• Psm4-2021. consentement

    Collectif

    • Champ social
    • 20 Janvier 2022

    Après la Deuxième Guerre mondiale et au cours des années 1960, l'internement psychiatrique a progressivement décru. Cela a fait que certains, dans l'effervescence de mai 1968, ont pu espérer sa totale abolition. Il a fallu attendre 1990 pour une réforme. Elle maintient le régime de privation de liberté, tout en inversant son application : de règle en 1838, il devient seulement d'exception en 1990. Par contre, à partir de la loi de 2011 apparaissent des soins sans consentement étendus à l'ambulatoire. Le dernier rapport du Contrôleur Général des Lieux de Privation de Liberté (CGLPL) s'inquiète du recours croissant aux pratiques dépourvues de consentement, avec isolement et contention.

  • L'ENFANT, LA PSYCHIATRIE ET LE PSYCHANALYSTE ; l'enfant traumatisé : sortir de l'urgence ?

    ,

    • In press
    • 28 Novembre 2018

    Le traumatisme « a la brutalité de l'évidence et l'évanescence de l'aléatoire » . Le concept de traumatisme est étroitement intriqué à la naissance de la psychanalyse et à ses avancées théoriques comme cliniques. Aujourd'hui, du point de vue des analystes avec des enfants, comment penser l'intérêt clinique de cette théorie psychanalytique du traumatisme ? Quel en est le gain pour nos patients ?
    Les questionnements sont multiples, à commencer par celui de la notion d'urgence. Notre retenue face à l'urgence - car elle peut obèrer les capacités élaboratives d'un sujet - est bousculée quand un enfant connaît un traumatisme. Cette retenue ne peut pas être un principe et organiser une clinique... Comment penser cette ambivalence face à l'urgence ?
    Tout événement choquant, violent, est-il traumatogène ? Sur quels critères apprécier si l'enfant a « fait » un traumatisme ? Comment « apprivoiser » le traumatisme au moyen du jeu ? Comment repenser le traitement du traumatisme ? À notre époque rythmée par les attentats, peut-on penser le collectif - qui unit patients et soignants - comme antitraumatique ? Comment manier le contre-transfert face à un enfant dont la courte vie a eu à connaître un événement choquant, stigmatisant ?
    Autant d'approches qui envisagent la question du traumatisme dans sa globalité, et ouvrent les voies de la reconstruction au-delà de l'intervention d'urgence.

  • Cette année, le cercle Nicolas ANDRY se scinde en deux parties : une table ronde et des communications libres et diverses. Merci à Sauramps Médical, d'éditer année après année le recueil des communications et la table ronde, déjà la douzième édition !
    Les communications sont variées toujours aussi riches. Elles nous amènent de : l'histoire de la coxalgie (Jean-Louis TRICOIRE, David ANCELIN, Philippe CHIRON, Toulouse), à la parabole de Scott : l'ascension et la chute d'une technique chirurgicale (Patrick HOUVET, Paris) ou comment de « nouvelles technologies sexy, paraissant attrayantes et offrant au patient une option de traitement innovante et satisfaisante ne le sont pas à long terme... nouveau ne veut pas toujours dire meilleur ! » Les piliers du cercle une fois de plus seront présents avec des thèmes variés, surprenants, mais complémentaires, car ils illustrent tous la richesse de notre profession :
    - Adalbert KAPANDJI ou Kap l'Ancien 2018 (Longjumeau) : Qu'est-ce que le « B.I.D.O » ou Bouton intradermique d'O (Eau) distillée.
    - François BONNEL (Montpellier) : Historique du périoste par Duhamel de Monceau Vigarous et Ollier : apport de l'école de Médecine de Montpellier.
    - Rémi KOHLER et Nicolas FORAY (Lyon) : Le Lyonnais Étienne Destot (1864-1948) père de la radiologie ostéo-articulaire : un autre centenaire à commémorer.
    La table ronde animée par Pierre-Olivier PINELLI (Marseille) et Alain FABRE (Saintes) dont le thème est « La décision médicale » comporte six conférences et une introduction par Alain-Charles MASQUELET (Paris) : « La décision et singulièrement la décision médicale est un fil rouge tendu entre un état de fait et le résultat de l'intervention humaine, quelle que soit la forme qu'elle emprunte. C'est dire que l'action elle-même est traversée de multiples décisions, notamment en chirurgie, dans la mesure où, en dehors d'une planification opératoire parfaitement maîtrisée parce qu'elle serait réalisée de bout en bout par un dispositif automatisé, le chirurgien est confronté en permanence à un éventail de possibilités techniques qui lui permet de s'adapter à toute situation. En pratique chirurgicale décision et geste ne font qu'un. » Mais revenons au temps présent, le cercle a été créé en 2007. C'est un cloud intellectif et interactif, il n'est pas une loi 1901. Il se renforce et se modifie année après année ; sa richesse, c'est sa plasticité. Sa faiblesse ce n'est pas une association et sans ressource et sans membre, il peut se volatiliser avec la disparition de ses fondateurs. Son futur, c'est les chirurgiens orthopédistes de demain, gageons que nous continuerons et que vous continuerez cette aventure unique qui est portée sur les fonts baptismaux de nos connaissances et encouragée depuis ses origines par la SOFCOT.
    Pour la deuxième année consécutive le cercle innove en rajeunissant sa couverture, bonne lecture à tous.

