Cherche Midi

  • J'ai exécuté un chien de l'enfer Nouv.

    « Que s'est-il passé ? Pourquoi est-ce arrivé ? Comment cela a-t-il été possible ? », s'interrogeait en son temps Hannah Arendt. Telles sont les trois questions que l'auteur a choisi de se poser afin d'analyser la rumeur infondée qui devait conduire à l'assassinat d'un professeur de collège dans une petite ville paisible des Yvelines. Contre-enquête fascinante sur une série d'incohérences institutionnelles, récit d'un mensonge orchestré par des islamistes, déconstruction méthodique d'un antiracisme dévoyé qui semble résumer toute une époque, ce livre restitue cet événement politique majeur avec un sens du détail et une clarté redoutables.

  • Le mirage #metoo Nouv.

    La révolution #MeToo est-elle une bonne nouvelle pour le féminisme, et pour la société toute entière ? La propagation immédiatement virale du hashtag, en ses diverses déclinaisons, est-elle le signe que cette « libération de la parole » n'avait que trop tardé ? Ne faut-il pas se réjouir que les violences faites aux femmes, et l'arrogance odieusement sexiste de certains comportements inacceptables, se voient de cette façon publiquement dénoncées ? Ce « moi aussi » ne porte-t-il pas un espoir neuf ?
    Tous ou presque ont d'emblée passionnément voulu le croire, concédant tout au plus quelques regrettables excès. Portée par les #MeToo, #BalanceTonPorc, et autres piloris virtuels, la parole des victimes sexuelles auto-proclamées est alors apparue comme exclusive source de vérité. Et le mot d'ordre « On vous croit ! » a fermé tout questionnement sur le bien-fondé du mouvement #MeToo, comme sur la nature de ses promesses.
    En prenant appui sur l'analyse du cas français, durablement marqué par le « moment Adèle Haenel », ce livre ouvre le débat interdit. Il entreprend de décrire, et de discuter précisément les croyances théoriques qui cimentent le hashtag désormais sacré. Et il démontre combien les conséquences en sont en réalité funestes, pour les femmes et pour tous.

  • L'institution Éducation nationale se lézarde chaque jour un peu plus : la belle et grande idée républicaine - même instruction, donc mêmes chances dans la vie - est devenue une utopie. Après quarante-trois ans de bons et loyaux services, Patrice Romain lance un cri d'alarme.
    En s'appuyant sur des anecdotes vécues, il dénonce un laxisme scandaleux et révèle des pratiques peu avouables : les lâches décisions des hauts fonctionnairesadeptes du « pas de vague », les directives pernicieuses des « démagopédagogistes » qui, sous couvert de bienveillance, sacrifient les élèves motivés, la gestion humaine catastrophique, les consignes hors-sol, le coût exorbitant de la « paix sociale », la mascarade des évaluations, les statistiques truquées, les petits arrangements entre amis, etc.
    /> Il démonte et démontre : le système éducatif français actuel est le terreau d'une révolte inéluctable...

  • « Les sportifs s'en remettent à l'arbitre pour rendre une décision sur la base d'une délégation d'autorité et de compétence. Cette question occupe la philosophie depuis des siècles. Si l'homme, par nature, est bon, alors pas besoin d'arbitre (Rousseau). Si l'homme est un loup pour l'homme dans la nature, alors la vie en société ne devient possible que parce que les hommes acceptent l'arbitre et le juge (Hobbes). Or ni Rousseau ni Hobbes ne connaissaient les moeurs des animaux.
    Quand les confrontations sont dues à la compétition sexuelle - le plus souvent entre les mâles -, elles suivent une série convenue d'actions : parades, menaces, vocalises, mouvements et, si cela ne suffit pas, il y aura combat ritualisé. À tout moment, un des deux protagonistes peut se retirer en exécutant un comportement de soumission. Les codes sont clairs, et il n'y a pas besoin d'arbitre. » C'est en qualité de paléoanthropologue que Pascal Picq - par ailleurs handballeur, cavalier, adepte du saut en hauteur et de l'octathlon - esquisse, dans ce livre, une généalogie du sport, enracinée dans les rapports de domination et de séduction les plus fondamentaux du monde animal. L'activité physique fait renaître aujourd'hui des capacités anatomiques, physiologiques et cognitives d'un passé pas si lointain. « Le sport réveille le nomade qui est en nous. »

