Sur Anna Akhmatova (avant-propos Sophie Benech ; postface Pavel Nerler)

Traduction SOPHIE BENECH  - Langue d'origine : RUSSE

À propos

Dès les années 1910, trois grands poètes russes, Goumiliov, Akhmatova et Mandelstam, liés d'amitié et réunis par une même conception de la poésie, énoncent les principes de l'acméisme, une nouvelle « école » poétique qui se démarque profondément tant du symbolisme alors dominant, que du futurisme qui va bientôt s'épanouir.
Goumiliov, qui a été le mari d'Akhmatova et le père de son fils, est fusillé en 1921. Les deux survivants, Akhmatova et Mandelstam, vont eux aussi connaître des destins tragiques. S'admirant et se soutenant mutuellement dans les épreuves, ils resteront fidèles à cette amitié de jeunesse à laquelle la femme de Mandelstam, Nadejda, est très vite associée. Après 1938, date de la mort de Mandelstam dans un camp, les deux femmes restent seules pour affronter la guerre et de nouvelles persécutions, unies par le souvenir d'un passé commun, et surtout par la mémoire de Mandelstam toujours présent entre elles.
Ce livre de souvenirs sur Anna Akhmatova, récemment retrouvé et totalement inédit en français, a été écrit par Nadejda entre les deux tomes des mémoires que nous connaissons, tout de suite après la mort d'Akhmatova en 1966. Nadejda nous livre un portrait de son amie vue à travers le prisme de l'affection. Les anecdotes, les détails, les conversations font surgir devant nous une personne humaine et vivante, une Akhmatova à l'esprit acéré et à l'humour corrosif, avec ses petits travers, mais surtout son courage face aux épreuves, sa noblesse intérieure, et son immense talent. Comme dans le premier tome de Contre tout espoir, la forte personnalité et la remarquable sensibilité poétique de l'auteur sont mises au service du poète dont elle parle.
Il y a néanmoins plus que cela dans ce livre : les réflexions des deux femmes sur la peur, le courage, la liberté, la poésie ou la société soviétique en évolution, donnent à ce portrait une ampleur et une profondeur qui en font bien davantage qu'un simple essai biographique.
Si elle ne l'a finalement pas publié, c'est sans doute qu'elle a souhaité en utiliser partiellement la matière dans le deuxième volet des mémoires, qui brosse un portrait plus général de l'époque dans laquelle avait vécu Mandelstam, et dont la tonalité est moins tendre que dans ces souvenirs plus intimes consacrés exclusivement à Akhmatova.



Sommaire

Introduction.
Pour une histoire de l'art en zigzag.
Pussy Galore et Bouddha du futur.
Femmes, graphisme, etc.
La photographie illustrée.
Les « Enfants du monde » de Dominique Darbois.
Habiller le jazz.
Histoire d'un rectangle rayé.
Jean Widmer et le logo du Centre Pompidou.
New Extreme Violet.
Hommage à une couleur potentielle.
Le cosmonaute.
Wim Crouwel en apesanteur.
Neue Grafik et la France.
Joseph Müller-Brockmann.
La grille de l'Histoire.
Dessiner les livres.
Notes sur le travail de Philippe Millot.
Alternormalisme.
L'esthétique organisationnelle de Norm.
Graphisme d'inutilité ludique.
(Pourquoi j'aime le travail de Vier).
Cox et le codex, ou l'enfance du livre.
Relier le monde.
Thomas Hirschhorn et l'imprimé.
Notre livre (France).
« Je suis un livre. ».
À propos de S,M,L,XL par Rem Koolhaas et Bruce Mau.
La « piste verte ».
Les Plans de Paris de Le Corbusier.
Graphistes et architectes.
Quelques épisodes récents d'une histoire ancienne.
Index.

Rayons : Littérature générale > Biographie / Témoignage littéraire > Autobiographie / Mémoires / Journal intime

  • EAN

    9782358731355

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    250 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    10.8 cm

  • Épaisseur

    1.1 cm

  • Poids

    140 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

empty