  • Les études épidémiologiques récentes soulignent la prévalence importante des troubles psychiatriques en prison.

    La prison est-elle un lieu de soins ? La question posée par le docteur Anne Lécu dans son ouvrage éponyme semblerait résolue d'avance, puisque la prison est un lieu de punition, tandis que le soin s'effectue à l'hôpital. Et cela depuis la loi de 1838 qui a instauré les asiles comme des lieux de soin où les malades mentaux doivent être protégés et qui, au travers de ses diverses modifications, reste toujours d'actualité dans l'esprit des professionnels de santé.
    Pourtant, les études épidémiologiques récentes soulignent la prévalence importante des troubles psychiatriques en prison. Entre 4 à 8 % des détenus en France souffriraient de schizophrénie; tous diagnostics agrégés, un tiers de la population carcéral présente une pathologie relevant d'une prise en charge psychiatrique. Et le taux de suicide en milieu carcéral vient confirmer cette triste réalité : il est de sept à dix fois supérieur à celui de la population générale.
    Sans prétention à l'exhaustivité, ce numéro présente un certain nombre de structures et filières de soin, et souligne le fait que la variété des prises en charge - suivis psychothérapeutiques individuels, en groupe - la création récente d'unités spécialisées, la volonté d'assurer une continuité des soins entre l'intérieur et l'extérieur, incitent à penser que la psychiatrie en milieu pénitentiaire a copié le modèle hospitalier pour le greffer sur l'institution pénale, et que la greffe a pris.
    La prison est-elle un lieu de soin ? Cette question éthique ne peut se penser qu'en tenant compte du fait qu'elle est un lieu où le soin est rendu indispensable par une concentration anormalement élevée des détenus présentant des troubles qui justifient leur hospitalisation bien plus que leur incarcération.

  • PSM 1-2021. Santé mentale et pandémie

    Collectif

    • Champ social
    • 14 Avril 2021

    Ce numéro devrait aider à tirer des enseignements de la crise Covid pour la santé mentale. Les inégalités d'accès aux soins et aux accompagnements, liées à l'hétérogénéité des moyens et des pratiques, ont une nouvelle fois été mises en lumière. Mais surtout, des établissements et services ont démontré leur capacité d'adaptation et de remise en question des cadres et organisations préétablis. Des initiatives allant dans le sens d'une mobilité, réactivité et individualisation plus grandes des réponses, ont été développées. La situation de crise a pu, ici ou là susciter une dynamique et une créativité qui ont bousculé la chronicisation dans laquelle a tendance à s'installer inévitablement toute institution. On peut même aller jusqu'à penser que, dans certains cas des équipes ont redécouvert une certaine militance, base de nombreuses évolutions récentes dans nos domaines. Il s'agit désormais de mettre en valeur et de conforter ces découvertes.