  • L'entrée dans la décennie 2020 a vu se déclarer ou s'amplifier des crises appelées à se répéter : crises sanitaire, économique, écologique, sociale, crise de confiance dans les élites... Autant de défis qui exigent une réflexion de fond sur le futur que nous voulons construire. À l'initiative du Medef, le Comité Renaissance a réuni des sociologues, des économistes, des philosophes, des historiens et des hommes politiques pour réfléchir à l'avenir de l'Union européenne, aux nouvelles formes de capitalisme, aux enjeux environnementaux, au renforcement du lien social ou encore à la place et au rôle de l'État.

    Le Comité a élaboré 20 propositions pour transformer l'entreprise, l'État et l'Europe et a déterminé trois axes fondateurs d'une action durable, efficace et responsable : Transformer, Inclure et S'affirmer. Car les mutations à opérer sur notre modèle économique et démocratique se doivent d'être inclusives et fidèles à nos valeurs. L'ambition du Medef et du Comité Renaissance est que cet ouvrage soit à l'origine d'une réflexion plus large et de vrais changements.

  • « Sous la pression de l'économie, l'être humain se desséchait. Il était temps que la vie lui revînt. » Daté pour la rédaction finale du 25 janvier 2020, le manifeste La liberté enfin s'éveille au souffle de la vie a été revu en juillet de la même année en raison d'une épidémie, révélatrice du délabrement et du malaise de notre civilisation. Que mes thèses s'en soient trouvées affermies est d'une importance mineure en regard du projet d'émancipation qui est entre les mains de l'humanité tout entière.
    Nous sommes au coeur d'un bouleversement des mentalités, des comportements, de moeurs. Au coeur d'une Renaissance.
    De la désobéissance civile à l'insurrection de la vie quotidienne, le cheminement échappe désormais à ce time is money qui a imprimé sa marque infamante sur l'histoire de notre inhumanité. L'émergence de la vie brise le temps monnayable du profit. Quel que soit le cours des années, tout se joue ici et maintenant.
    R. V.

  • 85 % des métiers de 2030 n'existent pas encore. Et ils seront digitaux. Nouveaux besoins, nouveaux outils, tout est à inventer: un potentiel qui fait rêver et une formidable opportunité pour tous et pour toutes ! Car les femmes - le saviez-vous ? - ont été pionnières dans le domaine de l'informatique. Venez découvrir les possibilités illimitées de ces métiers grâce aux témoignages de celles qui les ont choisis et qui les aiment, et grâce aux dessins irrésistibles de drôlerie de Fabienne Legrand.

  • « Je n'imagine pas la philosophie sans la vie philosophique, et la vie philosophique sans le roman autobiographique qui l'accompagne, la rend possible et témoigne de l'authenticité du projet. Une existence doit produire une oeuvre exactement comme en retour une oeuvre doit générer une existence. » M. Onfray, Théorie du corps amoureux.

    Ce livre est le parfait résumé d'une oeuvre par son auteur. Composé de pensées, fragments, aphorismes, extraits de tous ses ouvrages, de 1989 à aujourd'hui, cela représente la véritable bible du philosophe français le plus connu dans le monde.
    Il s'y trouve tout ce qui constitue la philosophie d'Onfray : l'hédonisme, sa critique de la morale et des religions, son rejet de la psychanalyse, le libertinage, l'amour, la sexualité, les philosophes, Nietzsche, l'athéisme, le voyage, la politique, le vin, la diététique, la bourgeoisie, l'Europe, l'anarchie, le capitalisme, les Tziganes, ses visions toutes personnelles de la nature, de l'art, de l'écriture... Des sujets multiples comme autant de facettes d'une pensée polyphonique fascinante.
    Un dictionnaire de vie philosophique, pour tous.

