Editions Du Net

  • Et si la complainte de la crise du logement était un piège qui nous empêche d'aller de l'avant ? Quelles sont les mauvaises raisons qui troublent l'apparence de la réalité ? Pourquoi l'immobilier est-il si cher ? Manque-t-il vraiment un million de logements en France ? N'y a-t-il pas plutôt certains déséquilibres ? Comment admettre que l'Etat soit responsabilisé dans une forme d'échec, alors que 40 milliards d'euros sont consacrés chaque année à la politique du logement ? Comment sortir de cette situation infernale ?
    Après un tour d'horizon des situations critiques et de leurs causes profondes, Marianne Leblanc Laugier confie à la Journaliste Catherine Sabbah, dans une conversation sans tabous, provocatrice et parfois contradictoire, des propositions de réformes à conduire pour oublier la crise du logement et mieux construire l'avenir.

  • La contribution de la philosophie au développement en Afrique consiste à définir premièrement le type de développement qu'il faut pour l'Afrique et deuxièmement le type d'homme qu'un tel développement permet de réaliser. Concernant le type de développement, il faut retenir que le seul développement crédible en Afrique est celui qui a pour finalité l'enrichissement spirituel et l'amélioration de l'être. Dans ce type de développement, les biens matériels ne sont que des moyens au service de l'être. Être développé, c'est se servir de l'avoir pour réaliser et accomplir son être. Le type d'homme qui sortira de ce développement sera qualifié d'excellent et l'excellent renvoie à la créativité, la rationalité et la libération perpétuelle.

  • Le développement économique nous a permis d'accéder à un niveau de confort matériel sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Malgré ce bien-être matériel, nous continuons à produire et à consommer toujours plus de biens et de services marchands. La surproduction et la surconsommation menacent désormais notre qualité de vie, notre processus démocratique et la survie des générations présentes et à venir.

    L'imminence d'un effondrement, qui est révélé par la fréquence et l'intensité des phénomènes météorologiques extrêmes, des inondations, des sécheresses, des pics de pollution, etc..., nous impose de changer de mode de vie et de modèle de développement en moins de 10 ans. Pour être envisageables, ces changements devront nous procurer une vision de l'avenir viable, atteignable et désirable.

    Notre mode de vie, nos valeurs, notre représentation de l'existence et l'ordre social sont en partis déterminés par notre rapport au temps et les moyens que nous utilisons pour satisfaire nos besoins. Le changement sera donc désirable, s'il est en mesure de nous procurer les moyens temporels de nous socialiser, de définir notre identité, de structurer le rythme de notre existence et de satisfaire nos besoins d'appartenance, d'estime et de réalisation autrement que par l'activité professionnelle et la consommation.

    L'objectif de cet ouvrage est de démontrer que le choix du rapport au temps et des moyens utilisés pour satisfaire nos besoins n'est pas un choix économique, mais un choix de société dont dépend la survie et l'avenir de l'humanité.

  • Dans sa grandeur et sa folie de pouvoir s'ériger en maître du monde, l'homme maîtrise-t-il la petitesse des quantités négligeables ? Le monde microscopique accessible à l'homme depuis l'invention de la science a-t-il les contours bien définis ?
    Cette distance parcourue d'invention et de découverte, a-t-elle vraiment ouvert les portes de l'impossible ? L'homme a-t-il bien régler son microscope pour aller au-delà de ce qu'il est capable d'apercevoir ?
    Avait-il-la lumière suffisante pour voir l'invisible de visu ?
    Tant de question à se poser face à cette pandémie, qui à priori, a fait preuve de la vulnérabilité de l'être humain devant le coronavirus qui malheureusement vient de nous fragiliser, et tuer des centaines de milliers de gens dans le monde.
    /> Cet ouvrage ne se propose pas un but philosophique ou théorique, il se propose plus au moins comme une leçon pour l'humanité et creuser dans les comportements des uns et des autres. En faire le bilan des actions de l'être humain en général pour le bien ou le mal.

  • La famille, noyau et fondement de la société est l'objet de déconstruction dans le système capitaliste. Cette altération est le fait du travail aliéné qui, à travers sa division, oblige un fonctionnement sectoriel enfermant la cellule familiale dans des activités spécifiques. Pour ainsi dire, la famille vie une misère totale à travers la fantasmagorie que connaissent les liens entre parents et enfants, tout comme, l'éducation de ces derniers. Le cercle familiale est donc détérioré et a rompu ses attaches. Cette destruction met un frein à la belle harmonie familiale. La famille est en crise.