  • Démêler les conflits inconscients, réfléchir sur ses pulsions, ses troubles, ses affects... n'est pas chose aisée pour tous les enfants. Nombreux sont ceux qui présentent ce que l'on pourrait appeler un défaut d'intériorité. Leurs intérêts semblent entièrement tournés vers le monde extérieur.
    Et leurs conflits s'expriment alors sur un mode agi. Comment intéresser ces enfants à leur fonctionnement psychique ? Comment les ramener vers leur monde interne ?
    Les auteurs de cet ouvrage, s'attachent ensemble aux moyens individuels, de groupe ou institutionnels permettant au clinicien de favoriser un mouvement réflexif chez ces enfants ou adolescents.
    L'énergie et la créativité des thérapeutes est présente à chaque instant dans les différents textes de ce recueil. Un partage d'expérience et un ouvrage qui intéressera tout clinicien.

  • Cahiers du cercle Nicolas Andry n.11 ; la santé connectée

    Cahiers Du Cercle Nicolas Andry

    • Sauramps medical
    • 24 Novembre 2017

    Cette année, le cercle Nicolas ANDRY se scinde en trois parties : des communications libres et diverses, un débat et une table ronde.
    Merci à Sauramps Médical, d'éditer année après année le recueil des communications et la table ronde, déjà la onzième édition !
    Les communications sont variées toujours aussi riches elles nous amènent de l'origine des stries radiologiques de croissance de Raimonda VALAI KAITÉ et Pierre LASCOMBES (Genève) à L'effet tunnel et team working de Patrick HOUVET (Paris) ou comment transférer ce qui fonctionne dans un cockpit au bloc opératoire.

    Les piliers du cercle une fois de plus seront présents avec des thèmes variés, surprenants, mais complémentaires, car ils illustrent tous la richesse de notre profession :
    - Adalbert-I. KAPANDJI ou Kap l'Ancien 2017 (Longjumeau) : Faire des présentations lisibles et attractives sur PowerPoint.
    - François BONNEL et Christophe BONNEL (Montpellier) : Préservation du patrimoine historique d'anatomie à Montpellier (1376-1920) : duplication par plâtre.
    - Michel CAILLOL (Marseille) : Les trois défis du chirurgien.
    La table ronde animée par Alain FABRE et Dominique LE NEN dont le thème est « La santé connectée », comportant cinq conférences :
    - La révolution de la santé connectée : définitions, enjeux et perspectives, Rémi KOHLER (Lyon) et Nicolas REINA (Toulouse).
    - Problèmes juridiques de la santé connectée, Henri COUDANE (Nancy).
    - L'homme ordinaire connecté, Alain-Charles MASQUELET (Paris).
    - Big data, EBM et connection. Jean DUBOUSSET (Paris).
    - Un progrès technique est-il toujours un progrès humain ? Jean-Michel CLAVERT (Strasbourg).

  • Les États-Limites réalisent un nouvel ensemble de troubles psychiatriques d'une sévérité certaine et de soins difficiles. Outre qu'ils bousculent aussi le partage classique entre maladie et personnalité, on ne peut les banaliser en les considérant seulement comme un simple intermédiaire entre psychoses et névroses ou simples personnalités pathologiques; ils semblent réaliser en effet une entité autonome, que l'on peut analyser de différentes façons. Ce dossier explore leurs caractéristiques phénoméno-structurales propres : leurs rapports à la spatialité, à la temporalité, à l'événementialité, à la corporéité, à l'intersubjectivité, au narcissisme, etc. Et ultimement, il tente d'approcher la structure d'ipséité qui les constitue.
    Ce dossier s'efforce également d'articuler cette approche structurale avec certaines évolutions anthropologiques et psychosociologiques contemporaines dans notre rapport à nous-même, qu'il s'agisse du rapport au corps, à la vie, à la mort, à la transformation ou à la destruction, au néant, ou plus simplement du rapport de l'individu au champ social.