  • « J'ai vu le monde du travail se transformer complètement. Autrefois, lorsqu'un salarié se plaignait, il me disait : «Il y a trop de bruit, c'est trop lourd, il y a trop de poussière.» Depuis quelques années, les salariés me disent : «On m'en demande trop, je suis épuisé, c'est toujours plus.» » Dépassés par un monde du travail qui change trop vite, victimes de directeurs motivés par la seule rentabilité, les salariés sont en souffrance : certains sont épuisés, d'autres tombent malades, et d'autres encore, malheureusement, meurent.
    Donner toujours plus : est-ce le prix à payer pour pouvoir continuer à travailler ?
    Burn-out, stress, harcèlement, Marielle Dumortier rencontre chaque jour des salariés qui souffrent mais ne demandent qu'une seule chose : faire un travail de qualité. Ces hommes et ces femmes trop souvent considérés comme interchangeables, elle prend le temps de les écouter et de découvrir la richesse de chacun. Dans Le monde du travail est devenu fou !, elle partage des témoignages bouleversants, aussi émouvants que révoltants. Ces histoires sont des histoires de vie au travail. Ces histoires sont devenues son histoire.

  • Si elle est la cinquième langue la plus parlée au monde, la langue arabe reste en France une inconnue à la résonance sulfureuse. Insuffisamment enseignée, elle est au coeur de polémiques qui faussent sa perception.
    Dans ce livre de combat, Jack Lang s'attaque à ces idées reçues. Il invite le lecteur à découvrir l'histoire étonnante et la richesse d'une langue introduite en France il y a des siècles, et qui appartient aujourd'hui à notre patrimoine culturel. Il plaide pour que l'école de la République accorde toute sa place à son enseignement.
    Manifeste pour la reconnaissance d'une langue de France, cet ouvrage est aussi un plaidoyer pour l'ouverture culturelle et le plurilinguisme.

  • La diagonale du corps

    Jacques Ohana

    Pour avoir connu de près et accompagné les étapes majeures de la chirurgie - parfois de véritables épopées - le Dr Jacques Ohana, chirurgien plasticien, nous fait pénétrer dans les arcanes de l'esthétique, au carrefour de l'art et des sciences, au coeur des métamorphoses permanentes de l'être humain.

    Passionné d'art contemporain, il propose une réflexion historique sur les pratiques de beauté à travers les siècles et traite de la question du visage et du corps comme destins anatomiques.

    Cet ouvrage, profondément original et singulier, est aussi lié au changement de regard sur le corps, dans le contexte d'une société de l'image, d'une exigence de jeunesse, de minceur et de perfection formelle où chacun rêve de devenir le maître et le coauteur de son identité.

    La chirurgie plastique dans la réalité, et l'art contemporain dans l'imaginaire, ont effectué des démarches étrangement similaires, rivalisent l'une et l'autre de créativité pour relever d'impossibles défis - aux portées bien différents. Artistes et pionniers de la chirurgie esthétique semblent issus de la même lignée, confondus comme d'étranges cousins pour qui l'art est « la matière ».

    Dans une époque où l'émergence de l'art charnel questionne l'hybridation entre l'humain et la technologie. Jacques Ohana s'interroge sur le statut du chirurgien, de l'artisans et de l'artiste. Tout en analysant le geste chirurgical, sa légitimité, sa finalité, il livre à coeur ouvert ses réflexions sur le corps du futur, l'avenir de la médecine, la médiatisation anarchique, la paralysie administrative, la dérive judiciaire et les effets pervers de la mondialisation.