  • En 2010, il y a plus de 6 ans, je commençais un essai d'ethnologie politique intitulé : Le Grain de sable et écrivais en avant-propos : « Au xxie siècle c'est ouvert l'ère du politiquement correct ou marxisme culturel. » Je me propose d'en faire l'historique en un volume. L'histoire est une science humaine qui formule des problèmes et propose des explications, ce que je vais faire, je ne propose pas de « solutions », il n'y en a pas, c'est trop tard. La date de prise de décisions éclairées est dépassée. Pour mieux comprendre le présent je vous propose de mieux comprendre le passé. Pour cela je me suis servi de l'histoire de personnes réelles depuis le début du 19ème siècle à nos jours. La note 8 de l'essai se terminait à la page 1249 et outre la note 9, il restait une grosse trentaine de notes à insérer à la fin de l'ouvrage, soit environ plus de 1000 pages ce qui explique bien le terme de « volume » annoncé en avant-propos. Nous sommes en fin janvier 2017 et j'ai pris conscience que je ne pourrais jamais faire publier le livre avant le premier tour des élections présidentielles du dimanche 23 avril 2017. J'ai donc pris la décision de faire publier en avant-première la note 9 de l'ouvrage qui est entre autre chose une biographie de Wilhelm dit Willi Münzenberg personnage clé de l'histoire de l'édification du marxisme culturel qui a pleinement réussi dans nos sociétés occidentales et qu'ayant compris le phénomène, vous puissiez voter en conscience et ne fassiez plus la confusion entre le « politiquement correct », le « système » et le marxisme culturel.

  • Issu d'un atelier d'écriture en Janvier 2017 au lycée Jean Guéhenno traitant du harcèlement en milieu scolaire, Sylvain Yardin-Suzan (écrivain) et Jean-Paul Chapelle (photographe) ont voulu à travers des photographies transmettre des émotions liées à ces événements et/ou situations trop souvent enfouis dans le silence.

  • L'émigration s'explique en grande partie à travers la volonté de fuir certaines difficultés qui prévalent dans les pays de départ à savoir surtout des difficultés familiales comme la pauvreté ou le favoritisme créant ainsi un climat de mésentente et de division. Face à ces problèmes, beaucoup de jeunes recherchent des refuges ailleurs ; pire encore, d'autres se suicident. Ce livre analyse cette situation, qui est une problématique africaine, et propose des solutions.

  • En parlant de la femme voilée, on fait référence à l'Islam. Les deux vont de pair et cela prend tout son sens spirituel. Les femmes se voilent pour Dieu. Pour le comprendre il faut se référer aux versets du Coran. Le voile de nos jours en France, c'est un sujet tabou. Son interdiction dans les lieux publics est la conséquence de nombreux préjugés qui entoure le port du voile. Votée en 2010, la loi interdit de revêtir en public une tenue dissimulant le visage. Le port du voile en tant que signe religieux n'est interdit qu'au sein de l'école. Début octobre, l'Opéra de Paris a demandé à une spectatrice qui arborait un voile clair sur la bouche et le nez de quitter les lieux en pleine représentation. Cette première a poussé le ministère de la Culture à préparer une note rappelant les dispositions prévues par la loi de 2010 interdisant le voile intégral dans les lieux publics. Il est interdit de « dissimuler son visage » dans l'espace public.
    La loi du 11 octobre 2010, parfois appelée loi sur la burqa, interdit de « dissimuler son visage » dans l'espace public, notamment à l'aide d'un masque, d'une cagoule ou d'un voile islamiste intégral. Est concerné la burqa - qui cache entièrement le corps, y compris les yeux derrière un tissu à mailles - et le niqab - qui couvre le visage pour n'en montrer que les yeux. Ici, ce n'est pas le signe religieux qui est mis en cause par le législateur, mais bien la dissimulation du visage qui en découle. Le « hijab » (qui masque la chevelure mais laisse le visage dégagé) ne rentre donc pas dans le champ d'application de cette mesure. Cette loi a été validée en juin dernier par la Cour européenne des droits de l'homme qui a estimé dans un arrêt que « la préservation des conditions du «vivre ensemble» était un objectif légitime » des autorités françaises, qui disposent à cet égard d'une « ample marge d'appréciation ».