    Camille Abettan et Fernando Landazuri (dir.). Ont participé à ce volume : C. Abettan, J.-J. Alrivie, V. Andrianatrehina, A. Bardet, O. Beaucé, G. Charbonneau, J.-M. Chavarot, J. Englebert, Th. Fuchs, F. Jover, F. Landazuri, G. Okitadjonga Va Anikoy, Cl. Pringuey et J. Tatossian.

  • Revue de psychothérapie psychanalytique n.46 ; la psychiatrie en temps de guerre

    Collectif

    • Eres
    • 14 Février 2019

    Afghanistan, Mali, attentats du 13 novembre à Paris, menaces terroristes, etc. ont remis sur le devant de la scène en France les ravages des traumatismes psychiques. Mondialisation des conflits, concurrence exacerbée, disparition progressive des lieux d'abris et de solidarité, etc. transforment l'ambiance sociale. Certains évoquent le terme de « paranoïa sociale ». Au plus haut sommet de l'État, la rhétorique de la guerre s'est imposée. L'état d'urgence suspend l'état de droit et le contrôle de la police par la justice.
    Déjà en février 1995, il y a 20 ans, Marcel Czermak, dans un article publié dans la revue Passage, parlait de guerre. Il en déduisait les transformations cliniques :
    Exclusion de l'Autre, importance du rapport au pouvoir dans la captation du désir, désagrégation des modalités symboliques qui assuraient la stabilité dans les groupes humains, mondialisation sans butée des échanges et des phénomènes migratoires....
    Revue CARACTERISTIQUES ISBN : 978-2-7492-5881-2 EAN : 9782749258812 JFP 46 - 26 € Le traumatisme psychique et ses effets ravageurs, les valeurs humaines telles la fraternité, la solidarité, l'esprit de camaraderie, les valeurs morales comme le courage ou encore la psychopathologie du devoir ont de longue date été travaillés et analysés par les psychiatres militaires qui ont collecté des faits cliniques spécifiques en mesure de nous enseigner sur une clinique de l'extrême, aujourd'hui devenue ordinaire.
    Que ce soit dans son échange avec Einstein, dans son texte de 1915 consacré aux « considérations actuelles sur la guerre et sur la mort », Freud rappelle un certain nombre d'invariants. L'histoire récente montre qu'ils ne procèdent pas de son seul pessimisme.
    La psychiatrie en temps de guerre deviendra-t-elle notre ordinaire ?

  • Pour la 13e année consécutive, le lieu de réflexion baptisé Nicolas Andry rassemble ses membres épars pour former l'inaltérable symbole d'idéalité pour Platon : le Cercle. Resserrer les deux extrémités d'une courbe pour en obtenir la fusion et transformer une ligne en une figure géométrique emblématique exige beaucoup de constance. Dans les énergies qui concourent à cet effort il faut d'abord saluer la SOFCOT et ses représentants dont l'attitude bienveillante au début et très intéressée par la suite a pesé lourd dans la détermination de poursuivre l'aventure. Au point qu'il est devenu presque naturel pour les Présidents en exercice de solliciter le Cercle pour livrer, le jour du Congrès, une réflexion à caractère spéculatif sur le thème à l'honneur. Hier l'innovation, aujourd'hui le burn out, demain l'intelligence artificielle.

  • Que penser des évolutions du travail social en polyvalence de secteur psy ? Est-il en danger de disparition par l'évacuation de la relation d'aide ? Il est en effet habituel d'entendre les professionnels en polyvalence de secteur courir après le temps avec des interventions sociales ciblées et rationnalisée, la suppression des visites et des suivis, une réduction des réunions d'échanges entre pairs et la recherche d'une gestion du plus grand nombre possible de dossiers. Les assistants de services sociaux spécialisés en psychiatrie sont-ils soumis aux mêmes contraintes, quelles en seraient les incidences ?