  • Des applications nouvelles sur notre téléphone mobile au covoiturage, de l'invasion des drones à la réorganisation des chaînes de production, des tweets aux tablettes numériques et aux modes de procréation, des manipulations génétiques aux nanotechnologies, l'innovation est partout.
    Elle irrigue et bouleverse tous les secteurs économiques, sociaux, culturels et politiques.
    Rien ne lui échappe. Rien ne peut survivre sans elle. L'innovation permanente, cette recherche éperdue du neuf, est l'originalité de notre époque.
    Dans quel monde vivons-nous ?
    Comment s'y retrouver dans un tel foisonnement ?
    Comment évaluer le sens et l'utilité de cette agitation générale et croissante de nos sociétés ?
    Quel univers se prépare ?
    Pendant trois ans, lors de matinales régulières, nous avons invité des personnalités diverses : responsables de grands groupes et créateurs de start-up, scientifiques et philosophes, élus et médecins, étrangers et Français. Ils ont abordé tous les sujets : les transitions énergétiques et numériques, la révolution biologique, la mobilité verte, les villes nouvelles, ces consommateurs qui deviennent acteurs.
    Tout bouge ! Montaigne avait raison : « Notre monde est un «branloir» universel. » Voici une contribution, modeste, au portrait de notre modernité.

  • Défenseur des exclus et des plus démunis, résistant, député à la Libération, fondateur d'Emmaüs en 1949, l'abbé Pierre n'a cessé de mener le combat pour la paix, la justice, le développement humain.
    Internationalement connu comme un homme de compassion et de générosité, il a constamment affirmé qu'un autre monde est possible, juste, fraternel et solidaire.

    Face aux défis du xxie siècle, à ses injustices criantes, à ses excès meurtriers et destructeurs, les réflexions et les admonestations politiques de l'abbé Pierre restent des repères solides et plus que jamais actuels.
    L'abbé Pierre s'adresse à tous, aux plus modestes comme aux plus hauts placés. Pour nous émouvoir et nous convaincre, il use du bon sens et parfois de l'humour : sa pédagogie réveille le désir de savoir et de comprendre. Il rend accessible la complexité du monde.

    Les textes réunis dans cet ouvrage sont issus des archives personnelles de l'abbé Pierre, de ses innombrables conférences et articles, et de milliers d'heures d'enregistrements sonores, jamais décryptés jusqu'alors.

  • René, Tristan, Jonas sont des professionnels du tir, de l'escalade et du combat. Spécialistes des missions extrêmes, ils sillonnent les toits de Paris comme ses catacombes quand ils ne s'entraînent pas le long d'une corde suspendue à une grue...
    Ces hommes de l'ombre appartiennent à la BI, la Brigade d'intervention.
    Peu nombreux, ils s'illustrent par leur ingéniosité, leur polyvalence et leur dévotion, au point de ne pas hésiter à mettre leur vie en danger, comme lors des attentats de 2015.
    Laurence Beneux les a rencontrés, observés, écoutés. Elle livre ici, sans les enjoliver, des témoignages qui racontent cette brigade, aussi méconnue qu'exigeante, « couteau suisse, capable de tout », et ses héros qui s'ignorent. Et, à travers leurs récits, l'auteure brosse, en filigrane, un tableau édifiant de la police d'aujourd'hui - manque de moyens et de reconnaissance, controverses...

  • Guidel, Morbihan, 2012. Isabelle Taymans-Grassin, médecin généraliste, donne naissance à Charlotte. Mais son enfant n'est pas comme les autres : elle naît sans avant-bras gauche.
    Après le choc viennent les questions. Pourquoi et comment est-ce arrivé ? Entre 2013 et 2015, elle découvre que son cas n'est pas isolé : en dix-huit mois, trois nourrissons - Charlotte incluse - atteints du même handicap sont nés dans la commune de Guidel. Elle lance l'alerte.
    Un facteur environnemental serait-il à l'origine de ces anomalies ? D'autant que des signalements identiques ont lieu dans deux autres régions de France... S'ensuivent des échanges avec le registre breton des malformations, les balbutiements d'études menées par Santé publique France, et enfin la médiatisation sur le plan national, ravivant l'espoir d'une véritable enquête.
    Au-delà de son témoignage, Isabelle Taymans-Grassin veut faire part ici de son engagement et de son combat face à la lenteur et l'incurie des institutions de santé publique, qui ne sont pour le moment pas promptes à approfondir les investigations...