  • Le terrorisme étant de nos jours un problème international se nourrit de la politique du diviser pour mieux régner. Grâce à cette technique et à leur instrumentalisation de la religion musulmane, ils réussissent à semer le désordre dans le monde tout en ayant d'autres citoyens à leur côté.
    La famine, les épidémies, la pauvreté poussent beaucoup d'enfants et de jeunes à rejoindre le rang des terroristes. Les difficultés liées à la perte de leurs parents lors de ces guerres terroristes sont la cause de l'enrôlement de beaucoup d'autres.
    Alors, il revient aux États de venir en aide à toutes ces populations victimes du terrorisme, de prendre soin aux orphelins de ces guerres terroristes afin d'affaiblir tous ces mouvements terroristes.

  • Etat des lieux de l'atteinte aux droits humains dans le domaine de la naissance à domicile. En effet, il précise comment les sages-femmes libérales sont illégalement poursuivies par le Conseil de l'Ordre des sages-femmes et rend compte des obstacles posés par l'état français à l'exercice de leur profession. Or, ces sages-femmes sont les défenseurs du droit des femmes d'accoucher où et avec qui elles veulent (CEDH, affaire Ternovsky contre Hongrie, déc. 2010).

  • Depuis 2012, la pastorale de la famille du diocèse de Dijon et le CEVIF (Centre d'Éthique de la Vie et de la Famille) au sein du CUCDB (Centre Universitaire Catholique de Bourgogne) organisent conjointement les Universités de la familles pour offrir une réflexion fondamentale aux chrétiens et non chrétiens sur la famille et les questions de la vie. Après avoir travaillé à mieux comprendre, lors des précédentes éditions, la famille en général, nous avons envisagé la filiation. Les deux premiers recueils étaient issus de ces Universités n° 1 et 2. Nous publions aujourd'hui en un seul recueil les textes qui nous sont parvenus des éditions 3, 4 et 5 des Universités de la Famille, de 2014 à 2016. Nous avons donc réunis une partie des interventions qui traitent dans l'ordre : les études de genre sous le titre Le mélange du genre et la distinction des sexes, l'année suivante, l'indissolubilité du mariage en posant la question suivante : Le mariage et après ! ,et dernièrement la GPA.

  • L'inégalité n'est jamais le sort d'un être, elle est toujours provoquée. La nature ne connait pas d'inégalité, d'injustice ? ; l'inégalité n'est pas naturelle mais provoquée. Tout cela signifie que ces discriminations à l'égard des femmes ne relèvent pas de leur nature ou de leur constitution physiologique, mais plutôt d'une mentalité purement sexiste de la part des hommes. Ces traitements à l'égard des femmes constituent une violation grave à l'égard des droits internationaux et a priori des droits de l'homme. Lorsque nous parlons de droits, les catégorisations n'existent pas. Nous parlons de droits des hommes et non pas de celui des hommes (masculin). Or, les femmes font partes de la catégorie des hommes en tant qu'êtres raisonnables. Alors, refusez de leur reconnaitre ce statut, c'est les réduire au statut de la bestialité. Cependant, il convient de remettre les femmes dans leurs droits en les traitant sur les mêmes pieds d'égalité que les hommes ? ; en les laissant les mêmes chances de s'épanouir que les hommes. L'égalité de chance doit devenir une réalité.

  • Vieux, et alors ?

    Martine Lozano

    « Les vieux sont nos parents, ceux qui nous ont donné la vie et l'éducation. Ce sont aussi ceux que nous deviendrons plus tard ».
    « On assiste à une logique de discrimination des plus vieux ».
    « Le traitement qui leur est réservé est de plus en plus remis en cause. » Pascal Champvert, président de l'Association des Directeurs au Service des Personnes Agées est venu tirer la sonnette d'alarme dans Bourdin Direct.