  • REVUE ENFANCE n.2020/2

    Revue Enfance

    • Puf
    • 2 Décembre 2020

    Fondée en 1948 par Henri Wallon et Hélène Gratiot-Alphandéry, Enfance est l'une des seules revues scientifiques de langue française consacrées au développement de l'enfant dans ses aspects sensoriel, moteur, cognitif, émotionnel, social et langagier. Véritable relais des progrès internationaux les plus récents dans le domaine des sciences du développement, la revue soigne ses articulations avec la psychopathologie et la neuropsychologie dévelopementales, la robotique épigénétique et les sciences de l'éducation.
    Enfance s'inscrit dans une politique de présence internationale de la langue française et publie en français, à côté d'articles d'auteurs francophones, d'excellentes contributions d'auteurs anglophones. L'intérêt pour l'information approfondie autant que pour l'actualité scientifique conduit à alterner des numéros thématiques et des numéros diversifiés.
    La revue s'adresse aux chercheurs, enseignants et praticiens dans le champ pluridisciplinaire du développement. Elle constitue une base de référence performante pour les étudiants avancés.

  • L'espace de nos actions est décomposable en sous-espaces dans lesquels des conduites humaines de différentes natures se déroulent. Les modes d'interaction de l'individu avec ces différentes régions de définir plusieurs grands systèmes comportementaux : le système « péripersonnel » est impliqué dans l'atteinte et la manipulation des objets ; le système « extrapersonnel focal » est engagé dans la recherche visuelle et la reconnaissance des objets ; enfin, le système « extra-personnel d'action » concerne la navigation spatiale, l'orientation vers des cibles et la mémoire épisodique de l'espace topographique. Or, on assiste depuis quelques années à un renouveau des recherches portant sur le développement typique ou atypique des compétences spatiales qui relèvent du système péripersonnel ou du système extrapersonnel d'action. Les progrès en neurosciences, associés au développement de nouvelles méthodes d'investigation, ont largement contribué à ce regain d'intérêt. Ce numéro thématique propose de faire le point sur le développement des compétences spatiales en présentant les données les plus récentes appuyées par l'éthologie, les neurosciences et la psychologie du développement.

  • Depuis les années 1990 l'hôpital général a considérablement développé la fonction d'accueil des urgences. La plupart des urgences psychiatriques lui sont adressées. Les hôpitaux généraux et la psychiatrie se sont parfois rapprochés. Cela peut aller de la présence sporadique d'un psychiatre aux urgences, à la création d'unités spécifiques au sein des urgences générales. Des dispositifs spécifiques propres à la psychiatrie, sectoriels ou intersectoriels, ont été développés ici et là. Ils sont divers (centres d'accueil et de crise, dispositifs mobiles, CMP ouverts à des soins non programmés....) L'inégalité des réponses est flagrante selon l'établissement et le territoire. Nous proposons dans ce numéro une présentation de différentes réponses aux situations d'urgence et de crise psychiatriques. Si la psychiatrie française peut être décrite comme peu mobile et réactive, que dire des dispositifs et initiatives qui voient le jour dans différents lieux de soin et de quelle façon pouvons-nous

  • En 2007, à la sortie du premier tome du Cercle Nicolas Andry, Alain-Charles Masquelet écrivait :
    « Pas de volonté arrêtée, pas d'organisation préalable, mais une concertation vive entre quelques Collègues qui a permis, en un temps record... de faire paraître un recueil de textes qui fournissent la matière du cahier n° 1 du Cercle Nicolas Andry. ».
    Quatorze ans plus tard, le succès ne se dément pas et les éditions Sauramps Médical publient le n° 14. Certes le ton a changé, de communications disparates, le cercle a évolué en tables rondes participatives ; véritable outil sociétal : le Cercle s'interroge sur la chirurgie de demain. Cette année, place à l'Intelligence Artificielle et nous verrons que sa définition même pose problème, parlons plutôt d'Intelligence Augmentée. Les lecteurs trouveront dans ce recueil des textes variés, mais complémentaires. La deuxième table ronde trouve ses racines dans l'histoire même du cercle, l'histoire médicale : Gavriil A Ilizarov, Joseph Trueta, Albert Trillat, Hyppolite Morestin et Raymond Roy-Camille seront nos invités.
    Le Cercle Nicolas Andry, émanation de la SOFCOT, se doit de continuer ses recherches et ses réflexions. Les fondateurs historiques rattrapés par l'âge s'éparpillent et ce quatorzième tome est aussi un appel pour la nouvelle génération d'orthopédistes.
    Rejoignez-nous pour continuer ce qu'Alain-Charles Masquelet appelait « un lieu privilégié où l'on cultive l'utopie et la liberté de pensée ». Frédéric Dubrana