  • « Je sais d'avance que nous allons en laisser les trois quarts sur le bas-côté. Toute cette malchance qui se sème comme une mauvaise herbe, cette vie en tee-shirt Mickey et survêtement Spiderman, ce scorbut culturel, je l'ai devant moi. On ravale les façades, comme les immeubles de la cité d'à côté, de loin ça fait mieux, mais au-dedans du dedans l'ascenseur social est toujours bien crado et en panne. Le manque de moyens érigé en principe pédagogique, l'impuissance en réactivité, ça suffit. Vivement les catastrophes, puisque l'humanité ne comprend les choses qu'à grands coups de boutoir. »

  • Dans un Moyen-Orient bouleversé par la barbarie de Daesh, la guerre n'épargne pas les minorités chrétiennes, lesquelles sont chassées, par la force, de cette terre qui est aussi la leur. Mgr Pascal Gollnisch veut mobiliser face au fléau qui frappe notamment la Syrie, l'Irak ou la Libye. Fort de son expérience du terrain sur ces zones menacées, il dresse un état des lieux de la situation. L'oeuvre d'Orient, qu'il dirige, est proactive : aider les Églises restées en première ligne, établir des ponts entre elles et la France, agir pour l'éducation, la santé, l'action sociale, la culture et la transmission de la foi.
    L'avenir de cette région ravagée ne se fera pas sans ses chrétiens. Non seulement parce que c'est en cette terre que le christianisme trouve son origine, mais aussi parce que chaque chrétien d'Orient est d'abord un citoyen arabe, syrien, irakien, libanais, égyptien, iranien. profondément lié à son pays. Encore faut-il que sa citoyenneté soit reconnue !
    Les Églises d'Orient ont l'expérience du dialogue avec l'Islam. Utilisons-la ! Mgr Gollnisch propose une laïcité à l'orientale, réaffirme le droit à la citoyenneté pour tous et se bat pour le retour des populations chrétiennes chez elles. Autant de motifs d'espérance pour ces victimes et ces résistants sans lesquels l'histoire ne pourra continuer de s'écrire.

  • #32 mars

    Nuit Debout

    L'injustice est incrustée dans nos mots, taillée dans nos peaux.
    Ces humiliations quotidiennes, ces frustrations répétées, ces horaires de travail illimités épuisent notre capacité à ressentir. Nous ne voulons plus de ce monde amputé de son humanité. Nous sommes le vent bouillonnant des solutions collectives. La colère gronde dans nos tripes. Embrassons-la, utilisons-la pour nous relever.
    Debout, nous serons inarrêtables.

  • Pratiques immobilières et financières douteuses, licenciements abusifs, témoins terrorisés à l'idée de parler... et un mort.
    Que se passe-t-il au sein de la Croix-Rouge française ?
    Dans cette enquête haletante, Yohan Blavignat et Bénédicte Poirier tentent de comprendre comment une poignée de cadres dirigeants ont pu mettre en place un système basé sur la terreur, la recherche du profit et la confusion des genres au sein d'une des plus grandes associations caritatives de France.
    Grâce à un travail de recherche minutieux, ils dressent le portrait d'un homme inquiétant qui règne en tyran depuis plusieurs années à la tête de cette institution. Un homme qui, dans sa quête de prestige, n'aura pas hésité à écarter tous les obstacles sur son passage.
    /> Digne d'une fiction mais tristement réelle, cette enquête aux allures de thriller révèle l'un des scandales les plus retentissants du charity business qui n'est pas sans rappeler celui de l'ARC (1996).

  • Elles sont âgées de 20 à 50 ans, elles ont des projets, un mari, une carrière, parfois même la fortune. Pourtant, un jour, sur un coup de tête, elles vont tout plaquer par amour pour un criminel, le plus souvent un tueur en série. Les condamnés à perpétuité et les pensionnaires des " couloirs de la mort " jouissent d'une aura stupéfiante. La plupart des femmes qui leur écrivent ou les demandent en mariage ne les connaissent même pas, elles ne les ont vus qu'à la télévision Mais cela a suffi à provoquer leurs battements de coeur. Comment est-ce possible ? Il existe plusieurs réponses. Chaque liaison est différemment motivée. Voici leurs histoires si singulières...