  • Pourquoi, depuis quelques décennies la famille est-elle devenue un enjeu de société ? Qu'a-t-elle fait, que n'a-t-elle pas fait pour devenir une cible ? Pourquoi et comment toucher à quelque chose ou plutôt quelqu'un sur lequel repose notre vie et notre histoire ? Mai 68 ne l'avait pas visée directement, mais indirectement par l'autorité, celle du maître, mais aussi celle du père. Ensuite la loi Veil l'a touchée en plein coeur dans sa fécondité naturelle : la maternité.
    De la séparation entre les générations, on est passé à une forme de rupture qui a entraîné une brisure dans la famille du côté du père comme du côté de la mère par l'enfant né ou à naître.
    L'Église catholique par la voix et par les écrits des Papes dans la continuité de leur autorité, en particulier Jean-Paul II, a réitéré ses enseignements pour la protection de la personne humaine. Qu'ont apporté les philosophes ? La question mérite d'être posée, et elle l'a été par certains dans la diversité des opinions.
    La philosophie a son mot à dire, et plus que son mot, car la question de la famille, du père, de la mère, de l'enfant, de l'amour, de l'autorité, de la procréation, de l'éducation, de la femme et de l'homme, entre dans son champ de travail, de recherche et d'analyse. Tout ce qui concerne l'homme l'est pour le philosophe.
    Cette courte étude sur la famille permet au lecteur d'entrer dans des questions essentielles tant au plan éthique que politique. Elle enveloppe le mystère de l'homme, de la vie humaine, jusqu'à l'humanité toute entière avec les causes et les conséquences qu'elle met à jour. Elle exige d'entrer dans les profondeurs de la vérité servante de l'amour, en dévoilant ses signes de contradiction.

  • Cet ouvrage retrace la vie ancienne de la femme africaine entre le XVe et le XIXe siècles (avant la colonisation). Son rôle et ses activités quotidiennes au sein de la société, dans un éventail de situations extrêmement diversifiées.
    Mes recherches ont été effectuées principalement en Afrique centrale (Cameroun, Centre Afrique, Congo et au Kenya).
    Les sages disent souvent que notre passé nous rattrape et qu'il faut le connaître pour comprendre le présent afin de mieux préparer l'avenir...

  • Précis, détaillé, cet essai critique sur la politique de François Hollande, revient sur un grand nombre de promesses faites durant la campagne, non tenues bien évidemment, et interroge sur le comportement du chef de l'État et des gouvernements Valls, notamment sur les lois Macron et El Khomeri, le libre-échange, l'écologie, la politique extérieure de la France, la liberté de la presse, la guerre et le terrorisme. L'auteur tente aussi de faire un bilan des dix premiers mois de mandature d'Emmanuel Macron.

  • Sacrifice de notre appellation humaine sur l'hôtel de la nationalité. Simple qualification de notre identité omettant notre appartenance au règne de l'humanité.

  • Commencement. Bible. Politique. Israël. Yeshou'a. Foi. Histoire. Jean-Marie Le Pen. Louange. Tzipi Hotovely. France. Devoirs de l'homme. Islam. Homophobie. Shoah. Transmission. David. Terrorisme. États-Unis. Victimisation. Clergé. Musique. Évolution. Voile. Poésie. Exil. La Marseillaise. Éric Zemmour. Héritage. Démons. Clivage. Jérusalem. Violence. Palestinisme. Intégration. Esclavage. Donald Trump. Médias. Guerres. Islamo-gauchiste. Abraham. Mariage. Inégalité. Charles Maurras. Démocratie. Vérité. Gaza. Temps. Torah. Mahomet. Liberté. Citoyens. Philosophie. Antéchrist. Union européenne. Révolution française. Nation. Elohim. Accords. Jean Sévillia. République. Pacifisme. Jeûne. Jugement. Élisée. Responsabilité. Miracles. Amour. Antisémitisme. Judée-Samarie. De Gaulle. Sionisme. Ruth. Littérature. Justice. Taubira. Paix. Xénophobie. Coran. Nouvelle alliance. Babel. Théocratie. Langue hébraïque. Famille. Disciples. Femmes. Force. Confusion. Identité. Attentats. Communisme. Nationalisme. Sexualité. Montagnes. Salut. Apocalypse. Pureté. Ésaü. Peuple juif. Homosexualité. Unité. Satan. Mondialisation. ONU. Culture. Civilisations. Marion Maréchal. Football. Abominations. Paul. Vichy. Multiculturalisme. Raison. Nicolas Dupont-Aignan. Désert. Révélations. Emmanuel Macron. Remplacement. Ordre. Compromis. Patrimoine. Oméga.

