Gascogne

  • La curiosité est, dit-on, un vilain défaut. Et pourtant, elle permet parfois des découvertes extraordinaires... Cet appétit de l'inconnu, ce plaisir de l'exploration, m'habite depuis l'enfance.
    J'aime visiter les lieux séculaires et abandonnés, poser mes pas dans ceux de leurs précédents habitants, parcourir des pièces vides, pénétrer dans d'anciens bâtiments depuis longtemps désertés et essayer d'en saisir l'âme ou un lointain écho de vie révolue.
    Ces lieux abandonnés pullulent dans les régions françaises.
    Maisons sans héritiers, ruines trop délabrées ou trop coûteuses à restaurer, habitats en indivision contrariée, sites industriels en attente de destruction ou dans le meilleur des cas de réhabilitation...
    Les visiter permet de s'approprier, par les émotions qu'ils dégagent, un peu de leur histoire. Ces explorations, fenêtres vers le passé, ont aujourd'hui un nom : Urbex..

  • Autrefois Sare

    Jacques Antz

    La machine à remonter le temps existe !
    Rien d'utopique dans cette affirmation... et pour s'en convaincre, il suffit de feuilleter les pages des livres de la collection « Autrefois » et le moment magique, presque onirique, s'enclenche alors tout naturellement.
    Sare ne se raconte pas, Sare se découvre. Il faut voir ce village de bon matin, lorsque le soleil étincelle sur La Rhune. Les vifs genêts égayent les douces collines peuplées de fougères. La brume qui traîne sur le vieux clocher se dissipe peu à peu : Sare apparaît, lumière et sérénité.
    Les pierres marquent d'un éclairage magique la beauté de ses maisons blanches. L'ombre et la lumière jouent toutes les aventures humaines dans cet amphithéâtre, un des plus beaux que l'on connaisse.

  • Orthez médiéval : de Moncade à Fébus Nouv.

    Orthez s'enorgueillit aujour d'hui d'avoir été la «Cité de Fébus». L'ancienne capitale du Béarn conserve encore des monuments qui témoignent de cette gloire passée. Orthez est un centre important d'architecture médiévale mais aussi un véritable lieu de mémoire pour tout le midi de la France.
    Mais il faut dépasser l'image presque mythique de l'époque de Gaston Fébus (1343- 1391) pour retrouver la vie quotidienne de ces Orthéziens qui vivaient au pied du château Moncade. Cette étude n'est pas seulement la reconstitution d'une ville, c'est aussi une réflexion sur le pouvoir. Au Moyen-Age, le Prince s'identifiait à sa capitale.
    Orthez était-elle à la hauteur des ambitions de Gaston Fébus, qui proclamait haut et fort sa souveraineté ?
    «Orthez Médiéval» s'inspire des courants historiques les plus récents. C'est une tentative «d'histoire totale», où tout est pris en compte, les routes, l'architecture, la religion, les activités économiques, la vie sociale et politique... C'est finalement une invitation au voyage sur les traces du chroniqueur Froissart, au-delà des clichés habituels sur le Moyen-Age.

  • Cet Abécédaire passionné du Béarn est le fruit de mes rencontres béarnaises avec des personnalités célèbres ou anonymes pour d'autres.
    Fiers de leurs singularités, jamais mes interlocuteurs n'ont manifesté une forme de communautarisme béarnais exacerbé. Ils m'ont décliné, décrypté les facettes d'un caractère plus soucieux d'unir que de séparer, révélant, derrière les sous-entendus, les forces invisibles du lien.
    Ce livre vous facilitera la compréhension des caractères essentiels du territoire béarnais. Il est destiné aussi bien aux Béarnais parfois peu curieux de leur propre pays qu'aux néo- Béarnais de plus en plus nombreux.
    Vingt-six déclinaisons confiées à vingt-huit auteurs, d'horizons divers, parfaitement légitimes par leur culture, leurs expériences, leur proximité béarnaise chevillée au coeur. Tous ont exprimé avec sensibilité et passion les singularités majeures du Béarn et des Béarnais.

empty