    Elles se prénomment Monique, Béatrice, Stéphanie, Sandrine, Laurence, Patricia, Doreen, Anna... Et, souvent, quand elles évoquent leur attachement, leur expérience, le romanesque l'emporte sur l'apparente absurdité de leur condition.

  • Elles connaissent toutes deux la douleur fulgurante de la perte d'un enfant. Robi Damelin est israélienne. En 2002, son fils David, 28 ans, est abattu par un sniper alors qu'il effectue sa période de réserve (affectation suivant le service militaire, obligatoire pour tout Israélien actif) dans les territoires palestiniens. Mahmoud, Palestinien de 17 ans, fils de Bushra Awad, est, quant à lui, tué en 2008 par des soldats israéliens dans son village de Cisjordanie.

    Ces deux femmes devraient se haïr. Pourtant, elles militent ensemble au sein du Cercle des parents-Forum des familles, une association qui rassemble des familles israéliennes et palestiniennes endeuillées par le conflit.

    Si ceux qui ont payé le prix fort - la mort d'un être aimé - sont capables d'empathie et de dialogue avec les éplorés du camp adverse, sans chercher vengeance, alors tout semble encore possible.

  • Crimes passionnels, règlements de comptes, coups de folie, tragédies ou petites histoires ridicules... Au fil des pages, nous découvrons le passé secret, lointain comme récent, des départements de la Gironde, des Landes, de la Dordogne (Périgord), des Pyrénées-Atlantiques (Béarn et Pays basque) et du Lot-et-Garonne. Hormis Bordeaux en Gironde et des villes comme Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Dax, Agen ou Périgueux, l'Aquitaine est une campagne traversée de fleuves et de rivières, bornée par les Pyrénées et les dunes de l'océan. Nombre de faits divers rapportés dans ce livre témoignent de l'isolement et des conditions de vie difficiles. Quand les rancoeurs et les haines accumulées explosent, elles font des ravages et paraissent alors étranges. Comment expliquer que dans un village paisible du Lot-et-Garonne, une nuit de 1932, un homme jeune extermine toute sa famille, bébé compris, alors que plusieurs générations semblaient cohabiter tranquillement dans la ferme depuis toujours ? Ou qu'un ancien séminariste basque devienne assez fou pour tuer deux enfants et leur mère en 1840 ? Aujourd'hui, si les maris gênants ne sont plus que rarement empoisonnés à l'armagnac trafiqué, les coups de fusil résonnent les soirs de beuverie et de scènes de ménage. Un régal historique à siroter sans modération.

  • Generation precaire

    Mabrouki Abdel

    Statuts précaires, management agressif et bas salaires : ça se passe comme ça chez Mc Donald's.et chez Pizza Hut. Des conditions de travail inadmissibles qui ont provoqué la première grande grève de la restauration rapide au McDo Saint-Germain en décembre 2000, le premier conflit d'une longue série.

    A la tête de ces « hamburgrèves » ? Abdel Mabrouki, 31 ans, employé à Pizza Hut depuis 1993. Un exploit dans un secteur où les salariés ne font guère de vieux os. Abdel a décidé de tenir bon - malgré plusieurs tentatives de licenciement - parce qu'il a envie de faire bouger les choses. Et quand la direction décide de punir Abdel, jusque-là livreur, en l'affectant à la plonge, il est ravi ! Le coin vaisselle constitue un poste d'observation idéal pour recueillir les doléances des uns et des autres. Absolument parfait pour la formation accélérée d'un jeune délégué syndical révolté par le non-respect de la législation du travail : uniformes inadaptés, horaires flexibles et accidents de la route non déclarés, etc. Mais la vie quotidienne d'un syndicaliste n'est pas non plus de tout repos face à la direction d'un syndicat historique parfois déconnecté de la réalité professionnelle de ces nouveaux précaires.

    Avec ironie et insolence, Abdel Mabrouki décrit l'envers du décor d'une multinationale de la restauration rapide pour dénoncer un type de management qui, à l'heure de la mondialisation, menace tous les secteurs du marché de l'emploi. Son récit, ponctué de mille et une anecdotes édifiantes et souvent drôles, est le premier témoignage de la génération précaire.

empty