  • Dans le débat démocratique qui divise le peuple français, la plus grande erreur du gouvernement a été de sous-estimer le mouvement des Gilets Jaunes qui était dès le départ conscient des actions qu'il engageait : handicaper la société et l'économie afin d'obtenir gain de cause ! Davantage que des réclamations matérielles, corporatistes, des luttes et des profits sectoriels, ce sont bien des idées qui ont circulé, un travail bien organisé s'est effectué au sein du mouvement Gilets Jaunes, une demande de sortir de la négation des opportunités s'est manifestée - des idées qu'on explore encore et qu'on n'a pas fini d'examiner, de mesurer dans l'histoire de la société française. Qui sait, à l'aube des fêtes de Noël, le cadeau qu'il réserve au Président de la République ? Peu importe l'issue finale du duel qui oppose les visions sur la société, la France, pays des Droits de l'homme qui tend à donner sa chance à chacun, peut encore être fière de son système démocratique et des idées nouvelles qu'elle ne cesse de proposer au reste du monde. La France continuera donc de briller.

  • Dans les pays développés, les citoyens malades sont pris en charge par les systèmes de sécurité sociale. Mais cette stratégie constitue une difficulté pour beaucoup d'États subsahariens par manque de moyens ; les pouvoirs publics se retrouvant souvent submergés pour pallier aux urgences. Pour regagner leur santé, les citoyens de ces États sont livrés à une multitude d'itinéraires. Cet ouvrage table sur les situations problématiques qui concernent les gardes-malades et autres accompagnants proche des patient en RDC. Il explique que les systèmes des soins opérationnels cantonnent ces individus dans les catégories des laissés-pour-compte. Tout se passe comme si la présence des uns et des autres dans les champs (alentour) des malades révélait une défaillance : ce qui devrait être honoré ne l'est pas ; protéger et faire comprendre le bien fondé de se protéger semble difficile.
    On ne s'en prendra donc qu'aux perceptions des uns et des autres. L'ouvrage étale outils et moyens pour des apprentissages et plaidoyers pertinents. Professionnels, acteurs de terrain, chercheurs et autres étudiants intéressés pourront y trouver leurs comptes.

  • L'accès et le recours aux soins de santé dans les pays en développement qui aspirent à une émergence restent des préoccupations. En Côte Ivoire, malgré les efforts des gouvernants dans le secteur de la santé, des disparités de couverture sanitaires existent sur le territoire national. Cet ouvrage fait une analyse diagnostique des indicateurs actuels d'accès et de recours aux soins dans les centres de santé publics pour déceler les défis pour une émergence en Côte d'Ivoire. Il repose sur l'exploitation des rapports, des annuaires statistiques sanitaires, de données géographiques, démographiques, économiques et sociales et des entretiens. L'analyse de l'accessibilité géographique aux centres de santé publics, des équipements sanitaires, des ratios de ressources humains sanitaires par habitant, des déterminants géographiques, démographiques, économiques et socio-culturels et des facteurs internes au système de santé montre que des défis restent à relever pour une émergence réussie en Côte d'Ivoire. Cet ouvrage attire l'attention des décideurs sur les disparités de couverture sanitaire pour un mieux-être de la population, gage d'un développement humain durable.

  • Cet essai fait suite au Volume I - Critiques de fonctionnement du Traité de Lisbonne et propositions de solutions.
    Le Volume II - Proposition de Constitution Européenne Economique et Sociale est une adaptation, article par article, à la Constitution Suisse.
    Les particularités de la Constitution Européenne Economique et Sociale font que les Etats membres européens pourront emprunter directement à la Banque Centrale Européenne (BCE), sans banques privées intermédiaires, comme la Suisse emprunte directement à la Banque Nationale Suisse.
    Une concurrence loyale sera instaurée à l'intérieur de l'UE par l'harmonisation des lois fiscales et sociales.
    Une démocratie participative (possibilité de référendums) dans tous les Etats membres de l'UE sera introduite.
    L'ensemble des membres de l'exécutif européen sera élu de façon démocratique.
    /> La « Constitution Européenne Economique et Sociale» est une alternative directe, clef en main, du « Traité de Lisbonne ».

empty