fausse le jugement. Cependant, sa parole fait autorité. Il prononce des mots décisifs. " Dieu nous appelle à un amour plus absolu et nous acceptons de ne pas vivre ensemble. " Michèle-France, l'auteur de ce témoignage, commence à la fin des années 1990 un combat pour accéder à la liberté. D'abord avec Dieu comme seul interlocuteur : " Ma foi en Dieu est restée intacte... Ma relation avec Lui, qui avait été gravement perturbée par mes deux abuseurs, se restaure peu à peu.
    " Puis elle comprend, en 2014, que le moment est venu de parler Il lui a fallu toutes ces années pour démêler son chaos intérieur, pour réaliser que ces deux hommes, ces deux prêtres, qui auraient dû rester des serviteurs, usurpaient la place de Dieu. Pour parler, il faut trouver les mots. Il faut aussi affronter les nombreux admirateurs des deux abuseurs. C'est un long et dur chemin, un chemin très douloureux, mais c'est aussi un chemin de libération, et c'est ce chemin qu'elle raconte, en reparcourant toute sa vie.
    Aujourd'hui, l'actualité est marquée par la révélation de la connivence de Jean Vanier, fondateur de l'Arche, avec les déviances sexuelles et doctrinales de Thomas Philippe, son maître et inspirateur. Connivence jusqu'à la reproduction de ses comportements abusifs et mortifères. Michèle-France a ajouté un dernier chapitre, où elle parle de cette révélation, qui pour elle est plutôt une confirmation, et un soulagement : " La vérité, enfin !"

  • Plus que dans toute autre démocratie, les sectes font l'objet d'une attention particulière en France. Contrôlées, encadrées juridiquement et leurs membres surveillés, elles ont aussi donné lieu à d'importants débats : communautés attentatoires aux libertés individuelles pour beaucoup, ce sont des minorités religieuses injustement discriminées pour d'autres.
    Retraçant l'histoire de ces controverses depuis plus de quatre décennies, l'ouvrage d'Étienne Ollion montre comment les sectes sont devenues un objet politique et médiatique de premier plan. Contre l'idée communément admise, il démontre que si les sectes ont posé problème en France plus qu'ailleurs, ce n'est pas en raison de l'application d'une laïcité rigoureuse mais plutôt parce que ces groupes contrevenaient à des normes d'État en termes d'éducation, de médecine, d'alimentation, etc. dont les pouvoirs publics admettent mal qu'on puisse y déroger. Les pratiques et les croyances de leurs adeptes ne pouvaient alors être expliquées que par la manipulation mentale qu'ils auraient subie.
    Contribution originale à la sociologie de l'État, l'ouvrage constitue une réflexion d'actualité sur les accusations de manipulation mentale, sur la laïcité et sur les dispositifs de surveillance des groupes et individus en voie de radicalisation récemment mis en place pour lutter contre le djihadisme.

  • A la question "savons-nous vivre seules ?", faut-il comprendre "en sommes-nous capables ?", ou "le désirons-nous vraiment ?". Plus qu'une réponse pratique, ce livre se penche sans détour et non sans humour sur le "célibat" au féminin. Vécu comme une punition par les unes, assumé sereinement par les autres, regardé comme une infirmité par l'entourage ou au contraire objet des plus secrètes jalousies, le célibat diffuse souvent une odeur de soufre à moins qu'à travers lui ne souffle un vent joyeux de liberté... En véritable profiler de la femme célibataire, Lissandre Craven partage ici des analyses précises "au laser", et toujours enrobées d'humour et de douceur. Dans ce livre pétillant d'intelligence, légèreté et profondeur s'unissent (non, non, ils ne se marieront pas à la fin !) pour notre plus grand plaisir...

  • L'école est finie

    Herve Lemoine

    • Verone
    • 22 Août 2017

    En France, le système éducatif est remis en cause de toutes parts : l'École serait responsable de la baisse du niveau général des élèves. Cependant, les véritables raisons de cette situation alarmante sont à chercher ailleurs. La société actuelle, les médias, les nouvelles technologies véhiculent des valeurs très souvent contraires à celles de l'Éducation Nationale... Et une salle de classe n'est qu'un réceptacle des mutations économiques et sociales actuelles, ainsi que des inégalités qui les accompagnent.
    Il est donc temps de revenir aux fondamentaux. L'École se doit plus que jamais de remplir trois missions essentielles : instruire, former, et éclairer.

  • A la recherche d'un refuge dans une vérité révélée et confortable, de nombreux individus, déçus par les religions établies et les idéologies politiques, se tournent vers les sectes. Aujourd'hui, elles sont plus d'un millier à vivre et prospérer sur notre territoire. En Europe occidentale, les gouvernements font preuve, face au phénomène, d'un immobilisme révélateur et de leur puissance. En Europe de l'Est, la situation se dégrade. Profitant de la dynamique des mouvements de libération, les sectes s'implantent au nom de la liberté. Aux Etats-Unis, véritable patrie des sectes (elles bénéficient d'éxonération fiscale), l'utilisation du système atteind un tel niveau, grâce au cynisme des uns et à la crudilité des autres, que le télévangélisme, son illustration la plus parfaite, est devenu un scandale national.

  • Fruit d'une enquête menée à partir de plus de 200 entretiens avec des membres de l'Église de scientologie et d'un long travail sur les archives, ce livre est une démonstration brillante du talent de Lawrence Wright, lauréat du prix Pulitzer. Au coeur du livre, deux personnages principaux : le très inquiétant mais brillant auteur de science-fi ction L. Ron Hubbard dont l'imagination bouillonnante a accouché d'une nouvelle religion et son successeur, David Miscavige, une homme rude et déterminé qui eut la lourde tâche de poursuivre son oeuvre. Le lecteur découvre comment l'Église parvint à recruter des « célébrités » comme Tom Cruise et John Travolta, comment elle s'en est servie et son rapport très étroit avec Hollywood. Une étude impartiale et défi nitive sur l'essence même de la Scientologie.

  • Un djihadiste ou un individu sous emprise sectaire ne sont pas fous, ils se sont radicalisés par petites étapes successives, mais le chemin inverse est possible. Pour développer ce postulat, l'auteur ouvre le registre de la sociologie cognitive, c'est-à-dire l'étude des comportements humains en interaction ou en intercommunication entre eux. La sociologie cognitive permet de com-prendre dans le sens de prendre-avec, comment des individus sensés, issus de CSP diverses deviennent fanatiques au point de sacrifier leur carrière professionnelle, leur liberté et même leur vie en mourant en kamikazes ou par refus de transfusion sanguine. On ne naît pas fanatique mais on le devient par étapes successives. Le chemin inverse est possible, ce fût le cas de l'auteur, celui-ci a été mentalement captif durant 19 ans ; le contenu révèle le processus instrumental utilisé pour annihiler ou enlever l'esprit critique en six mois et amener l'adepte à penser, agir et réagir selon l'idéologie du groupe.

empty