  • REVUE LA PSYCHIATRIE DE L'ENFANT n.54/1 ; les adolescents

    Revue La Psychiatrie De L'Enfant

    • Puf
    • 18 Juin 2011

    Mémoires cliniques Ruben Smadja, Marie-Rose Moro, Traitement psychothérapique d'une adolescente en colère Marie-Thérèse Cazenave, Antoine Guedeney, Elaboration progressive d'une démarche thérapeutique au domicile d'une mère adolescente Charlotte de Parseval, Polysémie du fantasme d'incorporation, ou l'histoire d'une jeune fille anorexique-boulimique qui voulait ressembler à sa mère morte Françoise Chaine, Dominique Soudier, Antoine Machto, Catherine Jousselme, De l'emprise à l'empreinte : évolution du projet de soin et des pratiques soignantes sur une unité d'hospitalisation soins-études pour adolescents Emmanuel de Becker, Manifestations conversives pour clore l'âge de latence Jean-Paul Matot, Place des processus de déconstruction dans l'appropriation subjective à l'adolescence Méthodologies et techniques Romain Coutelle, René Pry, Daniel Sibertin-Blanc, Développement et qualité de vie des frères et soeurs adolescents de sujets porteurs d'autismes : une étude pilote Daniel Marcelli, Pierre Ingrand, Isabelle Ingrand, Magali Delamour, Echelle d'évaluation du risque de récidive (ECARR). Etude de validation prospective d'une répétition d'accident

  • Cahiers du cercle Nicolas Andry n.7 ; qu'est-ce que l'innovation?

    Cahiers Du Cercle Nicolas Andry

    • Sauramps medical
    • 15 Novembre 2013

    Voici la septième édition de la matinée du Cercle Nicolas Andry, devenue en peu de temps un événement attendu au sein du Congrès de la SOFCOT. Nous avons repris la formule de l'an dernier : une session première de communications libres suivie d'une table ronde, après la pause. Si l'on juxtapose les sujets de communications des trois dernières années et ceux de 2013, force est de constater que les sujets de préoccupation développés par les auteurs sont de plus en plus liés à une interrogation sur les valeurs portées par la société civile.

    A ce titre, pas moins de trois communications sur huit sont consacrées, cette année, à l'image ou au statut du chirurgien, ce qui traduit bien une demande de sens sinon une inquiétude grandissante.

    A l'instar de l'année dernière le thème général de la table ronde est résolument tourné vers une question centrale, celle de l'innovation, qui s'étend bien au delà des problématiques relevant de la seule activité chirurgicale. C'est que notre métier a cessé, depuis longtemps, d'être un sanctuaire muré dans un splendide isolement.

    Soigner est désormais un produit social dont il convient de cerner les présupposés et les attendus. Entre la maîtrise du risque en 2012 et l'innovation en 2013, la filiation est manifeste ; se dessine une ligne rouge entre deux grandes aventures humaines qui s'engendrent dans une réciprocité surprenante. L'innovation crée du risque et le risque féconde l'innovation.

    La tâche du Cercle n'est certes pas de délivrer des analyses faisant autorité. Il s'agit plus modestement de contribuer à susciter des interrogations pertinentes... ou de préférence impertinentes. Telle est, au fond, la vertueuse vocation du Cercle : rompre le (petit) cercle maléfique des pseudo-évidences bien établies.

    Nous invitons chacun à participer aux débats de 2013 et à proposer des interventions pour l'année prochaine.

  • Cahiers du cercle Nicolas Andry n.3

    Cahiers Du Cercle Nicolas Andry

    • Sauramps medical
    • 23 Novembre 2009
  • REVUE LA PSYCHIATRIE DE L'ENFANT n.48/2

    Revue La Psychiatrie De L'Enfant

    • Puf
    • 1 Mars 2006
empty