L'herbe de fer

Traduction MARIE-CLAIRE PASQUIER  - Langue d'origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

À propos

Grande dépression, Albany, État de New York.
Francis Phelan est un homme perdu, un vagabond, un alcoolique, qui, après avoir abandonné sa famille, revient au bercail. Mais alors qu'il tente de reprendre le dessus, il est assailli par les fantômes d'un temps maudit, par toutes ces âmes qu'il a blessées et qui lui demandent des comptes...
« Francis voyait la rue qui s'ouvrait devant lui : Pearl Street, la principale artère de la ville, une ville qui avait été sa ville, et qu'il avait perdue à jamais. Les commerces avec leurs façades lui faisaient un drôle d'effet, tout avait tellement changé, il y en avait plein de nouveaux, des magasins dont il n'avait jamais entendu parler avait fait faillite. Certaines choses n'avaient pas bougé : Whitney's, Myer's, la vieille First Church qui surplombait Clinton Square, la bibliothèque Pruyn. Et, tandis que Francis marchait, les pavés se transformaient en granit, les maisons en magasins, la vie devenait vieille, mourait, se renouvelait, la vision de ce qui avait été et celle de ce qui aurait pu être venaient se rejoindre dans un oeil qui n'était en fait pas en mesure de se rappeler l'une ni de déchiffrer l'autre. Qu'est-ce que tu donnerais, Francis, pour n'être jamais parti ? »

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • Auteur(s)

    William Kennedy

  • Traducteur

    MARIE-CLAIRE PASQUIER

  • Éditeur

    10/18

  • Date de parution

    04/11/2021

  • Collection

    Litterature Etrangere 10/18

  • EAN

    9782264076885

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    308 Pages

  • Longueur

    17.9 cm

  • Largeur

    10.9 cm

  • Épaisseur

    1.9 cm

  • Poids

    174 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Poche

William Kennedy

  • Pays : Etats-unis
  • Langue : Anglais (etats-unis)

D'origine irlandaise, William Kennedy est né en janvier 1928 à Albany dans l'État de New York, où il a grandi. Diplômé de l'université Siena de Loudonville en 1949, il est journaliste dans l'État de New York et à San Juan, Porto Rico, où il s'essaie également à la fiction. En 1963, il retourne à Albany, l'une de ses principales sources d'inspiration, qui sera le décor de nombre de ses œuvres. Il travaille alors pour des journaux et poursuit l'écriture de ses romans.
Son premier livre, The Ink Truk (1969), évoque un chroniqueur haut en couleur nommé Bailey, gréviste en chef dans un journal. Pour le roman qui suit, Jack Legs Diamond (Belfond, 1988 ; 10/18, 1994), William Kennedy combine histoire, fiction et humour noir, et s'attaque au personnage de Jack « Legs » Diamond, un gangster irlando-américain tué à Albany en 1931. Billy Phelan (Belfond, 1990 ; 10/18, 1994) chronique, lui, la vie d'un voyou rusé, qui s'amuse à contourner la politique locale.
C'est avec L'Herbe de fer (Belfond, 1986 ; 10/18, 1993), publiée pour la première fois aux États-Unis en 1983, que William Kennedy reçoit les honneurs en remportant le prix Pulitzer de la fiction 1984. Un roman audacieux, qui nous plonge dans la vie chaotique de Francis Phelan - le père de Billy Phelan -, vagabond alcoolique errant dans les rues d'Albany pendant la Grande Dépression. L'auteur publie la même année O Albany!, un récit passionnant sur la politique et l'histoire de sa ville.
William Kennedy a aussi écrit les romans Le Livre de Quinn (Belfond, 1991), Vieilles carcasses (Belfond, 1993), Le Bouquet embrasé (Actes Sud, 1996), Roscoe (2002) et Changó's Beads and Two-tone Shoes (2011), qui complètent notamment le « Cycle d'Albany » ; les scénarios des films Cotton Club, réalisé par Francis Ford Coppola, et d'Ironweed : la Force du destin de Héctor Babenco, avec Jack Nicholson et Meryl Streep dans les rôles principaux ; et deux pièces de théâtre Grand View (1996) puis In the System (2003). Avec son fils, Brendan Kennedy, il est également le coauteur de deux livres pour enfants : Charlie Malarkey and the Belly-Button Machine (1986) et Charlie Malarkey and the Singing Moose (1994).

empty